Union nationale du CAC 40 et des 200 familles face au peuple

Publié le par Alexandre Anizy

Depuis quelques jours, vous entendez régulièrement le Premier Ministre François FILLON en appeler à l’union nationale : nous pensons qu’il veut parler de l’union indispensable du CAC 40 et des 200 familles avant de tendre la sébile, dans un même élan, à ces « salauds de pauvres ».

 

C’est ce que le MEDEF a enfin entendu, puisque l’héritière Laurence PARISOT a présenté un code d’éthique, traitant notamment de la rémunération globale des « grands patrons » (par les chiffres en devises, du moins).

 

Car tous les autres citoyens ont déjà intégré que la baisse du niveau de vie (ce que les politiques nomment « baisse du pouvoir d’achat ») allait se poursuivre en accéléré.

Le ministère du Budget l'a confirmé à sa manière hier, lorsque, dans ses recettes nettes d’impôt pour 2009, il prévoit une hausse de l’Impôt sur le Revenu, tandis que l’Impôt Sur la Fortune baissera (prévision : - 6,5 %), de même que l’Impôt sur les Sociétés.

 

Dans ce genre d’opération, les anglo-saxons ont toujours une longueur d’avance. En effet, en dernière analyse, en quoi consiste la nationalisation partielle des banques décidée hier par le travailliste Gordon BROWN, si ce n’est la socialisation des pertes de l’establishment ?

 

Serait-ce une nouvelle démonstration du bien-fondé de la thèse de Max WEBER sur l’éthique protestante et le capitalisme ?

 

Alexandre Anizy

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :