Allemagne et France vus par Peter SLOTERDIJK (III)

Publié le par Alexandre Anizy

(Suite des 2 notes précédentes)


1945 : la métanoïa en Allemagne

« ADENAUER symbolise le côté pragmatique et quotidien du travail métanoiétique en Allemagne. » (p.45) Durant cette phase historique, une réorientation morale est allée de pair avec la reconstruction des villes. SLOTERDIJK donne quelques moments-clés :

  • 19 octobre 1945, à Stuttgart, la confession de culpabilité par le Conseil de l’Eglise évangélique ;
  • L’accord sur les réparations conclu entre l’Allemagne Fédérale et Israël en 1952 ;
  • Le traité d’amitié franco-allemand à Reims en 1962 ;
  • Le chancelier Willy BRANDT s’agenouillant devant le monument du ghetto de Varsovie, le 7 décembre 1970 ;
  • L’inauguration du monument berlinois commémorant l’assassinat des Juifs d’Europe, le 10 mai 2005.

 

Bien sûr, l’Allemagne a connu elle aussi ses éruptions, l’émergence de « maîtres-penseurs ayant l’apparence du politique », « une nouvelle version du fascisme de gauche qui, pour faire diversion, se donna le nom d’antifascisme », mais « (…) l’orientation fondamentale du travail que nous avions à accomplir (…) [restait] imperturbablement tourné vers la mission consistant à réévaluer et à réviser le decorum allemand traditionnel (…) ». (p.49)

 

En bref, l’Allemagne aurait réellement entrepris sa métanoïa.

(A suivre …)

 

Alexandre ANIZY

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :