Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Projet de Hollande : Ayrault commence le strip-tease

Publié le par Alexandre Anizy

 

Conformément à ce que nous attendions du candidat culbuto-molletiste Hollande, le Président et son factotum ont commencé le subtil effeuillage de leur modeste projet politique.

 

Si les troupes combattantes vont bien quitter l'Afghanistan à la fin de cette année, le trouble demeure pour le reste des engagés.

Et à peine sorti du bourbier afghan, il souscrit à une intervention armée en Syrie. La politique atlantiste de Hollande n'a rien à envier à son prédécesseur.

 

Concernant la zone euro, les eurobonds sont déjà repoussés aux calendes grecques. Grâce à ses gesticulations, le Président obtiendra le rajout d'un feuillet non contraignant (i.e. des paroles et des mesures dérisoires face au repli économique en perspective) portant sur la croissance (une ardente obligation … n'est-ce pas ?), en contrepartie d'une signature muselant l'indépendance budgétaire de la France.

Le Président nous engage toujours plus sur la route de la servitude, i.e. l'économie communiste de marché.

Lire sur ce sujet : L’Europe à la mode Hayek est une économie communiste de marché

http://www.alexandreanizy.com/article-16224090.html

 

Concernant les pauvres, on leur fait l'aumône d'une augmentation symbolique du Smic : après les élections législatives... le coup de pouce s'est transformé en pichenette.

 

Concernant la véritable politique économique du culbuto-molletiste Hollande, le gouvernement Ayrault I et II a mis en branle la propagande visant à préparer les masses … à de nouveaux sacrifices. Le matraquage fiscal ne sera annoncé qu'après avoir reçu le fameux audit des comptes publics qui va expliquer que les prédécesseurs ont caché la vérité aux Français, etc., etc.

A leur corps défendant, évidemment et comme d'habitude, ceux qui se disent socialistes vont saigner les oies françaises.

 

Concernant le 2ème gouvernement de Jean-Marc Ayrault, force est de constater qu'objectivement le lobby pétrolier a obtenu gain de cause : la ministre de l’Écologie Nicole Bricq qui s'opposait au forage au large de la Guyane (sans parler du gaz de schiste) a été déplacée au Commerce extérieur, laissant sa place verte à une certaine Delphine Batho, petit soldat exemplaire du politicard Julien Dray, aussi incompétente en écologie de par sa formation que d'aucuns le sont en physique nucléaire, et donc parfaitement à sa place pour avaliser les couleuvres gouvernementales face aux lobbys de l'énergie.

Ajoutons que le ministre Najat Vallaud Belkacem (eh oui, c'est maintenant une référence) « ne croit pas que le Commerce Extérieur constitue un enjeu moins important que l’Écologie » : rien n'est donc vraiment perdu pour la technostructure pro-nucléaire...

Mais les cocus d'Europe-Ecologie s'en foutent en vérité, puisqu'ils sont déjà contents (formation d'un Groupe parlementaire à l'Assemblée et maroquins pour leurs dirigeants arrivistes – comme dit Dany l'histrion- : carton plein pour ces politicards !).

 

Dans les mois à venir, le strip-tease va se poursuivre, à commencer par la présentation de la douloureuse.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

 

Christophe Barbier est un anti-démocrate

Publié le par Alexandre Anizy

 

Dans un éditorial sur le site de l'hebdomadaire qu'il dirige, Christophe Barbier a récidivé dans sa haine de la démocratie.

(lire à ce sujet notre note consacrée au livre de Jacques Rancière :

http://www.alexandreanizy.com/article-6704177.html )

Parlant de la Grèce, au cas où elle refuserait les conditions exigées par l'Union Européenne, il suggère de la placer sous une « tutelle » qui imposera une « gouvernance moderne » : « il faudra que de l'extérieur viennent les hommes pour remettre la Grèce dans le bon sens », « réinventer l’État dans le cadre d'une nouvelle nation qui s'appelle la nation européenne ».

 

Résumons la "pensée Barbier" :

faisons fi de la volonté du peuple souverain grec ;

instaurons l'autoritarisme de l'extérieur (des sortes de Gauleiter peut- être?).

 

Ce qu'il dit aujourd'hui pour la Grèce, Barbier le petit bonapartiste médiocre l'écrivait déjà en mai 2010 dans un article qui suintait la flagornerie :

« Un putsch légitime est donc nécessaire, car il ne s'agit plus de sauver la Grèce d'un déclassement irréversible, il s'agit de nous sauver en sécurisant notre monnaie. »

http://www.alexandreanizy.com/article-christophe-barbier-un-petit-bonapartiste-mediocre-50457153.html

La récidive du sinistre éditorialiste confirme son antidémocratisme.

 

Christophe Barbier fait penser à Gaston Bergery, ce radical qui ne comprit rien au début des années 30 de la politique extérieure de l'Allemagne nazie, qui employa dès le 25 juin 1934 à la salle Wagram le décorum et le style des rassemblements hitlériens (pour susciter des émotions collectives, notamment par les chants), qui affirma en 1934 que son organisation Front Commun était « sûr de sa doctrine », « sûr de sa force », et que « l'ordre nouveau naîtra par la force et par la pensée. Nous sommes en même temps une tête et un poing » (expression qui rappelait l'image nazie des « travailleurs de la tête et du poing » - Arbeiter der Stirn und der Faust) … Dès 1935, le frontisme (composé essentiellement d'étudiants, d'intellectuels et d'employés) se plaçait au-dessus des partis de gauche et de droite pour rassembler le peuple français : au fond, c'était un néo-jacobinisme aux couleurs du temps, usant des éléments de langage typiquement radicaux, comme "les féodalités financières", "les congrégations économiques", "les puissances d'argent", pour séduire la populace … comme sait faire aujourd'hui le chien de garde de l'Express.

Mais la comparaison s'arrête là, car Christophe Barbier est trop instruit pour n'être que d'un parti.

 

Idolâtre et anti-démocrate, le sieur Barbier étale sans vergogne ses deux qualités qui ne cadrent pas avec l'éthique de son métier.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

 

 

 

Mélenchon se trompe de bataille

Publié le par Alexandre Anizy

 

Persévérer dans l'erreur conduit au fiasco : Jean-Luc Mélenchon vient encore de le démontrer. En se soumettant une nouvelle fois aux désirs des médias,

http://www.alexandreanizy.com/article-l-erreur-tactique-de-jean-luc-melenchon-100026826.html ,

qui lui sont viscéralement hostiles comme il ne l'ignore pas, il a révélé à Hénin-Beaumont qu'il se trompait carrément de bataille.

 

En effet, son parachutage express dans le Pas-de-Calais plaçait d'emblée "l'anti-lepénisme" comme pierre angulaire de sa campagne. Or le peuple, ayant fait le constat de l'échec, puisqu'en subissant chaque jour les conséquences désastreuses, de la construction européenne par et pour la pseudo élite, attend des réponses économiques et politiques différentes ... que le Front de Gauche préconise pour l'essentiel dans son programme !

Cherchez l'erreur, M. Mélenchon …

 

A Hénin-Beaumont, Mélenchon nous a replongés dans les crapuleuses manipulations mitterrandiennes des années 80 (les potes de Dray et Désir, la proportionnelle dosée pour polluer le champ politique, etc.) : le peuple l'a prié d'aller tonner ailleurs si ça lui chante.

 

Prisonnier du carcan idéologique de sa formation politique, affaibli par ses amitiés fraternelles, le brillant tribun Mélenchon n'a malheureusement contribué en presque rien dans la progression des idées salvatrices pour les temps noirs qui arrivent.

 

 

 

Alexandre Anizy