Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sous le soleil de Slobodan Selenić

Publié le par Alexandre Anizy

Aujourd'hui, prenons de l'altitude avec Slobodan Selenić, que nous classons d'emblée dans la catégorie des géants grâce notamment à « l'ombre des aïeux » (Gallimard, octobre 1999, 409 pages, 170 FRF).


C'est l'histoire d'un jeune Belgradois en formation en Angleterre, qui épouse une Anglaise et la ramène au pays ; c'est l'histoire du rapport entre une étrangère et la Serbie des années 1930, entre cette mère anglaise et son fils Mihajlo ; c'est l'histoire d'un Serbe bien éduqué, dépassé par la fureur de l'époque qui pénètre dans sa propre maison.


Comme nous, vous serez subjugués par la finesse de l'analyse psychologique, par la montée inexorable de la tension dramatique, par la maîtrise narrative et stylistique (1).

Prenons l'incipit:

« Calé sur deux grands oreillers, je suis plutôt assis que couché dans mon lit antique large comme une couche royale, qui est pour moi, depuis deux décennies au moins, le refuge le plus sûr et le centre de notre enclos bien protégé. »

Ou encore :

« Nul autre que moi n'eût pu deviner, dans l'attitude posée et raisonnable de ma chère obstinée, le volcan de sensualité qu'elle pouvait être et moins encore que, malgré la honte qui l'envahissait après ses envolées licencieuses, mon Elizabeth, si maîtresse d'elle-même en toute circonstance, emportée par les vagues furieuses du plaisir, dérivait, impuissante, comme un léger esquif dans les grandes tempêtes d'équinoxe. » (p.205)


En prime, nous vous offrons un aphorisme :

« L'esprit critique dans le patriotisme, c'est la religiosité sans la foi. » (p.171)


C'est aussi l'histoire de la Yougoslavie entre les deux Guerres mondiales, commentée sans complaisance par un intellectuel serbe. Une vision complémentaire à celle de Svetlana Velmar-Janković, avec son chef d'œuvre « dans le noir ».

Lire à son sujet les notes

http://www.alexandreanizy.com/article-20514017.html

http://www.alexandreanizy.com/article-35605079.html


Sans tarder, lisez maintenant Slobodan Selenić, un soleil dans l'ordinaire grisaille littéraire !


Alexandre Anizy


(1) : soulignons le remarquable travail de traduction de Gojko Lukić et de Gabriel Iaculli.

Marie Ndiaye écrivain impuissant

Publié le par Alexandre Anizy

« Trois femmes puissantes » (Gallimard, décembre 2009, 317 pages, 19 €) est un roman couronné de succès (d'abord public, puis officiel avec le prix Goncourt), qui réhausse le niveau général de la littérature française contemporaine. Marie Ndiaye a du talent et du métier, ce dont tout le monde convient. Pour autant, que penser de ce roman-là ?


Il s'agit de vraies fictions (trois pour le prix d'une), qui nous auraient réconciliés avec le genre romanesque si nous n'avions pas achevé ce livre en nous interrogeant sur son réel intérêt. Pourquoi trois histoires ? Hormis l'origine africaine et la puissance des femmes, les vilenies des hommes, quelle est la thématique unitaire ? En refermant l'ouvrage, nous étions déçus, parce que ce rassemblement de trois récits indépendants ne constitue pas un projet littéraire satisfaisant.


Reste l'écriture, qui pose un problème. Incontestablement, Marie Ndiaye travaille ses textes : sous une modestie apparente, nous voyons bien que les phrases sont ciselées, que les mots sont polis, que le foisonnement lexical constitue la règle d'or. Obnubilé par sa quête d'une phraséologie éclatante, l'auteur en oublie la plausibilité du sens, par exemple lorsqu'il parle de « maison arrogante » (p.11) ou bien de « croassement réticent » (p.220) (c'est le propriétaire d'un bâtiment qui peut être arrogant, c'est la grenouille qui peut être réticente …) Du fait de l'accumulation, les incongruités et la préciosité finissent par empeser le style ; alors tout paraît fade à cause de la richesse excessive, qui n'empêche pas les répétitions idiotes comme le verbe paraître dans la citation suivante, atone par le rythme saccadé comme dans l'incipit :

