Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie tumultueuse selon Nimrod

Publié le par Alexandre Anizy

             

 

 

Semés avec les orages

nous avons grandi avec les éclairs

et le pays a fleuri

dans les ruisseaux ardents

 

 

Nimrod

( J'aurais un royaume en bois flottés, poésie Gallimard)

 

 

Baba au Touquet

Publié le par Alexandre Anizy

            En rester coi.

 

 

 

            Nous connaissions le baba au rhum de la Closerie des Lilas, avec sa crème servie généreusement et son rhum Clément à volonté. Un must de la brasserie parisienne.

            Mais au Touquet, le chef William Elliott a mis à sa carte automnale un baba de très haute tenue : un dressage parfait (3 couleurs), une harmonie des saveurs. Un chef-d'œuvre ? Dans ce cas, plutôt que le libellé descriptif sur la carte, nommons-le baba Elliot. Ou bien bab Anizy (Hemingway n'a-t-il pas son bar ?).

 

 

Alexandre Anizy

 

Coulon la poétesse

Publié le par Alexandre Anizy

            Cécile Coulon devrait concentrer sa force pour sortir de son confort. En attendant...

 

 

 

Interlude

 

ce visage endormi que tes yeux éclaboussent

de ce bleu si profond où la nuit

je ramasse

ce qu'il faut de trajets de tes lèvres

à ma bouche

pour pouvoir le matin s'arrêter

se suspendre au bord

du temps qui passe

comme deux grands oiseaux

alourdis par la pluie

font sécher au soleil

leurs plumes d'oreillers

 

Cécile Coulon

Les ronces, Le Castor astral, avril 2018

 

Mauvaise querelle de Kevin Lambert

Publié le par Alexandre Anizy

            L'étudiant Kevin Lambert étoffe son apprentissage littéraire en livrant un roman putassier.

 

           

            Querelle (Le Nouvel Attila, 2019) de Kevin Lambert est une fiction syndicale (sic) qui vire guignolesque, avec un prologue conçut pour les chalands des librairies gay. Le commerce y trouve peut-être son compte, pas la littérature, et encore moins la question sociale.

 

Alexandre Anizy

La faute de Michèle Lesbre

Publié le par Alexandre Anizy

            Qui aime bien, critique bien.

 

 

            Le lecteur anizien sait combien nous apprécions le talent de Michèle Lesbre ( lire ici et ici et ici ), et c'est une correspondante qui nous signala cet ouvrage particulier : Victor Dojlida, une vie dans l'ombre ( Sabine Wespieser, 2012, livrel).

            Bien sûr on y retrouve le style de l'autrice, fait d'une langue délicate et d'un rythme doucereux, bien sûr il y a la justesse d'un propos enrobé dans un équilibre sage, mais au point final, on se demande quel était le projet initial, puisque la Camarde a fauché le héros avant la fin de sa dernière mission.

            Le titre est équivoque, parce que le livre ne dépeint pas l'univers carcéral. Ce n'est pas non plus un travail mémoriel sur la Résistance. Ni sur la chute dans le brigandage, comme l'a raconté Alphonse Boudard ( lire ici ). Non, c'est un peu de tout cela, mais surtout le récit d'une écrivaine allant à la rencontre d'un homme qui se tint droit quand tant d'autres se couchaient : Michèle dans le train vers Homécourt, Michèle attendant Victor dans un café au coin de la rue de la Roquette...

           

            Surimposer son nombril sur la trajectoire digne de Victor Dojlida nous paraît inconvenant : c'est la faute de Michèle Lesbre.

 

 

Alexandre Anizy

 

Sonja Delzongle au top

Publié le par Alexandre Anizy

            Sonja à son top balkanique.

 

 

            Suite à un épisode touquettois ( lire ici ), nous plongeâmes dans Cataractes  (éditions de l'épée, avril 2019, livrel), titre du nouveau thriller de Sonja Delzongle, qui ose cette fois-ci localiser son histoire en Serbie ( lire ici ). Ce faisant, elle commet son meilleur ouvrage : la récidive est donc conseillée !

 

            Après la pommade (sincère et gratuite, du moins sur ce blog ), ne résistons pas à une taquinerie innocente. 

« ... les yeux gorgés de cette émotion partagée.

