Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pénurie de masques : 2 questions à Marisol Touraine qui se ramasse

Publié le par Alexandre Anizy

 

            Un article du JDD du 22 mars 2020 a fourni un état des stocks stratégiques. Marisol Touraine y répond aujourd'hui dans le Parisien avec des chiffres évasifs et un renvoi de balle. Ce n'est ni digne, ni sérieux.   

 

 

 

            Le stock de masques passe de 1,4 milliard à 150 millions aujourd'hui.

Le JDD : « Il n'empêche, lorsque Xavier Bertrand cède sa place à Marisol Touraine, en mai 2012, les stocks stratégiques d'Etat sont pleins de masques : 1,4 milliard au total, dont 600 millions de FFP2 et 800 millions de chirurgicaux.»

 

Réponse de Marisol Touraine : « Entre 2012 et 2017, les stocks de masques chirurgicaux ont régulièrement augmenté et nous les avons reconstitués après les attentats : il y avait 730 millions de masques chirurgicaux en 2012, et 754 millions en 2016 et 2017. (...) Quelques dizaines de millions, de l'ordre de 75 millions en 2015 [pour le FFP2]. »

 

1ère question d'Alexandre Anizy : puisque Marisol Touraine a accès au fichier des stocks, qu'elle donne les mouvements de stock mensuels des 2 types de masque du 1 janvier 2012 au 31 décembre 2019.

            Nous saurons ainsi sous quel(s) gouvernement(s) les stocks se sont vidés.

 

 

            Une des missions du gouvernement est d'assurer la sécurité (physique et sanitaire) des Français : il décide des moyens qu'il doit mettre en place.

            En juin 2013, deux mois après l'arrivée de Jérôme Salomon, sous l'autorité du ministre de la Santé Marisol Touraine, « il est décidé que chaque employeur devait constituer son propre stock » (JDD) Ainsi, les employeurs sont responsables de leurs stocks.

 

2ème question d'Alexandre Anizy : afin de continuer à assurer sa mission régalienne, le gouvernement a-t-il pris les mesures nécessaires (niveaux de stock exigés et moyens de contrôle de tous les employeurs ; sanctions prévues pour les contrevenants) ?

 

 

            Nous considérons que sous le règne de François Hollande, l'Etat s'est déresponsabilisé de ce point de sécurité sanitaire.

            Marisol Touraine n'est pas du genre à assumer ses actes (pas élégant la défausse sur un avis du Secrétariat Général à la Défense Nationale - SGDN), et elle  considère que « Ce n'est pas un changement de doctrine, c'est une décentralisation. » Sans responsables, évidemment.

 

 

Alexandre Anizy

 

Qui a livré à Microsoft les fichiers Santé des Français ?

Publié le par Alexandre Anizy

            Quand Donald Trump refuse le loup chinois dans la bergerie américaine des réseaux de communication (lire ici ) , la France de Macron confie les fichiers de Santé des Français à Microsoft. Qui a perdu le sens supérieur de l'intérêt général, comme disait l'ordolibéral Wilhelm Röpke ?

 

 

 

            Suite à un rapport de Cédric Villani sur l'intelligence artificielle, Emmanuel Macron lançait en 2018 le projet de "Plateforme des Données de Santé" (Health Data Hub pour les anti-français qui administrent la France), visant à centraliser toutes les données de santé de tous les Français.

28 mars 2018, le rapport de Cédric Villani est rendu public.

16 avril 2018 à 16h  (1), Macron recevait à l'Elysée le milliardaire Bill Gates (notoire philanthrope par optimisation fiscale), fondateur et actionnaire de Microsoft.

            La loi Santé du 24 juillet 2019 acte le projet de "Plateforme des Données de Santé".

            En novembre 2019, la chef de ce projet, Stéphanie Combes, confirmait à Mediapart que Microsoft Azure avait obtenu ce marché juteux.

Rappel : par le Cloud Act du 23 mars 2018, le gouvernement américain peut contraindre une société américaine de lui transférer les données qu'elle héberge partout dans le monde.

            Sans appel d'offre, en violation de l'article 3 de la commande publique.

            C'est pourquoi des entreprises viennent d'écrire au ministre Olivier Véran pour demander l'ouverture d'une enquête pour favoritisme.

 

            En temps de guerre, un général qui stockerait chez un ennemi potentiel les fiches militaires de tous ses soldats n'encourrait-il pas la peine pour haute trahison ?

            En temps de bataille économique permanente, le fait de livrer des données fondamentales comme celles de la santé de toute la population française, le professeur Israël Nisand « appelle cela de la haute trahison » (2). Nous aussi.

 

            Alors, quelles personnes ont signé ce putain de bon de commande ?

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) AFP 16 avril 2018 à 11h04, repris par le Point.  

(2) Mediapart, article publié le 11 mars 2020.

Face à Huawei, les européistes seront-ils röpkiens comme Donald Trump ?

