Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

François Lenglet a réussi sa guerre des empires - Chine vs Etats-Unis (I)

Publié le par Alexandre Anizy

 

La sagacité de François Lenglet est une nouvelle fois démontrée dans son nouveau livre consacré à « la guerre des empires. Chine contre États-Unis » (Fayard, septembre 2010, 243 pages, 17 €). En deux parties équilibrées, il expose les faits et présente les thèses en marquant ses préférences.

 

Dès la 2ème page de l'introduction, nous sommes avertis : « La réalité est à la fois plus simple et plus inquiétante : la Chine va entrer en collision avec les États-Unis. » En argumentant, l'auteur balaie la thèse de l'interdépendance pour finir par une comparaison : « L'interdépendance n'est stable que si elle est construite sur une relation inégalitaire (…). Pour la Chine et les États-Unis, cette époque est révolue. Nous sommes en 1899. » (p.20).

 

« Le passé, l'avenir

Comme des chiens jumeaux flairent autour de nous. »

Jules Supervielle

(2 vers de "Prairie" du recueil « Gravitations »)

 

Puisque la période pacifique s'est achevée, est-il possible de contraindre l'essor chinois ? La réponse d'un expert est citée (p.23) : « La contention de la Chine, cela ne marchera pas. » (Henry Kissinger, le 16 juin 2005)

 

François Lenglet explique l'évolution de l'opposition dans les 5 chapitres qui composent la 1ère partie, parce qu'un choc est inéluctable. Pourquoi pas en 2011, puisque, selon le conseiller Li Daokui de la Banque Centrale Chinoise (BCC), la crise des "subprimes" serait une plaisanterie au regard de celle du bourbier immobilier chinois ?

 

(à suivre)

 

Alexandre Anizy

 

 

La guerre des changes ici et maintenant

Publié le par Alexandre Anizy

 

La guerre des changes est en train de s'étendre et le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn l'ami du CAC 40, redoute une guerre des monnaies (un terme imprécis mais néanmoins employé par cet expert : « Je prends très au sérieux la menace d'une guerre des monnaies, même larvée (...) » (le monde du 8 octobre 2010). Toujours en retard le "meilleur économiste" de France … (Dans notre note du 20 décembre 2008, nous l'envisagions déjà).

 

Aujourd'hui, qui est clairement offensif dans la mêlée ? La banque centrale américaine, qui s'apprête à racheter massivement, à partir de novembre (selon les minutes des délibérations de la FED), des bons du Trésor au moyen de la planche à billets, ce qui est en adéquation avec la politique de relance que le président Obama sera obligé de mettre en œuvre s'il veut espérer gagner son 2ème mandat, leur objectif avoué étant de baisser les taux d'intérêt à long terme pour accroître l'activité économique.

Faisons une remarque sur ce point : si la FED et les autres grandes banques centrales ont permis d'éviter la catastrophe après la chute de la banque Lehman Brothers, « personne ne peut prétendre que l'abaissement des taux d'intérêt à court terme ait réellement relancé l'investissement » (Joseph E. Stiglitz, prix Nobel d'économie). De la même façon, les chances de succès du plan d'action (quantitative easing) visant à faire baisser les taux à long terme pour stimuler l'économie sont quasi nulles.

Par contre, ce plan d'action aura un premier effet immédiat : la dépréciation du dollar, conforme aux intérêts politiques du gouvernement américain. Le second effet profitera à Wall Street : la hausse du prix des actifs.

 

La Chine n'est pas en reste. Début octobre, en achetant des obligations japonaises, elle a incité les acteurs financiers à faire monter le yen. Pour riposter, la Banque du Japon s'est manifestée sur les marchés après des années de non-intervention. Le 13 octobre, le premier ministre Naoto Kan a demandé à la Chine et à la Corée du Sud (leurs concurrents commerciaux) de ne pas maintenir sous-évaluées leurs monnaies, tandis que le ministre des finances Yoshihiko Noda pointait les interventions régulières de la Corée du Sud sur le marché des changes. Tokyo brisait ainsi un tabou : pour la 1ère fois, la Corée du Sud est mise en accusation.

 

Mais la grande bataille est en Europe. Début octobre, l'euro s'est apprécié de 10 %. Les États-Unis et la Chine ont intérêt à affaiblir l'Europe en dopant l'euro : une opération d'autant plus facile qu'il n'y a pas de défense monétaire européenne.