- Et tu as eu à t'en servir ? demande-t-elle, la gorge serrée. » (p.141/325)

Un jour d'inspiration engorgée, peut-être ?

 

 

Alexandre Anizy

 

L'Appanah c'est un placebo familier

Publié le par Alexandre Anizy

            Nathacha Appanah est une journaleuse qui s'adonne aux textes gris, adore la nuance ― c'est mignon comme une photo de David Hamilton ―, admoneste le pointeur cruel, adoucit son phrasé d'un mélange marin, pour émouvoir son lecteur endormi. Et le reste n'est pas littérature.   

 

 

            Dans Le ciel par-dessus le toit (Gallimard, 2019), l'autrice brode une joliesse rythmée d'anaphores accumulées : la dope est adoptée.

            « C'est un vaste monde qui se dessine en dix ans. Il y a des îles qui disparaissent, des collines qui glissent et s'affaissent, il y a le désert qui ronge les villages et les villes qui grignotent la campagne. Il y a la joie et la mort qui emporte, aussi. Il y a les pardons, et les belles choses qu'on se dit à l'aube. Dix ans mais il reste encore des endroits comme celui où se trouve Loup. » (p.64/99)

Encore et encore...

            Mais aussi une volonté musicale qui amenuise le précis :

            « Il y a ce regard échangé de loin. C'est la mère qui avance vers la fille parce que cette dernière est pétrifiée ― par cette beauté, par cette vague d'émotions qui l'atteint, par le poids de ces dix années, par la difficulté à être l'enfant de sa mère ― et toujours le cœur qui bat, le ventre qui tourne, l'esprit qui se débat pour trouver les mots qui conviennent, mais en réalité c'est autre chose qui prend le dessus et ça ressemble à un début, à quelque chose qui s'ouvre et qui offre on ne sait pas encore quoi, on ne sait pas encore comment mais on espère que ça ressemblera à de la tendresse et, pour l'instant, ça leur suffit. » (p.85/99)

 

            C'en est trop, comme ce "h" planté au milieu du prénom, comme la cendre inutile d'un rêve de majesté. Pour le coup, amusons-nous avec l'excipit : 

            « Il était une fois un endroit ouvert sur la mer, le ciel et la terre. Dans cet endroit, chaque chose avait une histoire et chaque chose contenait une promesse. Loup les goûte une à une, de son corps, de son visage, de ses mains qu'il ouvre en grand et sa bouche aussi. Il lui semble que ce ne sera jamais assez d'offrandes et qu'une vie entière dans ce vaste monde ne sera pas suffisante pour toutes les dire, toutes les tenir. » (p.93/99)

Et le nôtre :

      Il était une fois un livre ouvert sur l'être, le dedans et le dehors. Dans ce livre, chaque page est une profondeur et de chaque page émane la rémanence d'une discorde. Vuk s'en imprègne, Vuk l'ingère, Vuk la restitue. Il était une fois un être intériorisant la fragilité de l'harmonie, la violence du vaste monde.     

 

 

Alexandre Anizy

 

De quoi se mêle le Conseil Constitutionnel ?

Publié le par Alexandre Anizy

            En consacrant le principe de gratuité de l'enseignement supérieur, le Conseil Constitutionnel fait le lit de l'éducation privée.

 

 

            C'est une tribune du maître de conférence Pierre-Henri Tavoillot (Figaro du 17 octobre 2019 : Le gouvernement des principes, ou la fin de la démocratie délibérative) qui nous a alertés sur la récente dérive démocraturique : profitant d'une saisine, le Conseil Constitutionnel a arrêté un principe de gratuité de l'enseignement supérieur dans un champ qui ne relève pas de sa compétence. « Cet arrêt, je pèse mes mots, est une véritable usurpation de la volonté générale », écrit le juriste vigilant qui ajoute que « cette accumulation de questions de  principes révèle une chose : la légitimité d'agir du politique est devenue tellement faible qu'il tente de la gonfler artificiellement par l'autorité du droit. Faute de pouvoir changer le réel, il cherche à modifier les textes en général et la loi fondamentale en particulier ».  C'est une véritable dépossession démocratique.