« Et celui qui l'accueillit ou qui parut comme fortuitement sur le seuil de sa grande maison de béton, dans une intensité de lumière soudain si forte que son corps vêtu de clair paraissait la produire et la répandre lui-même, cet homme qui se tenait là, petit, alourdi, diffusant un éclat blanc comme une ampoule au néon, cet homme surgi au seuil de sa maison démesurée n'avait plus rien, se dit aussitôt Norah, de sa superbe, de sa stature, de sa jeunesse auparavant si mystérieusement constante qu'elle semblait impérissable. »

Le tort de Marie Ndiaye est de s'écouter écrire, si bien qu'elle en oublie le style, au sens que lui donne Philippe Djian dans « ardoise ».

(lire http://www.alexandreanizy.com/article-6876006.html )


 

« Quel sens cela aurait-il d'ajouter ma voix aux indignations qui s'expriment, si elle n'est pas originale ? », s'interrogeait Marie Ndiaye dans le Figaro du 15 octobre 2009 à propos de l'engagement politique des intellectuels, en semblant ignorer que cela vaut aussi pour la littérature.



Alexandre Anizy

 

Petit bémol pour Jacques Marseille

Publié le par Alexandre Anizy

La mort de Jacques Marseille a marqué beaucoup d'esprits dans les salles parisiennes de rédaction, si on se fie au nombre d'hommages rendus. Nous nous associons évidemment aux louanges concernant l'historien, élève de Jean Bouvier (auteur d'un travail remarquable sur la « Naissance d'une banque : le crédit lyonnais » - Flammarion, 4ème trimestre 1968, 382 pages), dont il prendra la succession à la chaire d'histoire économique et sociale de la Sorbonne.


Jacques Marseille était un excellent historien dont les articles de presse avaient aussi le mérite de bousculer les certitudes établies. Pour le fond idéologique, nous n'avons pas attendu aujourd'hui pour railler le professeur : lire notre note prémonitoire (sur la crise et les banques) du 12 novembre 2007

http://www.alexandreanizy.com/article-7244247.html ,

et celle du 26 août 2008

http://www.alexandreanizy.com/article-22253855.html .


Nous n'avons pas l'intention d'imiter ici le colonel von Warronigg à la fin du récit « enterrement à Thérésienbourg » de Miroslav Krleža (éditions Ombres, septembre 1994, 89 pages, 49 FRF), mais simplement d'apporter un bémol dans ce déluge d'éloges.

Il se trouve que nous avons suivi un cours de Jacques Marseille à l'université de Paris 8 (sans lui, nous n'aurions jamais lu Agricol Perdiguier, « Mémoires d'un compagnon » - éditions François Maspéro, 3ème trimestre 1977, 419 pages) : comme enseignant, en ce lieu et à ce moment-là, il n'impressionnait ni par le talent, ni par la passion pédagogique.



Alexandre Anizy

 

Un Djian sans incidence

Publié le par Alexandre Anizy

Comme il y avait longtemps que nous n'avions pas pris une dose de style par l'entremise de Philippe Djian, nous décidâmes d'avaler la dernière œuvre de ce romancier talentueux.

Lire notre note précédente :

http://www.alexandreanizy.com/article-6876006.html


Dans « incidences » (Gallimard, février 2010, 233 pages, 17,90 €), tout est là, comme d'habitude : l'ambiance, le rythme. Prenons l'incipit :

« S'il y avait une chose dont il était encore capable, à cinquante-trois ans, par un grand soir d'hiver que blanchissait la lune et après avoir bu trois bouteilles d'un vin chilien particulièrement fort, c'était d'emprunter la route qui longeait la corniche le pied au plancher. »

Comparons à l'intro de « maudit manège » (éditions Bernard Barrault, mars 1986, 386 pages, 78 FRF) :

« Un soir, environ cinq ans après la mort de Betty, j'ai bien cru que ma dernière heure venait d'arriver. Et Dieu sait que je m'attendais pas du tout à ça. »

Mais le Djian débutant n'aurait pas écrit un truc de ce genre :

« Maintenant, il connaissait la douceur. Il savait désormais ce qu'une femme avait à offrir, au-delà du sexe. Il était au courant, désormais. Il se sentait apaisé. » (incidences, p.215)


Allez-y, plongez dans la faille du dernier des Djian.



