Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'avenir de "Bel-Ami" de Maupassant

Publié le par Alexandre Anizy

Ayant découvert « une vie », l'envie de relire « Bel-Ami » (disponible en livrel gratuit) de Maupassant s'empara de nous. Et le même enchantement nous reprit face à cette prose limpide sans matière adipeuse, à cette structure romanesque sans faille, à ces caractères finement observés.

En suivant le parcours de l'opportuniste Georges Duroy dans le milieu de la presse parisienne, nous avons pensé au Rubempré des « illusions perdues » de Balzac,
 

 

http://www.alexandreanizy.com/article-illusions-de-balzac-toujours-d-actualite-64027709.html ,
 

 

mais aussi à l'actualité de ce secteur économique sinistré : lire la propagande sarkozyste dans le torchon de M. Serge Dassault, ou bien l'objectivité biaisée du quotidien vespéral aux mains d'un triumvirat d'affairistes, etc., n'est-ce pas un remake permanent de la "Vie Française" ?


Alexandre Anizy

 

 

PS : il y a quelques jours, Henri Guaino, pour qui nous n'avons aucune sympathie, s'est emporté face au tricheur-jouisseur Joseph Macé-Scaron,

http://www.alexandreanizy.com/article-l-arrogance-du-tricheur-jouisseur-mace-scaron-84308633.html

en disant notamment à ce sinistre journaliste qu'il était « indigne de [son] métier », alors même que cet individu lui faisait la leçon de morale et d'honnêteté intellectuelle en politique (voir la vidéo qui circule sur Internet).
Faut-il rappeler ici que malgré ses emprunts intellectuels répétés l'opportuniste  Macé-Scaron sévit toujours comme directeur chez Marianne, le magazine de l'indignation morale permanente ?
 


"une vie" de Maupassant

Publié le par Alexandre Anizy

Par un curieux hasard, il se trouve que nous avons quasiment enchaîné le « Stoner » de John Williams avec « une vie » de Guy de Maupassant (livrel gratuit), que nous ne connaissions pas.
Là encore, il s'agit d'une histoire apparemment ordinaire, celle d'une femme de la bourgeoisie provinciale, dans laquelle on peut apprécier l'architectonique, savourer la prose simple et délicate d'un auteur qui nous épargne discours et pesanteur morale.

« Parfois, en longeant les fossés des fermes, une odeur de pommes pilées, cette senteur de cidre frais qui semble flotter en cette saison sur toute la campagne normande, les frappait au visage, ou bien un gras parfum d'étable, cette bonne et chaude puanteur qui s'exhale du fumier de vaches. Une petite fenêtre éclairée indiquait, au fond de la cour, la maison d'habitation. » (p.81)

Comme une madeleine, pour ceux qui se souviennent de nos villages d'un temps pas si lointain.

 


Alexandre Anizy


"Stoner", le chef d'oeuvre de John Williams

Publié le par Alexandre Anizy

Il paraît que c'est Anna Gavalda¹ qui suscita l'édition du chef d’œuvre de John Williams , « Stoner » (le Dilettante, 2011, 384 pages, 25 €), en se donnant la peine de traduire ce roman américain de 1965 : qu'elle en soit vivement remerciée !

Le sujet de ce roman finement ciselé ? Le premier paragraphe en fixe sobrement le cadre :


« William Stoner est entré à l'université du Missouri en 1910. Il avait dix-neuf ans. Huit ans plus tard, alors que la Première Guerre mondiale faisait rage, il obtient son doctorat et accepte un poste d'assistant dans cette même université où il continuera d'enseigner jusqu'à sa mort en 1956. Il ne s'est jamais hissé plus haut que le rang de maître de conférences et parmi ses élèves, rares sont ceux qui auront gardé un souvenir précis de lui après la fin de leurs études. »

 

Mais à l'intérieur de cette vie apparemment sans histoires, quel travail sur les caractères des personnages, sur les aléas et les difficultés du métier d'enseignant, sur les accidents de la vie … Un exemple ? La soutenance de l'étudiant Walker.

A vous de la découvrir en courant acheter ou emprunter ce bijou !


Alexandre Anizy


: elle-même a la capacité d'écrire un livre de cette qualité (nous l'y encourageons) ;


« S'il est vrai que je suis poète par la grâce de Dieu - ou du diable -, je le suis aussi par la grâce de la technique et de l'effort. » Federico Garcia Lorca ;


nous n'en disons pas autant pour son clone dégradé, David Foenkinos.


Les "Dolce" de Frédéric Petitjean

Publié le par Alexandre Anizy

 

C'est une note spéciale ados.

Les éditions Don Quichotte, dont le jeune savoir-faire en matière des livres portraits ou documents n'est plus à démontrer, tente une percée sur le marché des ados avec la série « les Dolce » de Frédéric Petitjean. Et c'est aussi une curiosité toute paternelle qui nous incita à feuilleter longuement le tome 1 : « la route des magiciens » (octobre 2011, livrel de 540 pp.)

 

Agréable surprise, notamment pour le style qui vise plus haut que la moyenne générale. Exemple :

« (…) Antonius plaqua sur sa Gibson noire et feu l'harmonique exact. L'âme de Brooklyn, aux milliers de migrants brassés dans les feuillets des siècles, âpres au travail, décidés à crever mais portés par la chimère d'une existence semblable à la vie rêvée, fut soudain quintessenciée et distillée en substance artistique. » (p.17)

Un peu rock, ce qui n'est pas pour nous déplaire.

 

 

Alexandre Anizy