 

            Nous ajoutons à cette critique experte que l'arrêt du Conseil Constitutionnel est pire que cela, puisqu'il interdit la transformation sérieuse de l'enseignement supérieur, dans la mesure où la question de ses ressources vient d'être arbitrairement escamotée. Les écoles privées vont continuer de prospérer sur le cadavre de l'université.

            L'élisphère contrôle de plus en plus son autoreproduction.   

 

 

Alexandre Anizy

 

Cécile Coulon est une bête

Publié le par Alexandre Anizy

            De course évidemment. 

 

 

            Depuis le 4 septembre, L'(im)Monde l'ayant récompensée, Cécile Coulon doit être au paradis des anges blond peroxydé, ce qui n'est pas le cas de ses personnages dans Une bête au paradis (L'iconoclaste, août 2019). Un prix mérité pour cette écrivaine talentueuse. Echantillon pris au hasard.

            « Il ne faisait pas partie de la famille. Il était employé, ici. On ne lui avait rien dit, parce qu'on attendait de lui ce qu'on attendait d'un commis de ferme. Nourrir les poules. Nettoyer la cour. Inspecter la grange. Trier les œufs. Traire les vaches. Il ne faisait pas partie de la ferme. Louis avait oublié ce que c'était d'être du paysage sans être de la photo.

            avant de redescendre, il défit le lit d'Emilienne, tira les draps par terre. au moins, quelle ne revienne pas dormir dans un lit sale. » (p.226)

 

            Bien sûr, en lisant Cécile, on voyage vers Marie-Hélène Lafon (lire ici et ici ), à qui l'autrice rend hommage dans un entretien au quotidien vespéral, où elle évoque aussi L'épervier de Maheux de Jean Carrière (lire ici ). Coulon a de bonnes références. Mais pour nous, c'est plus à Bernard Clavel que le livre renvoie. 

 

 

            En tout cas Cécile, pour le Graal, il faudra changer d'écurie : c'est la loi du commerce.

 

 

Alexandre Anizy

8. Les tartuffes socialistes Boris Vallaud

Publié le par Alexandre Anizy

            Hier matin, puisque la colère sociale sourd, l'européiste Boris Vallaud pérorait à la télévision en se présentant comme un défenseur des gens de peu (les cheminots, les agriculteurs, etc.). "Non, dit-il en gros à Jeff Wittenberg, si les socialistes gouvernaient, ils n'auraient pas voté le CETA", alors que ce sont eux qui ont laissé aboutir ce traité... Gonflé l'énacrate ! Mais n'est-ce pas à cela qu'on les reconnaît ?

 

 

            Soyez-en sûrs : les vautours de la ligue libérale radicale vont occuper l'espace médiatique, pour le cas où le pouvoir devrait changer de main... pour que rien ne change. A cette enseigne, le moins jeune Boris Vallaud (le mari de Pimprenelle qui a tant fait pour l'abaissement de la qualité de l'école publique) peut jouer un rôle majeur, parce que ce tartuffe est parfaitement qualifié. Qu'on se souvienne.

            En 2012-14, il est au ministère de l'Economie quand le culbuto Hollande, ennemi de la finance, offre un cadeau fiscal de 20 Milliards d'euros aux entreprises pour lutter contre le chômage : les patrons ont eu le pognon, les chômeurs furent plus légion.

            En 2014-16, il est secrétaire adjoint à l'Elysée, oeuvrant (mais attention, ce n'est pas lui le responsable, c'est l'autre du bureau d'à côté...) sur la sinistre loi Travail défendue par la ministre El Khomri. Soulignons ici que pour faire leurs saloperies, les socialistes ont l'art de placer un innocent en tête de gondole : ce fut Pierre Bérégovoy pour la financiarisation de l'économie dans les années 80, ce fut une beurette pour la casse du code du travail.

            En résumé, le bilan social de l'énacrate Vallaud n'est pas reluisant, il est dégueulasse. Pour notre part, nous écrivions dès le 26 juin 2012... Lire ici

 

 

            Mais depuis 2017, où le bébé cador élyséen a hérité d'une circonscription en or, Boris Vallaud se refait une virginité "de gauche" : non, il la joue pas comme Karl Liebknecht, mais Pimprenelle n'est pas Rosa Luxemburg non plus !     

 

 

Alexandre Anizy

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>