CHIRAC en correctionnelle : le pardon du PS, le silence de l'UMP

Publié le par Alexandre Anizy

Le juge d’instruction Xavière Simeoni vient de signer une ordonnance de renvoi en correctionnelle pour Jacques Chirac : ce sont les réactions qui nous semblent plus signifiantes que l’information.

 

Pour le Parti socialiste, qui a pris la parole pour pardonner, compte tenu des faits anciens et des services rendus à la France par ce politicien ?

François Hollande, le culbuto mollétiste, n’a pas raté cette occasion pour exprimer son penchant à la clémence lorsqu’il s’agit de défendre un privilégié, de quoi gagner quelques bulletins de vote chiraquiens en Corrèze. Pitoyable.

André Vallini, un parangon de l’imposture socialiste, ne pouvait pas manquer lui aussi de faire valoir son esprit consensuel, son humanisme sélectif : cet arriviste finira bien par décrocher un poste ministériel …

(http://www.alexandreanizy.com/article-24499159.html )

 

Hier, à midi encore, du côté de l’UMP, c’était le silence assourdissant … après par exemple, souvenez-vous, le déluge d’éloge pour le « prince Jean Sarkozy de Nagy Bocsa » : dans les deux cas, une attitude qui avait la faveur du Château ?

 

Quand les représentants du peuple se comportent d’abord comme des courtisans, on peut penser que le régime est en train de changer de nature.

 

 

Alexandre Anizy

 

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :