Leclerc et le monopole des pharmacies

Publié le par Alexandre Anizy

En mai, 200 médicaments (des antalgiques notamment) seraient en libre accès dans les officines.

Profitant de ce changement, des derniers chiffres sur la hausse des prix, du rapport sur le low cost remis fin décembre au gouvernement, du débat autour du rapport ATTALI, le distributeur LECLERC, par le fils du dirigeant éponyme, s’attaque au monopole des pharmacies en arguant de son expérience : « Les centres Leclerc sont pionniers dans cette démarche en Italie. Il n’y aura de modération des prix que si l’on met en concurrence des réseaux officinaux différents. » Ils promettent de vendre 25 % moins cher les médicaments à prescription facultative.

Que s’est-il réellement passé en Italie depuis juillet 2006 ?

Les centres Leclerc ont baissé les prix de 20 à 35 %, tandis que les pharmacies réduisaient les leurs de 10 %.

Mais les 2 réseaux sont-ils réellement comparables ?

Les 23.000 officines françaises offrent l’intégralité des médicaments existants et un système de garde qui assure un accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 : l’expérience italienne montre ce que ce n’est pas le cas dans les parapharmacies, qui ne proposent que 50 % des médicaments disponibles.

Ceux qui ont les meilleurs taux de rotation, i.e. ceux qui maximisent le profit. Pour les autres, allez voir ailleurs !

 
Avant de s’occuper de votre santé, les centres Leclerc comme les autres enseignes s’intéressent d’abord à leurs tiroirs-caisses.

 
Alexandre Anizy