Grenelle : agro carburants et catastrophe alimentaire

Publié le par Alexandre Anizy

Les agro carburants, communément appelés biocarburants, ont le vent en poupe chez G.W. BUSH, ce qui devrait en faire réfléchir quelques uns, et chez LULA, ce qui forme un drôle d’équipage dans les sommets internationaux.

Si les tenants américano-brésiliens des agro carburants l’emportent, c’est 26 millions d’hectares de terres vivrières qui seront réaffectées à la production de bioéthanol et de biodiesel.

Pour faire 50 litres de bioéthanol, il faut 232 kg de maïs, ce qui nourrit un enfant pendant 1 an.

En 2006, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim toutes les 5 secondes ; 854 millions de personnes dans le monde souffrent de malnutrition.

La réaffectation des terres vivrières, sans parler de la déforestation en Indonésie par exemple, débouchera sur une catastrophe alimentaire, par pénurie et poursuite de la hausse actuelle des prix.

En 2006, 38 des 53 pays africains comblent leur déficit structurel par des importations alimentaires. Malgré cela, le Président brésilien LULA conseille aux Africains de se lancer dans la production d’agro carburants : est-ce vraiment raisonnable ?

Comment expliquer un tel fourvoiement ?
La fabrication de bioéthanol, etc., est au jour d’aujourd’hui réservée à de grands groupes industriels : l’agrobusiness brasse des milliards de dollars.

Question écologie, les agro carburants ne sont pas le top ! Si on prend le cycle de vie de l’agro carburant, on s’aperçoit que pour sa fabrication l’agro carburant nécessite beaucoup d’eau et d’énergie, si bien que son bilan complet n’est pas très positif.

 
Certains spécialistes, comme l’économiste Jean ZIEGLER, réclament un moratoire de 5 ans : le temps nécessaire pour que la science progresse à grand pas et nous évite cette catastrophe alimentaire. Exemple : Mercedes travaille sur la plantation de jatropha (sur des terres arides) qui ne concurrence pas les plantes alimentaires.

 
Sur ce sujet, le mieux ne serait-il pas l’ennemi du bien ?

 
Alexandre Anizy