Publié le par Alexandre Anizy

            Après avoir lancé la relocalisation industrielle avec Barack Obama, les Etats-Unis de Donald Trump rejettent maintenant le fabricant chinois Huawei : au temps de la cyberguerre, fous ceux qui feront entrer le Cheval dans la Cité, n'est-ce pas ?      

 

 

            Dans l'économie communiste de marché chinoise (lire ici ), la nature "privée" de Huawei ne pèse(ra) rien face au nationalisme du dictatorial Parti Communiste. Est-il par conséquent raisonnable pour l'empire américain de laisser ses infrastructures de télécommunication à la merci d'un potentiel futur assaillant ? Comme l'écrivait l'ordolibéral allemand Wilhelm Röpke à propos du bloc communiste de 1958 :

« Du fait précisément que ces intérêts [commerciaux] sont puissants, les tentatives faites en vue de justifier le commerce avec les pays de l'Est doivent être éprouvées avec autant de méfiance. Marché et intérêt perdent leur indépendance et c'est en retour à l'intérêt politique supérieur de prendre les décisions auxquelles les commerçants doivent se soumettre. » (1)

Après avoir vendu à la Chine la corde pour se faire pendre (n'est-ce pas folie pour les pays capitalistes que d'avoir transféré beaucoup de technologie et d'avoir fait de la Chine "l'atelier du monde" ?), on comprend aujourd'hui le "non röpkien" des Etats-Unis.

 

            Mais pour la Commission Européenne, que vont décider l'allemande Ursula von der Leyden qui apprécie les excédents commerciaux de son pays, et l'ordolibérale Margrethe Vestager qui aime tant le Marché (2) ?

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) Wilhelm Röpke, Au-delà de l'offre et de la demande, Les Belles Lettres, octobre 2009, p.200.  

(2) En matière économique, la danoise Margrethe Vestager pense que c'est le marché qui décide ; en aucun cas une initiative politique, qui est « une façon de voir les choses très vieille école ».

Les grigris vus par Andrée Chedid

Publié le par Alexandre Anizy

            Que de béquilles opiacées pour les petits hommes ! 

 

 

 

Pour mieux tenir debout

L'homme inventa la fable

Se vêtit de légendes

Peupla le ciel d'idoles

Multiplia ses panthéons

Cumula ses utopies

 

Se voulant éternel

Il fixa son oreille

Sur la coquille du monde

A l'écoute

D'une voix souterraine

Qui l'escorte    le guide

Et l'agrandit

 

Andrée Chedid

(Rythmes, poésie-Gallimard)

Portrait de Macron et compagnie chez Wilhelm Röpke

Publié le par Alexandre Anizy

            Dans "Au-delà de l'offre et de la demande" de l'ordolibéral Wilhelm Röpke, nous avons trouvé un portrait du centraliste moraliste qui sied à Emmanuel Macron.

 

 

            Un "enacrate" centraliste, c'est un pléonasme, alors lisons la suite pour le comédien "moraliste de gauche" (parce que secrétaire puis ministre d'un "président de gauche" "ennemi de la finance", vous vous souvenez ?).

            « On comprend maintenant que le "centraliste" n'en est pas moins un moraliste, un moraliste du genre facile et rhétorique, enclin à pousser l'abus des grands mots de liberté, justice, droits des hommes jusqu'à la phraséologie ; c'est un parangon de vertus, dont le propre est d'utiliser son moralisme comme une arme politique (...). C'est le moralisme de ces gens qui se croient moralement supérieurs aux autres (...). Ce moralisme de "gauche" atteint trop souvent ce degré déplorable où les grands mots d'amour, de liberté et de justice deviennent le prétexte du contraire, et où le moraliste, nous morigénant du haut de son cheval de bataille, devient l'ennemi intolérant et envieux, où le pacifiste théorique devient, dans les cas pratiques où il s'agit de préserver, un impérialiste, et où l'avocat de la justice sociale abstraite devient l'arriviste possédé du désir de dominer. » (p.317-318, éditions Les Belles Lettres, octobre 2009)

 

 

            Ah, si les Français avaient lu Wilhelm Röpke avant mai 2017 !

            Mieux encore, s'ils avaient lu l'article d'Adrien de Tricornot de 2010 (lire ici ), que le journal imMonde, devenu propriété du milliardaire Xavier Niel et l'un des premiers soutiens de Bel-Ami (lire ici ), n'a jamais reproduit durant la campagne présidentielle, y faisant une très vague allusion en 2 lignes dans un portrait de 2 pages pleines (seuls ceux qui avaient lu le papier de Tricornot pouvaient comprendre l'allusion : d'après le barème de la profession et particulièrement celui du quotidien vespéral imMonde, "l'honnêteté intellectuelle" des journaleux signant cet article infâme était sauf)...