Alexandre Anizy

 

Sortir de l'euro selon Yves de Kerdrel

Publié le par Alexandre Anizy

La foudre se serait-elle abattue sur Yves de Kerdrel (chroniqueur libéral au Figaro de la famille Dassault), lui octroyant une lucidité qui manque cruellement à ses prêches quotidiens ?


Extraits de son papier du 2 mars 2010 :


« (…) l'euro dont la décomposition se déroule sous nos yeux, comme un film au ralenti, va laisser des millions de chômeurs, des friches industrielles gigantesques, une paupérisation européenne encore incalculable, un laxisme budgétaire qu'il faudra des années à purger, et une Allemagne toujours plus forte au sein de notre Vieux Continent. »


« La BCE de Wim Duisenberg, puis de Jean-Claude Trichet, porte une responsabilité colossale dans la chronique de cette mort annoncée. Elle a mis l'Europe industrielle à genoux, et enrichi les rentiers. »

« L'euro a été imaginé comme un socle pour l'Europe, alors que, comme l'avait montré Philippe Séguin, cette monnaie obligeait chaque pays à renoncer à sa politique économique. »


« La question est désormais de sortir de ce nœud de vipères avec le moins de morsures possibles, tant les dégâts sont déjà nombreux. »


Cet article serait-il un cadeau de la Providence ?

Il est vrai que « le miracle est, avec la vigne, l'une des principales cultures de la France ». (Pierre Daninos, les carnets du major Thompson)



Alexandre Anizy

 

De la stratégie allemande

Publié le par Alexandre Anizy

Concernant l'Union Européenne, depuis 20 ans l'Allemagne a opté pour une stratégie non coopérative, comme le dit Patrick Artus. Voir aussi nos notes :

http://www.alexandreanizy.com/article-24166795.html

« la question de l'Allemagne » du 28 octobre 2008,

et

« l'Europe est vraiment mal partie » du 6 novembre 2008,

ainsi que nos dernières notes économiques.


Depuis longtemps, l'Allemagne regarde à l'Est. Comme les faits sont têtus, en voici quelques uns.

Dans les problèmes industriels d'Airbus, les responsables allemands n'ont jamais reconnu leur responsabilité (la fameuse usine d'Hambourggggg) ; car dans EADS, malgré les apparences, l'Allemagne tient déjà l'organigramme (voir nos notes sur ce sujet), ce qui explique son maintien dans cette structure aberrante finalisée côté français sous l'ère de l'austère fossoyeur socialiste Jospin et Strauss-Kahn l'ami du CAC 40 (des gens qui ne savent pas compter : lire http://www.alexandreanizy.com/article-7183428.html .

L'allemand Siemens, qui ne contrôlait ni le capital ni l'organigramme d'Areva, a lâché cette société sans respecter stricto sensu le pacte d'actionnaires (mais ça se plaide …) pour se jeter immédiatement dans une alliance avec le concurrent russe Rosatom (bonjour l'éthique !) : en jeu, les futures 400 centrales nucléaires, un marché de 1.000 milliards d'euros.

En optant pour un gazoduc direct Russie – Allemagne, le chancelier Schroeder ignorait au prix fort les pays baltes, l'Ukraine.

Comme on le constate, peu importe la couleur politique du chancelier allemand, puisque la stratégie est cohérente : au diable l'autonomie énergétique de l'Union Européenne !


Pour la sortie de crise, il nous paraît évident que l'Allemagne a déjà choisi :

  • maintien de sa stratégie non coopérative en euro land, ce qui signifie à terme l'appauvrissement des autres partenaires, notamment la France et l'Italie ;

  • alliance énergétique et industrielle avec la Russie (le rêve d'une modernisation économique russe sous l'égide de l'Allemagne …).


Lorsque le président ubiquiste Sarkozy de Nagy Bocsa, lui l'atlantiste convaincu, se tourne vers la Russie et n'hésite pas à vendre les fameux navires Mistral, nous ne pouvons que le féliciter de cette évolution stratégique, car au XXIème siècle rien ne se fera en Europe sans la Russie. Mais nous constatons aussi qu'il ne fait qu'accrocher unilatéralement le wagon français à la locomotive allemande.


Alexandre Anizy

FEU sur l'euro !

Publié le par Alexandre Anizy

L'euro est un malentendu historique. La France en est l'instigateur : obnubilé par la nécessité d'un nouvel élan pour concrétiser l'idée européenne, le francisquain Mitterrand accepte les conditions mortifères posées par l'Allemagne du chancelier Helmut Kohl et du président de la Bundesbank Karl Otto Pöhl, à savoir l'indépendance de la banque centrale, les critères de convergence astreignants qui seront prolongés en 1997 par le pacte de stabilité signé à Amsterdam, sans en retirer un quelconque bénéfice. Au contraire, les partenaires de l'Allemagne font les frais de son égoïsme : explosion du Système Monétaire Européen (SME) suite à la hausse des taux d'intérêt décidée après la réunifcation du pays, compression des coûts salariaux, hausse de la TVA pour améliorer les finances publiques tout en bridant la consommation intérieure … Depuis 20 ans, l'Allemagne, du fait de sa stratégie économique non coopérative, a mis en berne la croissance européenne.


Depuis quasiment 10 ans, tous les hommes politiques français, de droite comme de gauche, demandent un gouvernement économique de la zone euro, et précisément pour quelques uns, un changement des statuts de la BCE, l'octroi de pouvoirs réels à l'Eurogroupe (le Conseil des ministres de l'économie des pays de la zone euro). Rien n'y fait, et la ratification honteuse du traité de Lisbonne n'est qu'une nouvelle étape d'un calvaire.


Avec la crise, d'aucuns espéraient un revirement pro-européen de la part de l'Allemagne. Que nenni ! Elle persiste dans son orthodoxie financière (héritage anesthésique d'un traumatisme passé), qui habille de plus en plus modestement le choix maintes fois réitéré de la suprématie de l'intérêt national. Or, l'Allemagne sait de par son expérience de la réunifcation que la réussite d'une union monétaire dépend d'une solidarité et d'une coopération politique, économique et financière sans faille.

La crise grecque nous donne aujourd'hui la certitude du maintien de la ligne politique allemande. Quand le Spiegel évoque l'injection de 20 à 25 milliards d'euros, dont 4 à 5 d'origine allemande, le ministère des Finances dément aussitôt à la fois l'information mais aussi l'hypothèse d'une aide de la zone euro à la Grèce. Quant à Axel Weber, probable successeur de l'euro imperator Trichet, il confirme la posture de l'Allemagne : « Il est impossible de justifier auprès des électeurs qu'on aide un autre pays afin que ce dernier puisse s'épargner les douloureux efforts d'adaption qu'on a soi-même endurés. »

Dans cette affaire, la vertu n'est que le paravent de l'égoïsme.



Il faut maintenant tirer les leçons de l'expérience. Force est de constater que les objections majeures soulevées par des économistes renommés lors de la création de l'euro ont été validées : d'une part, sans un ministère des finances européen, la banque centrale fédérale gère une monnaie inachevée ; d'autre part, l'Allemagne s'arc-boute dorénavant contre les Tables de la Loi européenne pour tuer dans l'oeuf les velléités de changement émanant de ses voisins autrefois naïfs.

Espérer encore un revirement unilatéral de l'Allemagne serait une nouvelle illusion. Parier sur une future modification en profondeur des textes qui régissent la monnaie européenne serait un marché de dupes qui feraient fi des difficultés juridiques et de l'urgence sociale. Par conséquent, il importe pour quelques pays, dont la France, de formuler abruptement la question de la sortie de l'euro dans l'intérêt de la construction de l'Europe. Il faut en finir avec le pacte de stabilité et de croissance, avec la politique monétaire confisquée par le milieu de la finance. Les Etats européens doivent se réapproprier les instruments indispensables pour la mise en oeuvre des politiques économiques choisies démocratiquement par leurs peuples.


Feu sur l'euro !



Alexandre Anizy

 

 

Deux options pour l'euro selon Jean-Jacques Rosa et Philippe Villin

Publié le par Alexandre Anizy

L'économiste libéral Jean-Jacques Rosa et Philippe Villin ont publié dans le Figaro du 21 février 2010 un article intéressant, où la question de l'euro est concrétement posée à partir des problèmes grecs et espagnols.


