Pierre Overney : mort pour un clown

Publié le par Alexandre Anizy

 

            Le 25 février 1972, à 14h30, l'ouvrier Pierre Overney mourait d'une balle en plein cœur à l'usine Renault de Boulogne-Billancourt. Bien entendu, ses chefaillons maoïstes ne l'ont pas accompagné au paradis...

 

 

            Morgan Sportès doit avoir des comptes à régler avec son passé : il le fait avec talent dans son récit documentaire Ils ont tué Pierre Overney (Grasset, 2008, disponible en livrel), c'est ce qui nous importe ici.

            « A l'époque, les maîtres à penser de la Gauche prolétarienne, Alain Geismar, Serge July, André Glucksmann, Pierre Victor, envisagent comme horizon de la révolution l'année 1974. » (p.29/271)

            Pour cela, les maos français ont investi les usines, parce qu'après mai 68 où une vingtaine de barricades déclencha une grève générale qui faillit renverser De Gaulle, ces minots pensaient : « qu'avec un mois de manifs, trois coups de feu, deux douzaines de morts, on foutrait la société par terre, explique un mao et non des moindres : le ci-devant vicomte Charles-Henri de Choiseul-Praslin (...) allié par ailleurs aux Wendel, les maîtres de la sidérurgie(...) » (p.28/271) En 1969, ils ne sont que 4 maos à pointer chez Renault à Boulogne-Billancourt, mais les hostilités commencent en janvier 1970 avec l'initiative de prolos : la bataille du métro (il s'agissait de bloquer tous les soirs le contrôleur de la RATP et ainsi de faire voyager gratuitement les ouvriers qui rentraient chez eux). « Pierre Overney, "qui était de toutes les bagarres", car il aimait la cogne, participera à la "Bataille du métro". » (p.36/271)

            Que faisaient les maos au sein de l'usine ?

            « Trente ans et quelques plus tard, Bouboule s'est posé la question :

― C'était pas tout à fait faux, ce que disait la CGT : je me baladais partout dans l'usine, dans n'importe quel atelier, sans autorisation, avec dans la poche ventrale de mon bleu de travail un énorme paquet de tracts que je distribuais... On me laissait faire, alors que c'était un motif d'expulsion. J'aurais pu être viré quarante fois ! » (p.40/271)

Quand on connaît la rigueur des systèmes d'organisation de la production, on se dit, comme la CGT, que ces maos jouissaient d'une grande indulgence. Ici comme à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm (Paris, 5ème arrondissement).

            La Gauche Prolétarienne est interdite le 27 mai 1970. Ses membres rentrent alors dans une clandestinité... toute relative puisque :

  • « Les flics savaient qu'il y avait des réunions à Ulm, que Victor était là. On comptait dans ces assemblées jusqu'à cent cinquante personnes. Victor présidait comme porte-parole de Sartre. » ;
  • le grand chefaillon Pierre Victor, apatride sans carte de séjour, doit toutes les quinzaines pointer à la préfecture de police ;
  • « (...) Victor a coopté au comité exécutif de l'organisation, où se prennent toutes les décisions importantes, un ancien mineur de fond : Paupaul ! Or ce Paupaul est une taupe. Son agent traitant est le commissaire Jacques Harstrich, des Renseignements Généraux. » (p.61/271)

Dans l'épopée de la GP, tout est à cet avenant grotesque.

 

            Pour Pierre Overney, la fin de la mascarade maoïste tolérée par le pouvoir sera tragique, mais elle aura évité un bain de sang :

« Une "manif militaire" ultra-dure est prévue pour le 25 février au soir, à Paris, boulevard Voltaire, XIe arrondissement. On compte sur les Os de la Régie pour grossir les bataillons... Dans les sous-sols de l'université de Jussieu, véritable caverne d'Ali Baba du terrorisme, on fabrique des centaines de cocktails Molotov.

― C'était une vraie folie, raconte Jacky aujourd'hui. Les cocktails Molotov, c'est une arme de guerre. Les partisans russes utilisaient ça pour cramer les chars d'assaut nazis ! Il était prévu de prendre en tenaille les CRS, lors de la manif, et de les bombarder. Il y aurait eu des morts, c'est sûr, les flics auraient tiré, si...

― Il n'y avait pas que les cocktails Molotov de prévus ! ajoute Philippe Tancelin. Certains comptaient apporter des armes... » (p.133/271)

« La violence était prévue non seulement pour la manif du 25, mais aussi pour la distribution de tracts chez Renault qui devait la précéder, précise Philippe Tancelin. » (p.136/271)

Complétons le scénario : aucune tactique de repli n'est mise au point. En clair : on envoie les mômes aux casse-pipes !

            Ce 25 février 1972, avant l'action, Pierre Overney, qui vit maintenant avec Geneviève et ses deux enfants d'un premier mariage, et qui, selon le commissaire Poiblanc, « considéré jusqu'ici comme instable, bohème, avait commencé à se calmer »,  déjeune à Billancourt avec des camarades.

« ― Ils l'ont chauffé, ils lui ont fait boire de la gnole ! affirmera le cégétiste Roger Sylvain.

― Ils lui ont bourré la gueule pour l'envoyer au casse-pipe, comme les Poilus de 14 avant le Chemin des Dames, renchérit Michel-Antoine Burnier, journaliste à Actuel, revue underground.

