Cécilia et PS l'hypocrisie de l'oligarchie

Publié le par Alexandre Anizy

Cécilia SARKOZY de NAGY BOCSA n’aurait pas voté au 2ème tour de l’élection présidentielle, puisqu’elle n’aurait pas émargé sur le registre du bureau de l’école maternelle Edith Gorce Franklin sur l’île de la Jatte à Neuilly s/seine.

La chose s’apprécie de 2 façons : soit Madame se moque des élections (piège à cons ? mais dans ce cas, pourquoi y aller pour le 1er tour ?), soit elle s’est abstenue avec ostentation de voter pour son mari (elle est mariée ET c’est une femme libre), ce qui est son droit par chez nous.

Mais alors, pourquoi le Journal Du Dimanche a-t-il censuré un article qui « (…) illustré d’une photo de la liste d’émargement, mentionnait également de vifs échanges dans la soirée du 6 mai au sein du couple » (précision du confrère Rue89, repris par Reuters) ?

Faut-il rappeler que le JDD appartient à Arnaud LAGARDèRE, qui n’aime pas qu’on écorne l’auréole de son ami Nicolas SARKOZY de NAGY BOCSA ? Il l’a montré en virant le directeur de Paris Match Alain GENESTAR (voir les déclarations du bonhomme) qui avait publié les photos de l’escapade amoureuse de Cécilia.
Le JDD est une bien curieuse boutique.

 
Côté PS, les règles non écrites qui prévalent dans la société française sont confirmées : 8 socialistes de la diversité (tous ont plus de 10 ans de carte PS, et qu’en termes pudiques ces choses-là sont dites) ont été sacrifiés par la direction du parti au nom de l’alliance avec les partenaires de gauche pour les législatives.

Chafia MENTALECHETA, Janine MAURICE BELAY, Ressa Ben ZAOUIA, Djamal YALAOUI, Saïd DIOURI, Ali KOURAK, Najat HAMZI, Azzedine HAFFAR, ont démissionné et ils se présenteront sous l’étiquette « Divers Gauche » aux législatives de juin. Pendant ce temps-là, à la tribune du Conseil National du PS, François HOLLANDE parlait toujours du principe de la faveur à la diversité : chez lui, le mot-clé était bien sûr « principe ».

Ces 2 cas démontrent, s’il en était besoin, l’hypocrisie de l’oligarchie de notre belle République.

Alexandre Anizy