« Il ne fait aucun doute que le pays est piètrement géré. (…) Il faut même espérer que le gouvernement d'Athènes aura l'énergie nécessaire pour refuser la potion germanique de M. Trichet et Mme Merkel, qui assurerait à la Grèce de mourir guérie, mais toujours dans l'euro. Car le problème de la Grèce est d'abord et avant tout un problème de compétitivité. »

Avec un euro cher et une activité exportatrice limitée, ce pays est « incapable de vendre ses produits et ses services aux consommateurs extérieurs ». Inexorablement, les comptes extérieurs se dégradent … et les mesures d'austérité de la BCE ne résoudront rien à ce sujet.

« Le cas grec montre bien que la valeur extérieur de la monnaie de la maison Europe, qui convient à une Allemagne qui l'impose aux autres partenaires (…) est totalement inadaptée à une économie aux caractéristiques très différentes, comme celle de la Grèce. »

Le cas de l'Espagne est beaucoup plus grave, eu égard à sa taille économique et financière dans l'Europe. Ce pays est en dépression profonde : 20 % de la population active au chômage, avec des banques aux comptes douteux (Cf. leurs engagements dans le financement de l'immobilier). Or le « socialiste » Zapatero a décidé de mettre en oeuvre le traitement médecinal Trichet – Merkel : « (…) l'économie espagnole s'enfoncera dans une dépression aggravée, générant licenciements supplémentaires, faillites d'entreprises industrielles et commerciales et, in fine, probablement bancaires ... »

Seule une dévaluation de l'ordre de 30 à 50 % permettrait l'ajustement à un moindre coût, précipitant la reprise notamment en réactivant le marché immobilier. Dans l'autre cas, si l'Espagne s'effondre économiquement, c'est l'Europe qui est touchée.



Comment sortir de ce scénario noir ? Selon Rosa et Villin, il existe 2 options.

« La première consiste à reconnaître l'échec patent de l'euro. », parce que, par exemple, il a « contraint les pays qui l'ont choisi à s'ajuster sur une croissance inférieure à celle des autres pays européens restés en dehors de l'union monétaire ». Avec un taux de change surévalué, non seulement l'Allemagne peut exporter ses biens manufacturés hors Europe, forte de ses positionnements « produits » sur le marché mondial, mais encore elle gagne inexorablement des parts de marché dans le commerce intra-européen pour ses produits courants, puisque la concurrence a disparu du fait de la suppression de l'ajustement des changes. « Cet avantage compétitif structurel (et inéquitable) dont bénéficie l'Allemagne, conduit à la délocalisation progressive, hors zone euro, des industries qui faisaient la fierté de pays comme la France et l'Italie. »

L'aggravation des crises grecques et espagnoles peut être l'occasion de mettre un terme à cette construction de guingois : l'euro.

Vive le retour aux monnaies nationales dans une union douanière réaffirmée !

« Cette option est radicale, mais c'est probablement la plus sérieuse et la plus réaliste si l'on ne veut pas que l'Europe de demain ressemble au rêve allemand des années 1930 : une zone industrielle autour du Rhin s'étendant de Rotterdam aux Alpes bavaroises, et s'appuyant sur un Hinterland de sous-traitance à bas coût dans les pays de l'Est, débouchant à l'ouest et au sud sur des régions agricoles, ou aujourd'hui touristiques – une zone Med en somme -, dont les travailleurs se contenteraient d'un faible pouvoir d'achat. »


La seconde option est moins radicale, moins efficace.

Après avoir placé Mutti Merkel devant ce choix (abandon de l'euro ou sortie de l'Allemagne de l'euro / révision en profondeur des conditions de gestion de l'euro), l'Allemagne accepterait une modification du pacte de stabilité dans le sens de la souplesse, de même qu'une modification importante du mandat de la BCE (instaurer l'équilibre des objectifs entre croissance et emploi / stabilité des prix), tout en donnant beaucoup de temps (10 à 15 ans) aux pays pour résorber leurs déficits.

Dans la foulée, inspirée par le nouveau paradigme, Mutti Merkel déciderait des mesures de relance en Allemagne qui jouerait ainsi « le rôle contracyclique que la plus grande des économies européennes se doit de tenir, si elle est sincèrement attachée à la perspective d'une Europe solidaire. »

Dans ces conditions, tout en restant un instrument discutable et contestable, l'euro permettrait d'éviter le pire dans l'immédiat.



