Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

notes politiques

Qui a livré à Microsoft les fichiers Santé des Français ?

Publié le par Alexandre Anizy

            Quand Donald Trump refuse le loup chinois dans la bergerie américaine des réseaux de communication (lire ici ) , la France de Macron confie les fichiers de Santé des Français à Microsoft. Qui a perdu le sens supérieur de l'intérêt général, comme disait l'ordolibéral Wilhelm Röpke ?

 

 

 

            Suite à un rapport de Cédric Villani sur l'intelligence artificielle, Emmanuel Macron lançait en 2018 le projet de "Plateforme des Données de Santé" (Health Data Hub pour les anti-français qui administrent la France), visant à centraliser toutes les données de santé de tous les Français.

28 mars 2018, le rapport de Cédric Villani est rendu public.

16 avril 2018 à 16h  (1), Macron recevait à l'Elysée le milliardaire Bill Gates (notoire philanthrope par optimisation fiscale), fondateur et actionnaire de Microsoft.

            La loi Santé du 24 juillet 2019 acte le projet de "Plateforme des Données de Santé".

            En novembre 2019, la chef de ce projet, Stéphanie Combes, confirmait à Mediapart que Microsoft Azure avait obtenu ce marché juteux.

Rappel : par le Cloud Act du 23 mars 2018, le gouvernement américain peut contraindre une société américaine de lui transférer les données qu'elle héberge partout dans le monde.

            Sans appel d'offre, en violation de l'article 3 de la commande publique.

            C'est pourquoi des entreprises viennent d'écrire au ministre Olivier Véran pour demander l'ouverture d'une enquête pour favoritisme.

 

            En temps de guerre, un général qui stockerait chez un ennemi potentiel les fiches militaires de tous ses soldats n'encourrait-il pas la peine pour haute trahison ?

            En temps de bataille économique permanente, le fait de livrer des données fondamentales comme celles de la santé de toute la population française, le professeur Israël Nisand « appelle cela de la haute trahison » (2). Nous aussi.

 

            Alors, quelles personnes ont signé ce putain de bon de commande ?

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) AFP 16 avril 2018 à 11h04, repris par le Point.  

(2) Mediapart, article publié le 11 mars 2020.

Face à Huawei, les européistes seront-ils röpkiens comme Donald Trump ?

Publié le par Alexandre Anizy

            Après avoir lancé la relocalisation industrielle avec Barack Obama, les Etats-Unis de Donald Trump rejettent maintenant le fabricant chinois Huawei : au temps de la cyberguerre, fous ceux qui feront entrer le Cheval dans la Cité, n'est-ce pas ?      

 

 

            Dans l'économie communiste de marché chinoise (lire ici ), la nature "privée" de Huawei ne pèse(ra) rien face au nationalisme du dictatorial Parti Communiste. Est-il par conséquent raisonnable pour l'empire américain de laisser ses infrastructures de télécommunication à la merci d'un potentiel futur assaillant ? Comme l'écrivait l'ordolibéral allemand Wilhelm Röpke à propos du bloc communiste de 1958 :

« Du fait précisément que ces intérêts [commerciaux] sont puissants, les tentatives faites en vue de justifier le commerce avec les pays de l'Est doivent être éprouvées avec autant de méfiance. Marché et intérêt perdent leur indépendance et c'est en retour à l'intérêt politique supérieur de prendre les décisions auxquelles les commerçants doivent se soumettre. » (1)

Après avoir vendu à la Chine la corde pour se faire pendre (n'est-ce pas folie pour les pays capitalistes que d'avoir transféré beaucoup de technologie et d'avoir fait de la Chine "l'atelier du monde" ?), on comprend aujourd'hui le "non röpkien" des Etats-Unis.

 

            Mais pour la Commission Européenne, que vont décider l'allemande Ursula von der Leyden qui apprécie les excédents commerciaux de son pays, et l'ordolibérale Margrethe Vestager qui aime tant le Marché (2) ?

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) Wilhelm Röpke, Au-delà de l'offre et de la demande, Les Belles Lettres, octobre 2009, p.200.  

(2) En matière économique, la danoise Margrethe Vestager pense que c'est le marché qui décide ; en aucun cas une initiative politique, qui est « une façon de voir les choses très vieille école ».

