Jean Hatzfeld revient du pas de tir

Publié le par Alexandre Anizy

Encore la guerre de Bosnie ! Est-ce que les écrivailleurs français manqueraient d’imagination ? Est-ce que la perspective d’un funeste centenaire attiserait les espoirs commerciaux des éditeurs ? Toujours est-il qu’après Samoyault et Montéty (1), voilà Jean Hatzfeld dans les librairies avec Robert Mitchum ne revient pas (Gallimard, août 2013, livre à 17,90 €, livrel à 12,99 € - un prix honteux !) : un titre ridicule pour accrocher le chaland.

 

Des causes de la guerre vous n’en saurez rien. Hatzfeld veut surtout nous parler d’une discipline olympique, le tir, qu’il situe dans un cadre propice au développement romanesque. Incontestablement, il a bûché : les armes, la technique (il paraît que l’école yougoslave brillait en ce temps-là). Pour le reste, en tant qu’ancien reporter de guerre blessé à Sarajevo, il connaît la topographie des alentours et les drames du siège de cette ville.

Ajoutons qu’il nous épargne le manichéisme germanopratin qui situait la méchanceté et l’ignominie du côté serbe, et qu’il montre par des détails combien les fils de l’humanité ne sont jamais rompus dans une folle époque guerrière, comme par exemple lorsque Josip le coach belgradois va conseiller puis régler un ressort de l’arme de Vahidin, le champion bosniaque aux Jeux de Barcelone.

 

Jean Hatzfeld a du métier (2). Il le prouve avec son dernier roman. 

  

 

Alexandre Anizy

 

 

PS : si l’éclatement (et ses conséquences) de la Yougoslavie vous intéresse, lisez les auteurs locaux d’envergure internationale comme Slobodan Selenić (meurtre avec préméditation), Igor Štiks (le serpent du destin), Dubravka Ugresić (le ministère de la douleur) (voir nos billets sur ces livres).

 

 

(1) lire les billets suivants :

http://www.alexandreanizy.com/article-tiphaine-samoyault-est-une-bete-de-cirque-119507215.html

http://www.alexandreanizy.com/article-la-deroute-de-montety-et-les-moeurs-de-l-edition-120471868.html

(2) : beaucoup de confrères toujours bienveillants dans la presse pour saluer à chaque fois son nouveau produit … les mœurs de l’édition, écrivions-nous pour le Montéty. 

 

 

Publié dans Notes culturelles