En conclusion, les auteurs nous assurent que faute d'un tel aggiornamento les niveaux de vie des Européens seraient sacrifiés au profit de la seule Allemagne.



Alexandre Anizy

 

La Grande Purge selon Philippe Dessertine

Publié le par Alexandre Anizy

Le professeur Philippe Dessertine, qui ne parle pas l'econo-globish, ce qui est déjà une qualité, exprime souvent son analyse avec sincérité, c'est à dire sans fioriture (sans tabou, dirait un causeur …). S'il faut le ranger dans le camp des hystériques des déficits, auquel nous nous opposons bien évidemment, son dernier article paru dans le Figaro du 22 février a le mérite d'exposer clairement une analyse économique de la situation.


« L'affaire de la Grèce donne raison à cette assertion [« en fait, rien n'a changé »], au-delà de toute espérance. » : avant 2007, une politique monétaire visant à préserver le principe d'une croissance « sacrée autant que mortifère » ; après septembre 2008, un sauvetage sans contrepartie du système bancaire par l'ouverture des robinets financiers des États.

« A une différence près, infime : cette fois, les débiteurs insolvables ne sont plus les acteurs privés, mais les États, tous autant qu'ils sont, chargés de leurs propres déficits et, léger détail sans importance, de toutes les dettes pourries du système financier. »

[Le point fondamental qui nous oppose à Philippe Dessertine est le suivant : en vertu de quels principes, de quelles règles, peut-il affirmer que les États sont des « débiteurs insolvables » ?]

Pour mémoire : (re)lire notre note « l'hystérie des déficits » http://www.alexandreanizy.com/article-l-hysterie-des-deficits-44697700.html

Présentons ici un calcul approximatif et imparfait, mais édifiant, de Thomas Piketty. Entre septembre et décembre 2008, la FED et la BCE ont créé près de 2.000 milliards d'euros d'argent nouveau, qu'elles ont prêté aux banques à un taux d'environ 1 % pour des durées de 3 à 6 mois qu'elles ont renouvelées en gros toute l'année 2009. Estimons qu'avec ces 2.000 milliards, les banques ont prêté quant à elles à des taux de l'ordre de 5 %, ou bien qu'elles ont remboursé des dettes ayant un taux du même ordre : « la marge réalisée serait alors de 80 milliards (4 % de 2.000), soit l'équivalent de 80 % des profits réalisés par les banques. »


La spirale infernale va reprendre, nous dit Philippe Dessertine, mais cette fois-ci la prochaine « embardée sera irrécupérable ». Pourquoi ? Parce que le modèle économique de l'Occident a « quelque chose de pourri » : consommation effrénée, primes à la casse pour sauver le secteur automobile, grands équipements financés par de nouvelles largesses publiques …

Goldman Sachs, « la plus belle des banques d'affaires est à nouveau aux premières loges pour se délecter du naufrage », comme dans le cas de la Grèce : début 2000, la banque américaine offrait au gouvernement grec des produits de camouflage pour leur dette souveraine ; en 2010, elle refinance cette dette au prix fort, et en même temps elle spécule sur le risque de défaut de paiement de la Grèce …

A ce propos, qu'est-ce qui a mis en branle la crise grecque ? Selon Thomas Piketty, ce serait l'annonce par la BCE de l'euro imperator Jean-Claude Trichet qu'elle continue à s'appuyer sur les agences de notation pour acheter des titres publics, alors que rien ne l'y oblige dans ses statuts !

On a bien en effet les mêmes acteurs, les mêmes bêtises dogmatiques, la même cupidité.


« La moralisation du capitalisme, la lutte contre les bonus et autres fariboles ne remplaceront jamais la vraie réforme de fond, celle de la consommation des pays les plus riches, vivant bien au-dessus de leurs moyens. La vérité est qu'il faudra bien se résoudre un jour ou l'autre à la douloureuse destruction massive de dettes (…). Pas un désendettement homéopathique (…), un vrai, un lourd, signifiant une terrible contraction de toutes les finances publiques, de la consommation, des retraites, des allocations, des salaires ; liste non exhaustives. »

Bref, pour Philippe Dessertine, il faudra passer au guichet pour payer l'addition ; plus on attendra, plus la saignée nécessaire sera douloureuse. Au jour d'aujourd'hui, il ne serait déjà plus possible d'épargner les plus faibles (individus et peuples) dans le prochain cataclysme.



