ROCARD l'idiot utile au service de SARKOZY

Publié le par Alexandre Anizy

« L’étrange atmosphère de sortie de crise, entretenue conjointement par les gouvernements, les banquiers et la presse, contribue grandement à minimiser l’importance des problèmes », écrit pertinemment Michel Rocard l’idiot utile dans le Monde du 7 juillet 2009.

Au terme d’une analyse correcte, il arrive à cette 1ère conclusion : « Une reprise économique n’est donc guère probable à court-moyen terme. Les facteurs en sont absents. »

 

Quel est son diagnostic politique ?

« Les classes moyennes supérieures des pays développés sont en train de renoncer à l’espoir d’arriver à l’aisance par le travail au profit de l’espoir de réaliser des gains en capital rapides et massifs, bref de faire fortune. »

C’est pourquoi les électeurs ont voté pour les conservateurs, c'est-à-dire pour ceux qui ont favorisé la crise : « Le résultat ne laisse guère espérer un traitement politique sérieux de l’anémie économique actuelle. Combien faudra-t-il de crises pour convaincre les peuples ? En tout cas, le mécanisme de leur répétition paraît enclenché. »

 

Que fait-il ?

Malgré son diagnostic lucide, Rocard l’idiot utile, prétendant seulement agir pour l’intérêt du pays, s’en va se jeter dans le décorum de la République en acceptant de codiriger avec Alain Juppé une commission, à la demande du leader des conservateurs, le président ubiquiste Sarkozy de Nagy Bocsa. 

Pour nous, c’est le signe supplémentaire d’un sens politique insignifiant ; pour lui, sans doute l’impression de compter encore …

 

On peut être très instruit, énarque, et politiquement ignare : Michel Rocard fournit aujourd’hui une nouvelle démonstration, avec toute la suffisance que nous lui connaissons.  

 

Alexandre Anizy

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :