Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Migrations" le chef d'oeuvre de Milos CRNJANSKI (Tsernianski)

Publié le par Alexandre Anizy

Puisque nous avons écrit que les 2 chefs d’œuvre de Svetlana Velmar-Jankovic représentaient un bon début pour ceux qui voudraient découvrir l’âme serbe (les gens pseudo-modernes parlent de l’identité et en font un ministère), il importe d’établir une priorité chronologique en plaçant en tête de liste la fresque admirable de Milos Crnjanski (prononcer Tsernianski) : « Migrations » (éditions Julliard / l’âge d’homme, décembre 1986, 856 pages, 160 FRF)

Priorité, d’ailleurs facultative, et non pas hiérarchie.

 

Que le livre massif ne vous effraie pas ! Vous serez emportés par le récit du voyage d’une famille, d’une partie du peuple serbe, par la finesse psychologique des personnages (il n’est pas abusif de faire référence aux « Frères Karamazov » de Dostoïevski), par le souffle qui habite cette épopée (nous pensons alors au Tolstoï de « Guerre et Paix »). Le tout se tient grâce au style fluide imprégné de douceur.

Par exemple, prenons l’incipit :

 

« Depuis la veille les brumes enveloppant les saules semblent s’évaporer ; les nuages tourbillonnent et descendent toujours plus bas ; la profondeur où coule le fleuve est opaque et impénétrable ; la terre est noire, invisible, gorgée d’eau. »

 

Ajoutons les dernières phrases :

 

« Il y a eu et il y aura, éternellement, des migrations comme il y aura toujours des naissances pour continuer la vie.

Les migrations existent.

La mort n’existe pas ! »

 

 

Donnons la parole à un personnage de Svetlana Velmar-Jankovic (« dans le noir », éditions Phébus), qui n’avait « (…) aucune estime pour cet être antipathique et suffisant qu’était ce M. Crnjanski, même si, à ma plus grande surprise, il avait signé un livre extraordinaire, « migrations ». » (Dans le noir, p.85) :

« J’ai toujours pensé que, sur la toile de fond du réel, surgissaient des événements dictés, sinon par un lien secret, du moins par une certaine connivence. A présent, alors que je suis une vieille dame, je le sais avec certitude, je sais que tout est lié, comme eût dit l’hystérique Crnjanski, ce brillant écrivain. » (Dans le noir, p.152)

 

Comme pour Louis-Ferdinand Céline, on peut à la fois détester et admirer Milos Crnjanski.

 

Alexandre Anizy

 

"Nigdina" ou "Pays de Nulle part" un autre chef d'oeuvre de Svetlana VELMAR-JANKOVIC

Publié le par Alexandre Anizy

« Nigdina », titre original traduit en français par « le Pays de Nulle part » (éditions Phébus, août 2001, 290 pages, 21 €), est un autre chef d’œuvre de l’écrivain serbe Svetlana Velmar-Jankovic.

 

On y retrouve les enfants de son livre culte, « dans le noir », dont nous avons déjà dit tout le bien que nous en pensons (1).

Ce livre raconte la fin du rêve yougoslave, la réalité des bombes sur Belgrade en 1999, la fulgurance de l’amour, la désillusion sur la condition humaine.

Si vous voulez comprendre de l’intérieur ce que fut la Yougoslavie en général et la Serbie en particulier, commencer par ces 2 chefs d’œuvre de Svetlana Velmar-Jankovic est un bon début.

 

« L’avènement des réalités virtuelles va de pair avec celui des cruautés nouvelles. L’ère de la barbarie sans âme, camouflée sous le masque de la civilisation hautement développée, est en marche, vous pouvez me croire. » (p.46)

 

Non, pas de haine ou de rancune dans ce livre, mais plutôt la lucidité sans le cynisme, l’humanisme sans l’angélisme. Le ton désabusé, qui fut un frein au succès du livre en son pays, reflète justement le désenchantement d’une partie des Serbes.

 

« Que tous les purismes reposent sur le mensonge. » (p.260) 

 

 

Alexandre Anizy

 

(1) : lire notre note culturelle du 17 juin 2008, « Svetlana Velmar Jankovic a écrit un chef d’œuvre »

Une petite cote pour "opale" de Stéphane LEFEBVRE

Publié le par Alexandre Anizy

De passage au Touquet (1) durant l’été, il nous était difficile de ne pas tomber sur le premier roman policier de Stéphane Lefebvre, titré « Opale » (éditions les Nouveaux Auteurs, mars 2009, 629 pages, 19,90 €).  

L’auteur est un enseignant, un ch’ti qui a eu d’une part l’intelligence de situer son intrigue dans un environnement familier : les quelques pages sur la Côte, dont la baie de la Canche, sont réussies. D’autre part, le livre est bien structuré, ce qui suscite un intérêt continu chez le lecteur, qui en a donc pour son argent (pour reprendre le critère économique d’un journaliste local).

 

Qu’est-ce qui cloche à Opale ?

Le style, évidemment, bien que certains écrivassiers pipoles de cette rentrée littéraire devraient envier celui de Stéphane Lefebvre, si tant est que ces gens-là lisent, ce dont on peut douter, car il a coulé facilement, trop facilement.

Donnons un exemple (on aurait pu faire plus simple …) : « Je me tapis dans l’ombre d’un pilier … » (p.397), au lieu d’un « je me tapis derrière un pilier … », car depuis quand le soleil fait-il de l’ombre dans une église ?

        L’abus d’expressions formatées finit par agacer le lecteur.

 

S’il resserre son texte, s’il peaufine son langage, Stéphane Lefebvre devrait réussir un excellent deuxième roman. Il en a le talent.

En l’attendant, vous pouvez déjà apprécier les éclats d’opale.

 

 

Alexandre Anizy

 

(1) : selon la lettre communale, Le Touquet est « LA station des 4 saisons » de la Côte d’Opale.

 

<< < 1 2