 

 

Alexandre Anizy

 

Echenoz s'amuse avec Gérard

Publié le par Alexandre Anizy

            En bon artisan tenant à prouver son aptitude tout-genre, Jean Echenoz a fabriqué un polar à sa manière. 

 

 

            Dans Vie de Gérard Fulmard (éditions de Minuit, janvier 2020 ; en livrel), il s'agit de casser les codes du genre, de les détourner, voire de les sublimer :

            « Au-delà de ce cadre, la perspective urbaine a l'air d'un grand lit plus ou moins fait sur lequel s'accumule un fouillis d'étoffes diverses, châles de pierre et de plaids en béton, écharpes d'étages et froncis de balcons, jetés de terrasses sur camaïeu froissé de draps clairs, patchwork de couvertures pâles à carreaux de zinc, de plomb, d'ardoises ― et plus loin encore, au bord de l'horizon, la ville prend un tour portuaire sur une mer floue de banlieues étales, bornée par le donjon de l'hôtel Hyatt Regency qui lui tiendrait lieu de phare. » (p.69/182)

            Chapeau bas !

            Mais ce mois-ci, nous avons préféré la distanciation ironique de Franz Bartelt (lire le billet de la semaine dernière, et ici et ici ) à la docte démonstration d'Echenoz.

 

 

Alexandre Anizy

Ah, le brave Bartelt !

Publié le par Alexandre Anizy

            Bartelt, c'est un Ardennais sans peur et sans reproche qui suit son bonhomme de chemin pour le plaisir des lecteurs.

 

 

            Dans son nouvel opus titré Ah, les braves gens ! (Seuil, octobre 2019), Franz Bartelt nous régale une fois encore avec ses personnages improbables dans un village français si cocardier, avec son style élégant et narquois.

            « C'est à l'enterrement de mon oncle Georges que j'ai appris que mon père avait accompli une impeccable carrière de tueur. D'après le peu que j'en sache, il serait mort de sa belle mort, dans son lit, comme un général. Je ne l'ai pas connu. Il m'avait confié aux bons soins de mon oncle Georges, un original qui ne se déplaçait qu'en Cadillac jaune citron, mangeait kiwi, buvait armagnac et fumait havane. »

 

            On lit Bartelt comme on lisait San-Antonio, l'argot en moins, la finesse en plus.

 

 

Alexandre Anizy

Polar polonais de Zygmunt Miloszewski

Publié le par Alexandre Anizy

            A défaut d'un polar yougoslave, un libraire compétent suggéra Zygmunt Miloszewski .

 

 

            Précisément le premier de la trilogie Teodore Szacki : Les impliqués  (Pocket, janvier 2015). Sur un fond documenté  de thérapie Hellinger, l'auteur a conçu une architectonique savante qui lui permet de raconter la Pologne sous le joug marxiste-léniniste, du moins de sa police, et la Pologne libérée...

            La cure de Zygmunt est salvatrice pour les naïfs du genre à croire que les nazis avaient disparus instantanément des cadres administratifs (droit, police, armée, entreprises... ) après la chute de Berlin en 1945. Ils vont tomber des nues, mais la littérature ne sert-elle pas à cela : déchirer le pseudo voile d'ignorance des colonels d'opinion ?

            A Varsovie comme à Paris.

 

 

Alexandre Anizy  

 

Cuba 60 avec Gani Jakupi

Publié le par Alexandre Anizy

            En mai 2019, Gani Jakupi sortait un roman graphique : El Comandante Yankee.

 

 

            S'il repose sur un travail de documentation sérieux sur William Morgan au coeur de l'épopée castriste, ce livre reste un album agréable à lire et voir, intéressant pour qui veut avoir un autre angle sur la Révolution cubaine.

            A consommer sans alcool libre !

 

Alexandre Anizy

 

Chef-d'oeuvre de Thomas Savage

Publié le par Alexandre Anizy

            Avec ce roman de Thomas Savage, le mot n'est pas galvaudé.

 

            Le pouvoir du chien (Belfond, 2014, livrel ) décrypte le mode de fonctionnement d'un être malfaisant qui agit sous le masque de la sincérité : l'expression d'une vérité au moment inopportun comme une arme de destruction intime. Qui se méfie de l'ami qui, en principe, vous veut du bien ?

 

            Dans le cas analysé par Thomas Savage, les soubassements psychologiques des personnages sont exposés avec finesse, y compris la perversité du héros dont la clef nous est donnée dès la première page. En effet, ayant refoulé son homosexualité, il persécute avec plaisir sa nouvelle belle-sœur pour détruire son couple, il humilie toute personne exprimant un contentement (comme l'enfant aux billes) ou un mécontentement face à l'ordre et les valeurs qui régissent son monde. Bref, le refoulement a corrompu cette nature humaine en déclenchant une animosité de principe à l'égard de tous.

            Dire la vérité avec une intention de nuire est sans doute le stade ultime de la restriction mentale chère aux jésuites.

 

            Alors... cave canem.

 

 

Alexandre Anizy

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>