― La victime, Pierre Overney, était dans la phase ascendante de l'ébriété, ajoute le docteur Martin qui remplace à la barre le professeur Lebreton. Cette phase est la plus dangereuse. Le sujet peut devenir agressif et perdre le contrôle de ses mouvements ! » (p.138/271)

Peu après 14 heures, les maos ont attaqué, et Pierre Overney s'est effondré, un trou rouge en plein cœur. Le grand chefaillon Pierre Victor, alias Benny Lévy positionné en retrait dans une rue adjacente, tient maintenant son cadavre chaud, son martyr... Mais il n'en fera rien, forcément.

            La suite, Morgan Sportès la raconte bien : Ils ont tué Pierre Overney (Grasset, 2008, disponible en livrel).

 

 

 

            Pour nous aujourd'hui, il s'agit simplement de (re)dire trois choses (1), la première concernant un commentaire obscène de Jean (2) ou Olivier (3) (4) Rolin. Dans un entretien publié, un des frères Rolin a présenté Pierre Overney comme un prolo qui suçait la bibine... il faut croire que ce fils de bourges cultivait simplement sa "haine de soi" quand il gesticulait à la GP. Ce type indécent n'a pas eu l'élégante commisération d'un Alain Geismar qui rendait visite tous les ans aux parents Overney.  

 

            La deuxième chose se rapporte à Benny Lévy alias Pierre Victor, le gourou maoïste qui cherchait une Lumière en guidant l'avant-garde de la multitude, et Benny Lévy, le judaïste radical qui la désirait si fort en voulant soumettre les hommes à des pseudo-lois divines. Dans ces deux quêtes de Pureté absolue, Benny Lévy était toujours prêt à laver ses impuretés personnelles avec le sang des autres.

            Nota Bene : René Lévy, son fils, talmudiste professionnel et philosophe enseignant, a pour projet d' « Intervenir dans le champ intellectuel de langue française. Mener la bataille par l'intelligence messianique. Chercher, susciter des vocations médiatiques. » (5)

            A sa façon, René Lévy est déjà mûr pour devenir un bon polpotiste

 

            La troisième chose vise à rappeler Mourir pour des idées, la chanson que l'agitation notamment post soixante-huitarde avait inspiré à Georges Brassens en 1972 :   

(...) Les saint jean bouche d'or qui prêchent le martyr

Le plus souvent d'ailleurs s'attardent ici-bas (...)

Des idées réclamant le fameux sacrifice,

Les sectes de tout poil en offrent des séquelles (...)

Depuis tant de "grands soirs" que tant de têtes tombent,

Au paradis sur terre on y serait déjà.

Mais l'âge d'or sans cesse est remis aux calendes,

Les dieux ont toujours soif, n'en ont jamais assez (...)

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres,

Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas.

Mais de grâce, morbleu ! laissez vivre les autres !

La vie est à peu près leur seul luxe ici-bas ; (...)

 

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

(1) Lire notre recueil Lumières froides (ACT éditions, en livrel, 4,99 €)

(2) Lire notre billet

            http://www.alexandreanizy.com/article-22407824.html

 

(3) Concernant Olivier, lire notre "verdict populaire" (singeons un peu ces maos azimutés) paru le 31 août 2008 :

            http://www.alexandreanizy.com/article-22385089.html 

Extrait :

Olivier ROLIN, c’est l’ancien chef de la branche militaire de la Gauche Prolétarienne (les maos français). Le titre de son livre « tigre de papier » (en poche) est d’ailleurs une expression de MAO-TSE-TOUNG, le  grand timonier (disaient-ils).

Du point de vue littéraire, ce livre est prétentieux. L’option stylistique retenue est agaçante, et en plus elle n’apporte rien au sujet traité.
Exemples :

« VINCENNES DOREE STATION-SERVICE JOHNNY WALKER KEEP WALKING PERIH FLUIDE ponts lumières jaunes Paris à droite sous un ciel de sombre lilas devant panneaux émeraude METZ NANCY PORTE DE BERCY DISNEYLAND 32 KM les pneus déchirent la soie noire-mordorée robe du soir (…). » (p.13)

« KOREAN AIR rouge bleu PANASONIC bleu SANYO rouge SAMSUNG bleu A1-A104 FLUIDE un pont (…). » (p.198)

C’est chiant, n’est-ce pas ?

Malgré cette plaisanterie de potache, on peut faire l’effort de lire en sautant les paragraphes imbéciles, si on s’intéresse aux péripéties de la Gauche Prolétarienne, les clowns teigneux de Benny LEVY et consorts.

 

(4) Pour se faire une place au soleil médiacratique, Yann Moix n'hésitait pas à flinguer les fonctionnaires normaliens de l'édition, comme Olivier Rolin le 10 mars 2011 :

 

            « C'est très étrange, le cas Olivier Rolin. On ne peut pas dire que ce soit un bon écrivain, on ne peut pas non plus dire qu'il soit nul. Il n'est pas très doué, mais pas non plus sans talent. Ce qu'il raconte n'est jamais passionnant, mais ce n'est pas non plus totalement ennuyeux (mais c'est ennuyeux quand même). Il n'a aucun style, mais parvient malgré tout à faire entendre une minuscule voix. C'est un homme qui fait dans les gris, dans le médiocre : et après tout, ils sont nombreux ces hommes de lettres qui parviennent, pendant quarante ans, à se faire croire à eux-mêmes qu'ils font une œuvre sous prétexte qu'ils écrivent des livres. (...)

[conclusion du papier, ndAA] Est écrivain, selon moi, quiconque n'écrit pas comme Olivier Rolin. » (Figaro, 10 mars 2011)

 

(5) Libération du 6 avril 2009.

 

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :