Chasseur de lions ? Olivier ROLIN n'est pas un tigre

Publié le par Alexandre Anizy

Olivier ROLIN, c’est l’ancien chef de la branche militaire de la Gauche Prolétarienne (les maos français). Le titre de son livre « tigre de papier » (en poche) est d’ailleurs une expression de MAO-TSE-TOUNG, le  grand timonier (disaient-ils).

Du point de vue littéraire, ce livre est prétentieux. L’option stylistique retenue est agaçante, et en plus elle n’apporte rien au sujet traité.
Exemples :

« VINCENNES DOREE STATION-SERVICE JOHNNY WALKER KEEP WALKING PERIH FLUIDE ponts lumières jaunes Paris à droite sous un ciel de sombre lilas devant panneaux émeraude METZ NANCY PORTE DE BERCY DISNEYLAND 32 KM les pneus déchirent la soie noire-mordorée robe du soir (…). » (p.13)

« KOREAN AIR rouge bleu PANASONIC bleu SANYO rouge SAMSUNG bleu A1-A104 FLUIDE un pont (…). » (p.198)

C’est chiant, n’est-ce pas ?

Malgré cette plaisanterie de potache, on peut faire l’effort de lire en sautant les paragraphes imbéciles, si on s’intéresse aux péripéties de la Gauche Prolétarienne, les clowns teigneux de Benny LEVY et consorts.


Alexandre Anizy

P.S. : pour cette rentrée littéraire, Olivier ROLIN nous gratifie d’un nouvel opus titré « un chasseur de lions » (Seuil, 236 p., 17,50 €) ; Dominique BONA en dit beaucoup de bien (« Quel beau récit, vraiment, ce chasseur de lion, et quel panache ! ») dans le Figaro du 21 août, et elle n’est pas la seule : il nous semble que toute la presse écrite y est passée en 4 semaines et nous ne doutons pas de la suite en septembre et octobre – radios et télés. Journaliste à Libération puis au Nouvel Observateur, éditeur au Seuil : ça facilite les choses pour les papiers.

Ainsi va le monde … et donc la mare germanopratine.

Cependant, nous ne disons pas comme l’écrivain Morgan SPORTèS : « M. Sportès a dû licencier Olivier ROLIN, constatant que pour de multiples raisons, ne serait-ce qu’éthiques, on ne peut être à la fois auteur et éditeur. »