Pascal GARNIER et la théorie du panda

Publié le par Alexandre Anizy

« La théorie du panda » est le dernier roman publié de Pascal GARNIER (édition Zulma, janvier 2008, 175 pages, 16,50 €). Le charme de son style provient d’un détachement réel des choses, pour ne plus laisser apparaître que le tréfonds des êtres sans s’appesantir. Le ton léger, désabusé nous permet de suivre l’histoire de cet ange dans un village breton en supportant la noirceur des misères affectives.
Avec élégance, Pascal GARNIER passe le plumeau sur les saletés de la vie.     
GARNIER cite GAINSBOURG : ces deux-là iraient bien ensemble.

Dès les premières phrases, vous avez le ton : « Il est assis, seul au bout d’un banc. C’est un quai de gare où s’enchevêtrent des poutrelles métalliques sur fond d’incertitude.  La gare d’une petite ville de Bretagne, un dimanche d’octobre. »

Il se trouve que nous avons vu Pascal GARNIER lorsqu’il présentait son livre « comment va la douleur ? » au Salon du Touquet en 2006. Si l’auteur semblait imprégné par son sujet, il nous offrait par politesse le spectacle ordinaire de l’artiste inspiré.
Grâce et désinvolture qualifient Pascal GARNIER.

 
Alexandre Anizy