Obama finira-t-il comme Carter ou Clinton ?

Publié le par Alexandre Anizy

Avant même l'élection de Barack Obama comme Président, nous sommes restés à l'écart de « l'Obamania », c'est le moins qu'on puisse dire. Voir notre note du 28 février 2008

http://www.alexandreanizy.com/article-17138637.html .


Après un an de présidence Obama au cours de laquelle les promesses n'ont pas été tenues, il n'est pas étonnant de voir le renversement de l'opinion. L'élection d'un Républicain dans le fief démocrate du défunt Ted Kennedy en est la meilleure illustration.

Il est troublant de constater que « depuis un an, Obama et les démocrates insistent sur la nécessité de travailler main dans la main avec les républicains, pour mettre en oeuvre leurs politiques centristes. Pourquoi cette démarche de la part des démocrates, alors qu'ils contrôlaient jusqu'à janvier dernier les deux chambres du Congrès (…) ? » (Danielle Follett, enseignante-chercheuse à l'université Paris VIII)

En matière économique, Obama pouvait difficilement entreprendre le changement, puisqu'il avait choisi un expert comme Larry Summers (celui qui sous Clinton fit exploser la dernière loi limitant la rapine bancaire), ou un banquier comme Timothy Geithner, qui participa au sauvetage des banques avec le Secrétaire d'Etat républicain Henry Paulson, dans les conditions troubles que les Américains découvrent maintenant … Du côté de Wall Street, beaucoup d'indulgence malgré les beaux sermons (l'insolente santé des 4 grandes banques en atteste aujourd'hui) ; du côté du vulgum pecus, 7,1 millions (sur 7,9 millions) des ménages actuellement en retard pour le remboursement de leur prêt hypothécaire vont perdre leur logement, si l'Etat n'intervient pas ...

Comme l'écrit Danielle Follett, « les gens ont compris pour qui travaille Obama ».

Dans quelques mois, les effets du plan de relance de 2009 agiront pleinement puis déclineront aussitôt malgré les 90 milliards de dollars injectés en plus (notamment indemnités de chômage et nouvelles dépenses programmées), qui ne compenseront pas une forte baisse de la consommation, comme Robert Reich (professeur à Berkeley, ancien ministre du Travail de Clinton) le prévoit aujourd'hui. En conséquence, le taux de chômage devrait encore augmenter sensiblement.


Dans ces conditions, nous voyons deux fins de mandat possibles pour le président Obama : le calvaire de Jimmy Carter ou le rebond de Bill Clinton. Comme il n'a pas la volonté politique pour offrir une stratégie de relance sérieuse mais seulement une remarquable habileté politicienne pour durer, son rêve aux contours indéfinis risque fort de finir en cauchemar. Cependant, son ambition personnelle couplée à un exceptionnel talent de tribun peut le conduire sur le chemin du cynisme, à la manière d'un Bill Clinton prêt à tout pour obtenir un deuxième mandat. Dans ce cas, nous pourrions tous être impactés par ses initiatives : le pire n'est pas certain.



Alexandre Anizy

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :