Le sursis de Gibrat

Publié le par Alexandre Anizy

            Dans un village français (Cambeyrac), la drôle de guerre de Julien. 

 

 

            Dans son roman graphique titré Le sursis (Dupuis - aire libre, 2012, en livrel), Gibrat raconte la parenthèse de Julien : il saute du train qui le conduisait en Allemagne, trouve refuge dans le grenier de l'école communale où officie sa tante Angèle qui le choie, observe la place du village à travers les persiennes, marche seul dans la campagne au cœur de la nuit, surveille jalousement les gestes de la belle Cécile, plante un drapeau rouge au clocher en hommage à Manou, embrasse Cécile qu'il part rejoindre à Paris...

 

            Durant les trois années que prit le travail des 2 tomes du Sursis, le talent de Gibrat n'était pas en vadrouille.

 

 

Alexandre Anizy