UIMM : GAUTIER-SAUVAGNAC encaisse, PARISOT l'héritière s'indigne, les autres se taisent

Publié le par Alexandre Anizy

C’est un nouvel épisode dans le feuilleton de l’UIMM, avec dans le rôle principal de porteur de valise Mr Denis GAUTIER-SAUVAGNAC : le patronat (précisément l’UIMM : voir notre note du 6 novembre 2007 « la bonne gouvernance du Comité des Forges (UIMM) ») a accordé 1,5 millions d’euros d’indemnité à cet honnête Denis GAUTIER-SAUVAGNAC et promis de prendre en charge tous les frais relatifs à ses démêlés actuels (pénaux, fiscaux … sans limitation de montant). C’est le prix (vraiment exhaustif ?) de son silence.

 

Résumé chronologique de l’affaire dans l’affaire :

  • Fin septembre 2007, révélation des retraits « liquides » de  Denis GAUTIER-SAUVAGNAC ;
  • L’enquête préliminaire est ouverte par le parquet (voir notre note du 27 février 2008 « Jean-Claude MARIN un procureur perfectionniste ») ;
  • Courant octobre 2007, le bureau de l’UIMM mandate Michel de VIRVILLE pour négocier un accord avec Denis GAUTIER-SAUVAGNAC ;
  • Début novembre 2007, la transaction est signée … avant l’interrogatoire et la garde à vue de Denis GAUTIER-SAUVAGNAC  par la brigade financière ;
  • Décembre 2007 : Denis GAUTIER-SAUVAGNAC  ayant compris qu’il n’échappera pas à une mise en examen qui aura des conséquences financières (pénales, fiscales), et étant toujours le Délégué Général de l’UIMM (la transaction de novembre prévoyait son départ immédiat en tant que Président de l’UIMM : Denis GAUTIER-SAUVAGNAC, qui connaît bien son petit monde UIMM, a eu l’intelligence de rester dans la place pour s’assurer, par exemple, du respect des termes de l’accord), demande via ses avocats une nouvelle transaction au bureau de l’UIMM ;
  • 21 décembre 2007, le bureau de l’UIMM mandate à nouveau Michel de VIRVILLE pour négocier ;
  • 23 décembre 2007, un avenant au premier accord est signé qui prévoit donc cette fois que toutes les condamnations éventuelles liées à cette affaire seront prises en charge par l’UIMM en échange du silence de Denis GAUTIER-SAUVAGNAC : « ce document [explique une source proche du dossier] indique de façon implicite que cette garantie va de pair avec le silence de Gautier-Sauvagnac sur les destinataires des millions d’euros. » (Marianne 1 mars 2008).

 
L’achat du silence d’une personne mise en examen n’est-il pas un délit ?

On remarquera que le bureau de l’UIMM a choisi à chaque fois Michel de VIRVILLE qui, en tant que Secrétaire Général de Renault en charge des Ressources Humaines depuis longtemps, n’ignore rien (à moins d’être incompétent, ce qui n’est pas son cas dit-on) des aspects juridiques de ce genre de document : il est vrai qu’étant né le 13 mai 1945, celui-ci peut partir en retraite ou bien démissionner immédiatement, au cas où les choses tourneraient mal (en échange d’un parachute doré ?) …

 

Le magazine Marianne ayant mis sur la place publique les petits arrangements de ces gens de l’UIMM, Michel de VIRVILLE a proposé à l’héritière PARISOT (patron du MEDEF) sa démission pour sa fonction à l’organisme d’assurance chômage, comme l’a été auparavant Denis GAUTIER-SAUVAGNAC, où le patronat via ces sbires n’a pas cessé de rogner, de raboter, bref de diminuer les indemnités des honorables et modestes travailleurs.

 

Puisque nous parlons de l’héritière Laurence PARISOT, que pense-t-elle de ce rebondissement ?

« Je n’ai pas décoléré. (…) Ce comportement est grossier. Il signe une absence totale de respect et de sens de l’intérêt général. » (JDD 2 mars 2008)

L’indignation, c’est la grande spécialité de l’héritière Laurence PARISOT : reprenez ces déclarations après les différents « parachutes dorés scandaleux » …

Être indigné, c’est toujours bien vu médiatiquement, et ça ne mange jamais de pain.

 

Concernant « le respect et le sens de l’intérêt général » des patrons, nous invitons l’héritière Laurence PARISOT à venir plancher sur ce sujet devant les salariés de ARCELORMITTAL, EADS, AREVA : ils apprécieront. 

 

Alexandre Anizy

Composition du bureau de l’UIMM (selon Marianne 1 mars 2008) qui a permis cet accord global avec Denis GAUTIER-SAUVAGNAC :

  • Jean-Paul Béchat
  • Etienne Bernard
  • Laurent Bernard
  • Philippe Darmayan
  • Thierry Gagnez
  • Yvon Jacob
  • Joël Karecki
  • Anne Lauvergeon
  • Robert Mahler
  • Jean-Paul Mauduy
  • Roger Pellenc
  • Jean-Marie Poimboeuf
  • Yves Rambaud
  • André Robert-Dehault
  • Christian Streiff
  • Michel de Virville