L'intranquillité lexicale de Philippe Lefait

Publié le par Alexandre Anizy

 

En répondant favorablement à une "commande" d'un éditeur, Philippe Lefait nous a gratifié d'un « petit lexique intranquille de la télévision » (stock, avril 2011, bouquinel de 159 pages, 13,99 €) qui permet aux spectateurs innocents de découvrir les questions de médias à travers les interrogations subjectives d'un professionnel, qui essaie d'

« obtenir une parole qui ne soit pas celle que distillent dans la tournée des plateaux télévisés ces invités récurrents que vendent les services de presse est le désir de tout journaliste. » (P.L, page 70).

Le monde médiatique est en pleine mutation, mais l'auteur ne fantasme pas sur la plus-value démocratique des contributions citoyennes :

« Certains sujets nécessiteront toujours du temps, un savoir, une compétence, une expertise pour un nouveau journal, sur écran ou sur papier, recentré sur l'essentiel : une possibilité citoyenne de penser le monde. » (PL, p.127-128)

 

Malgré l'usure du temps, Philippe Lefait a gardé ses fureurs :

« elles sont intactes depuis trois décennies, font du bien et posent à l'infini la question de ce métier confronté au dévoiement de l'esprit public et au spectre facile de la république bananière. »

Nous lui en sommes gré.

 

Un journaliste-animateur, même du Nord – Pas de Calais, qui cite l'ardennais André Dhôtel ne peut pas être mauvais, nous n'en démordrons pas !

Que Philippe Lefait court pour bien nous entretenir.

 

 

Alexandre Anizy