Allemagne bouc émissaire des populistes comme Claude Bartolone

Publié le par Alexandre Anizy

 

Affolés par les résultats catastrophiques d'une politique austéritaire librement choisie, par les affaires d'amoralité publique (DSK, Cahuzac, etc.), la clique socialiste en appelle à une confrontation politique musclée avec l'Allemagne et « l'intransigeance égoïste de Mme Merkel », comme les dictateurs désignent à la vindicte populaire l'ennemi extérieur.

Bien sûr, ils ne croient pas à leurs balivernes : leur discours n'est qu'un leurre pour occuper les esprits, pour gagner du temps dans l'espoir d'une future bienveillance des socio-démocrates allemands après les élections de septembre.

 

Menacés dans leur légitimité et leurs petits privilèges, les socialistes français persistent dans leur pratique populiste en soufflant maintenant sur le feu éteint de l'antigermanisme : prôner une confrontation avec l'Allemagne lorsqu'ils parlent de la réduction des déficits, c'est refuser d'assumer le cap politique présidentiel qu'ils revendiquent par ailleurs ! Et si on se place dans leur logique folle, force est de prédire sans risque que les choses ne s'amélioreront pas : sans croissance et sans augmentation d'impôts, trouver en cinq ans 60 milliards dans les dépenses publiques, « cela veut dire réformer en profondeur l’État, moduler les allocations familiales [adieu le principe d'universalité … NdAA] , cesser de mentir aux Français sur l'âge de la retraite, toucher aux indemnités chômage, à l'assurance-maladie [ … et bonjour la privatisation partielle de la sécurité sociale ! NdAA]. » (Alain Juppé, in le Monde du 28 avril 2013)

 

Que disent les conseillers de l'Elysée sur cet appel à la confrontation ?

« Je ne crois pas que ces questions entrent dans le radar des Français », ou bien « Je ne pense pas que cela ait passé la barrière neuronale du Français ». (in Figaro du 29 avril 2013)

 

A l'Elysée, « il faut voir comme on nous parle ... ».

 

Est-ce vraiment une attitude responsable que d'agiter le leurre dangereux de l'antigermanisme, pour du côté de l'exécutif gagner du temps pour courir après une chimère, pour du côté parlementaire, détourner les esprits quand les Claude Bartolone(¹) et consorts s'apprêtent à escamoter un projet de loi pour échapper à la publication de leurs patrimoines ?

 

 

Alexandre Anizy

 

(Nos livrels sont en exclusivité sur Amazon)

) : « Un collaborateur de François Hollande lance lui aussi une pique, résumant la visibilité et les critiques récentes de Claude Bartolone à un simple intérêt personnel : faire pression pour ne pas voir son patrimoine rendu public. "Il serait très déstabilisé par les révélations sur son patrimoine", tranche-t-il. » (Delphine Legouté, in le Lab Europe1 27 avril 2013 à 12h54)

Aux Lilas (93), selon le Canard enchaîné, Claude Bartolone est propriétaire d'un magnifique 380 m2 avec vue imprenable sur Paris, estimé à 2 M€ ... what else ? 

 

 

 

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :