Raymond BARRE un bon représentant de l'oligarchie française

Publié le par Alexandre Anizy

Pour nous, Raymond BARRE était incontestablement un économiste de qualité : aujourd’hui encore, nous considérons que tout étudiant en sciences économiques doit avoir lu les 2 tomes remarquables de son « économie politique ».

L’incompétente ministre LAGARDE serait bien inspirée de les lire avant de nous canuler avec ses (?) avis à géométrie très variable.

A l’université de Paris VIII, dans les années 80, nous étions peu nombreux à connaître par le texte cet universitaire talentueux, qui avait su balayer tout le champ de l’économie politique et le présenter avec clarté et pédagogie. Mais avoir lu « son Barre » n’implique pas d’adhérer à ses choix théoriques, en particulier à son orthodoxie financière.

Nous rendons hommage au grand professeur d’université.
Pour le reste, le bonhomme fut à la hauteur des attentes de sa classe sociale.

Quand le Président GISCARD d’ESTAING l’appelle à Matignon, c’est pour appliquer une politique favorable aux intérêts des grandes familles : la famille de WENDEL par exemple, représentée notamment par un certain Ernest Antoine SEILLIERE de LABORDE bien introduit dans la haute administration du fait de son « énarchie », sortit définitivement de la forge sans y laisser de plumes (à très bon prix, disaient les mauvaises langues de l’époque), pour laisser à l’Etat le sale boulot.
Pour ces 2 gouvernants, juguler l’inflation était la priorité absolue et le chômage ne constituait qu’une variable d’ajustement… Les faits et les chiffres ne mentent pas ; les mots ne sont que des figures de rhétorique pour les tribuns contemporains.
Un homme politique « moderne », i.e. qui prend la politique comme un J.F. KENNEDY la pratiquait, ne reconnaîtra jamais cette vérité. 

Nous nous souvenons de l’arrogance avec laquelle Raymond BARRE conseillait aux chômeurs de créer leurs entreprises.
Nous nous souvenons de la dépréciation inexorable du franc par rapport au mark, malgré les recettes orthodoxes de Maître BARRE, qui fut incapable de dépasser l’horizon de sa formation classique : c’est finalement le peuple qui trancha avec bon sens en 1981 pour essayer une autre médecine …
Nous nous souvenons qu’un certain Maurice PAPON n’est devenu ministre que grâce à Raymond BARRE (et le Président GISCARD d’ESTAING, ne l’oublions pas celui-là).
Nous nous souvenons des propos lamentables du Premier Ministre BARRE après l’attentat de la rue Copernic : « (…) un attentat qui visait des israélites et qui a frappé des français innocents ».
Nous nous rappelons qu’à ce qui était en fait le soir de sa vie, Raymond BARRE défendait toujours l’ignoble Maurice PAPON et le professeur Bruno GOLLNISCH.  
La boucle était fermée.

Nous n’avons aucune estime pour le milliardaire Bernard-Henri LEVY, mais nous pensons que Raymond BARRE était un bon représentant de cette droite qu’il vilipende avec sa thèse de «l’idéologie française ».

Saluons aujourd’hui le Professeur d’économie.
Faisons semblant d’oublier le reste, puisque « (…) même chez les hommes de référence, il peut y avoir des ombres » (François BAYROU, journal Aujourd’hui du 26 août 2007, page 7)

Alexandre Anizy