Le président ubiquiste Sarkozy de Nagy Bocsa, en parlant du problème du yuan, est en retard d'une bataille (comme DSK l'ami du CAC 40). Le vrai sujet, c'est le dollar, dont la chute est une arme de destruction massive.

Les Anglais, quant à eux, ont tiré les premiers en 2008 : c'est une habitude.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

L'échec prévisible du président Obama

Publié le par Alexandre Anizy

 

A mi-mandat, le parti du président Obama va perdre les élections, parce que la politique économique des démocrates n'a pas répondu aux attentes des Américains. Inutile de gloser, un seul chiffre suffit : presque 10 % de chômage (un choc pour l'Amérique, mais une affaire courante pour l'Europe …)

 

Ce résultat piteux était prévisible, dès que l'équipe du président fut connue. Avec pour conseiller économique Lawrence Summers, un économiste admirateur de Milton Friedman le libéral, qui a œuvré au sein du pouvoir financier de Reagan à Clinton (Secrétaire au Trésor de 1999 à 2001), et pour Secrétaire du Trésor Timothy Geithner, ancien patron de la FED de New York et à ce titre sauveteur des grandes banques américaines (avec Henry Paulsonet Ben Bernanke) et de l'assureur AIG (à qui la FED de New York conseilla dans des courriels de ne pas rendre publics des détails clés sur les termesdu renflouage par l'État, ce qui valut au cador d'être entendu par une Commission parlementaire en janvier 2010), que pouvait espérer Obama ? D'abord et surtout un solide plan de défense des intérêts de la finance américaine !

L'establishment a confié le sale boulot à un Noir, comme le francisquain Mitterrand avait pris l'ouvrier Bérégovoy pour déréglementer les circuits financiers français …

 

Maintenant, les Américains n'apprécient pas la facture d'Obama et ils sont prêts à rentrer dans le giron républicain : c'est la rançon du bipartisme, ce misérable état de l'organisation démocratique dans laquelle l'oligarchie voudrait plonger la France.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

Les syndicats promènent les salariés avertis

Publié le par Alexandre Anizy

 

Comme en 2009, les syndicats ont usé de la même stratégie, à savoir la répétition de défilés stériles jusqu'à l'arrêt du mouvement par épuisement moral et financier des manifestants.

 

Mais face à l'ampleur et la persistance de la contestation, ils ne peuvent pas solder l'opération sans risquer la déconnexion : c'est pourquoi ils mettront en scène des événements isolés et momentanés pour donner l'illusion d'une bataille ininterrompue, qu'ils n'ont en réalité jamais menée.

 

Lundi dernier sur un plateau de télévision, il fallait voir François Chérèque le jaune quémander une négociation à la patronne du MEDEF, l'héritière Laurence Parisot … quelle pitié ! Une rencontre aussitôt acceptée par la dame roublarde en la nommant "délibération" : les gens avertis ont apprécié le glissement sémantique.

Pour la retraite de ce triste sir syndicaliste, nous ne nous inquiétons pas : il finira dans un placard douillet de l'État, comme son père (ancien n°2 de la CFDT), ou bien dans une société qu'il aura créée grâce à l'appui financier de grands Groupes, comme Nicole Notat (ancienne patronne de la CFDT)…

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

En passant par Celan (Paul)

Publié le par Alexandre Anizy

 

Pour nous, le passé et le présent se sont confondus ces jours-ci en passant par Paul Celan.

 

« (…) Si venait,

Si venait un homme,

si venait un homme au monde aujourd'hui, avec

la barbe de lumière

des patriarches, il pourrait,

s'il parlait de ce

temps, il

pourrait

seulement bredouiller, et bredouiller

toujours, rebredouiller tou-

jours, jours. » (…)

(Extrait du poème "Tübingen, janvier")

 

 

Alexandre Anizy

 

La radicalité de Georges Darien

Publié le par Alexandre Anizy

 

Il faut lire Georges Darien, notamment « le voleur » (téléchargement gratuit du livrel sur www.gutenberg.org ), pour constater que la radicalité d'auteurs contemporains n'est au fond qu'une aimable plaisanterie.

 

Ce roman ne vaut pas par sa structure, dans laquelle les rebondissements invraisemblables fleurissent, mais par le style furtif et la pensée iconoclaste. Par exemple, le voleur semble plus moral que les bourgeois.

A méditer.

