Alexandre Adler en colporteur de rumeur

Publié le par Alexandre Anizy

Décidément, la qualité du travail intellectuel d'Alexandre Adler, chroniqueur réputé du Figaro,, baisse inexorablement (lire par exemple http://www.alexandreanizy.com/article-union-allemande-alexandre-adler-se-trompe-48212498.html ). Dans sa dernière livraison (10 avril 2010, « un air de calomnie »), en prenant pour exemples la rumeur concernant le couple de l'Elysée et "l'aventure botulienne" du milliardaire philosophe Bernard-Henri Lévy, il met en garde les lecteurs : « La France, en effet, est sur la pente de la calomnie, de l'assassinat médiatique et de la haine populiste vengeresse. » Qu'en est-il exactement ?


Concernant "l'affaire botulienne", Alexandre Adler finit par écrire :

« (…) l'autre à régler un compte haineux contre un intellectuel connu et aimé, dont les prises de positions courageuses, envers Israël en particulier, ont entraîné sur le site de Libération un véritable déluge antisémite auquel il fallut mettre un terme. »

Alexandre Adler semble reprendre ici les informations fallacieuses d'un article du Monde (signé Josyane Savigneau) ou d'une chronique de France Inter (Nicolas Demorand), parce que les commentaires n'ont jamais existé.


Pourquoi ? Florent Latrive a clairement expliqué les faits : « D'expérience, on sait que les articles sur BHL génèrent ce type de commentaires. C'était le soir et, comme on n'était pas des millions pour modérer les commentaires, on les a fermés préventivement. [Surligné par AA] » (notre source : Marianne 27 février 2010)


Alors qu'il avait le temps et les moyens pour vérifier ses propos, Alexandre Adler ne l'a pas fait de toute évidence, et il s'est transformé ipso facto en colporteur de rumeur. C'est une triste fin de carrière intellectuelle pour le grand professeur que nous avons eu.

L'histoire devient ironique quand on relit la fin de son article :

« (…) à déclencher la haine irréfléchie. Pour l'instant tout au moins, ces comportements ont été contenus par une bonne déontologie journalistique. »


En matière de déontologie, les Savigneau, Demorand et Adler ont besoin de réviser leur charte.


Alexandre Anizy