Alexandre Anizy


N.B. : Pour nous, une autre sortie de crise est possible, loin de l'orthodoxie économique de Philippe Dessertine comme de la recommandation monétaire du néo keynésienn Olivier Blanchard (toujours en retard d'une crise ou d'une mesure appropriée … voir notre note http://www.alexandreanizy.com/article-un-econo-globish-dans-sa-misere-olivier-blanchard-45230349.html ) déjà mise en œuvre à son insu aux États-Unis :

« (…) depuis un an, la FED a imprimé 300 milliards de dollars pour acquérir des bons du Trésor, sans demander leur avis aux marchés. L'Europe devra elle aussi accepter qu'une inflation à 4 % ou 5 % est la moins mauvaise façon de se débarrasser de la dette. Faute de quoi les citoyens européens devront une fois de plus régler la note. » (Thomas Piketty, déjà cité)

Euthanasier le rentier, comme disait Keynes, mais aussi changer d'autres règles économiques : c'est un plus vaste chantier.

 

Obama finira-t-il comme Carter ou Clinton ?

Publié le par Alexandre Anizy

Avant même l'élection de Barack Obama comme Président, nous sommes restés à l'écart de « l'Obamania », c'est le moins qu'on puisse dire. Voir notre note du 28 février 2008

http://www.alexandreanizy.com/article-17138637.html .


Après un an de présidence Obama au cours de laquelle les promesses n'ont pas été tenues, il n'est pas étonnant de voir le renversement de l'opinion. L'élection d'un Républicain dans le fief démocrate du défunt Ted Kennedy en est la meilleure illustration.

Il est troublant de constater que « depuis un an, Obama et les démocrates insistent sur la nécessité de travailler main dans la main avec les républicains, pour mettre en oeuvre leurs politiques centristes. Pourquoi cette démarche de la part des démocrates, alors qu'ils contrôlaient jusqu'à janvier dernier les deux chambres du Congrès (…) ? » (Danielle Follett, enseignante-chercheuse à l'université Paris VIII)

En matière économique, Obama pouvait difficilement entreprendre le changement, puisqu'il avait choisi un expert comme Larry Summers (celui qui sous Clinton fit exploser la dernière loi limitant la rapine bancaire), ou un banquier comme Timothy Geithner, qui participa au sauvetage des banques avec le Secrétaire d'Etat républicain Henry Paulson, dans les conditions troubles que les Américains découvrent maintenant … Du côté de Wall Street, beaucoup d'indulgence malgré les beaux sermons (l'insolente santé des 4 grandes banques en atteste aujourd'hui) ; du côté du vulgum pecus, 7,1 millions (sur 7,9 millions) des ménages actuellement en retard pour le remboursement de leur prêt hypothécaire vont perdre leur logement, si l'Etat n'intervient pas ...

Comme l'écrit Danielle Follett, « les gens ont compris pour qui travaille Obama ».

Dans quelques mois, les effets du plan de relance de 2009 agiront pleinement puis déclineront aussitôt malgré les 90 milliards de dollars injectés en plus (notamment indemnités de chômage et nouvelles dépenses programmées), qui ne compenseront pas une forte baisse de la consommation, comme Robert Reich (professeur à Berkeley, ancien ministre du Travail de Clinton) le prévoit aujourd'hui. En conséquence, le taux de chômage devrait encore augmenter sensiblement.


Dans ces conditions, nous voyons deux fins de mandat possibles pour le président Obama : le calvaire de Jimmy Carter ou le rebond de Bill Clinton. Comme il n'a pas la volonté politique pour offrir une stratégie de relance sérieuse mais seulement une remarquable habileté politicienne pour durer, son rêve aux contours indéfinis risque fort de finir en cauchemar. Cependant, son ambition personnelle couplée à un exceptionnel talent de tribun peut le conduire sur le chemin du cynisme, à la manière d'un Bill Clinton prêt à tout pour obtenir un deuxième mandat. Dans ce cas, nous pourrions tous être impactés par ses initiatives : le pire n'est pas certain.



Alexandre Anizy