 

Alexandre Anizy

 

Etincelles d'EDF, et Pierre Gadonneix sévit toujours

Publié le par Alexandre Anizy

 

En 2008, patron d'EDF, Pierre Gadonneix signait un accord avec Constellation Energy. Il en devenait le partenaire grâce à un rachat de 49,9 % des activités nucléaire de la société américaine pour 4,5 Milliards de dollars … avec une clause : option de vente à EDF de vieilles centrales à charbon … pour 2 Milliards de dollars !

Ce deal était présenté comme un coup magnifique pour pénétrer l'immense marché américain.

 

Aujourd'hui, patatras ! Le groupe américain aurait définitivement renoncé à construire la centrale de Calvert Cliffs (le fameux réacteur EPR), et entamé des discussions sur l'exercice de l'option de vente de ses centrales obsolètes, dont la valeur réelle n'atteint pas les 2 Milliards promis par EDF, au temps des beaux rêves.

 

Se faire dépouiller par les hommes d'affaires étrangers semble être une spécialité des "cadors" français (par exemple : affaires du Crédit Lyonnais de Jean-Yves Haberer, du France Télécom de Michel Bon).

 

Rappelons ici notre note du 7 juin 2008 « Pierre Gadonneix est-il un BON manager ? » :

http://www.alexandreanizy.com/article-20239227.html .

 

Aux dernières nouvelles (1 septembre 2010), à 67 ans, le polytechnicien Gadonneix vient d'être coopté et nommé Président du Conseil de Surveillance de la société Latécoère. Nous espérons (pour elle) qu'il ne reproduira pas son tour de magie : transformer un carrosse en citrouille.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

Le carrefour d'Antoine Laurain

Publié le par Alexandre Anizy

 

Récemment, nous fîmes une bonne pêche dans notre bibliothèque municipale préférée : « carrefour des nostalgies » d'Antoine Laurain (édition Le passage, août 2009, 301 pages, 18 €). Un canevas bien ficelé, une écriture sobre et agréable qui ne ralentit pas le rythme juste sont le deux grandes qualités de cet ouvrage.

 

L'histoire d'un homme politique d'envergure qui perd sa mairie aux élections municipales, après une défaite aux législatives. Il plonge dans une courte déprime, durant laquelle il tombe par hasard sur une photo de son passé (la classe de terminale) ; l'idée de partir à la rencontre de ses relations lycéennes s'impose peu à peu. Dans cette quête gratuite, il découvrira une vérité personnelle et le moyen de retrouver sa fonction sociale.

 

Un roman plaisant, sans prétention.

 

 

Alexandre Anizy

 

P.-S. : par hasard … nous apprenons à la fin du livre qu'Adrien Goetz (lire notre note précédente) est un ami d'Antoine Laurain : ensemble ils ont donc la moyenne !

 

 

Endormis par Adrien Goetz

Publié le par Alexandre Anizy

 

Les connaissances artistiques d'Adrien Goetz, qui est maître de conférence en histoire de l'art à la Sorbonne, lui permettent de ficeler des livres qui se déroulent dans ce milieu, dans lesquels il a le bon goût de nous épargner et le jargon et la démonstration d'érudition.

 

« La dormeuse de Naples » (points poche, mai 2007, 112 pages, 5 €) évoque surtout la figure du peintre Ingres.

 

Si l'auteur revendique la "vérité romanesque", le lecteur cherche encore le roman.

 

 

Alexandre Anizy


De Maurice Allais

Publié le par Alexandre Anizy

 

Maurice Allais, prix Nobel d'économie en 1988, est décédé.

 

Bien que nous n'ayons pas la même « Weltanschauung », nous nous accordions sur quelques points essentiels dans l'analyse du désordre économique planétaire. Lire par exemple

http://www.alexandreanizy.com/article-crise-de-la-mondialisation-ii-avec-maurice-allais-43028468.html

 

Nous sommes curieux de voir comment les contempteurs benêts d'une autre politique économique comme Daniel Cohen, ceux qui feignent de croire à une mondialisation heureuse comme Alain Minc et Pascal Lamy, vont tirer un trait sur les idées de Maurice Allais dans leur éloge funèbre, s'ils n'ont pas la sage élégance de se taire.

 

Nous espérons que les "économistes atterrés" sauront s'inspirer à bon escient des idées et de la pugnacité de Maurice Allais.

 

 

Alexandre Anizy