Les grigris vus par Andrée Chedid

Publié le par Alexandre Anizy

            Que de béquilles opiacées pour les petits hommes ! 

 

 

 

Pour mieux tenir debout

L'homme inventa la fable

Se vêtit de légendes

Peupla le ciel d'idoles

Multiplia ses panthéons

Cumula ses utopies

 

Se voulant éternel

Il fixa son oreille

Sur la coquille du monde

A l'écoute

D'une voix souterraine

Qui l'escorte    le guide

Et l'agrandit

 

Andrée Chedid

(Rythmes, poésie-Gallimard)

Macron, les retraites, BlackRock, Bolkenstein

Publié le par Alexandre Anizy

 

            En marche vers la casse des retraites : notule sur une action programmée.  

 

 

            D'aucuns ont découvert récemment que la régression des retraites du bankster Macron allait satisfaire les intérêts insatiables des gestionnaires de fonds, comme BlackRock. Si les journaleux faisaient vraiment leur travail, les citoyens seraient depuis longtemps avertis.

            Prenons aujourd'hui les propos de Frits Bolkenstein (lire ici ) lors de sa conférence Construire l'Europe libérale du XXIe siècle du 10 juillet 2000 à l'Institut Walter-Eucken de Fribourg (1)  :

            « La mise en œuvre de l'ensemble des mesures proposées à Lisbonne représentera un progrès considérable dans la réalisation d'une Europe conforme aux idées ordolibérales. »

Que doivent faire les européistes pour réaliser leur projet ? Deux importants chantiers de démolition selon Bolkenstein :

― la flexibilisation des salaires et des prix par la casse des marchés du travail ;

[l'ex-DRH vautour de Danone, Muriel Pénicaud, a fondu le Code du Travail, conformément au programme du bankster Macron]

― la réforme des retraites : « (...) il est urgent de s'attaquer sérieusement à la réforme de la législation sur les retraites. Les fonds de pension doivent pouvoir profiter des nouvelles possibilités d'investissement offertes par l'euro ».

 

            Depuis 2017, l'européiste Macron et ses sbires ne font que suivre le programme ordolibéral énoncé par Frits Bolkenstein en juillet 2000 : ces gens-là sont patients et opiniâtres, antidémocrates le cas échéant (Cf. le refus du NON au référendum de 2005).

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

(1) Source : Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde, La Découverte, 2010.

 

 

La vie tumultueuse selon Nimrod

Publié le par Alexandre Anizy

             

 

 

Semés avec les orages

nous avons grandi avec les éclairs

et le pays a fleuri

dans les ruisseaux ardents

 

 

Nimrod

( J'aurais un royaume en bois flottés, poésie Gallimard)

 

 

De quoi se mêle le Conseil Constitutionnel ?

Publié le par Alexandre Anizy

            En consacrant le principe de gratuité de l'enseignement supérieur, le Conseil Constitutionnel fait le lit de l'éducation privée.

 

 

            C'est une tribune du maître de conférence Pierre-Henri Tavoillot (Figaro du 17 octobre 2019 : Le gouvernement des principes, ou la fin de la démocratie délibérative) qui nous a alertés sur la récente dérive démocraturique : profitant d'une saisine, le Conseil Constitutionnel a arrêté un principe de gratuité de l'enseignement supérieur dans un champ qui ne relève pas de sa compétence. « Cet arrêt, je pèse mes mots, est une véritable usurpation de la volonté générale », écrit le juriste vigilant qui ajoute que « cette accumulation de questions de  principes révèle une chose : la légitimité d'agir du politique est devenue tellement faible qu'il tente de la gonfler artificiellement par l'autorité du droit. Faute de pouvoir changer le réel, il cherche à modifier les textes en général et la loi fondamentale en particulier ».  C'est une véritable dépossession démocratique.

 

            Nous ajoutons à cette critique experte que l'arrêt du Conseil Constitutionnel est pire que cela, puisqu'il interdit la transformation sérieuse de l'enseignement supérieur, dans la mesure où la question de ses ressources vient d'être arbitrairement escamotée. Les écoles privées vont continuer de prospérer sur le cadavre de l'université.

            L'élisphère contrôle de plus en plus son autoreproduction.   

 

 

Alexandre Anizy

 

8. Les tartuffes socialistes Boris Vallaud

Publié le par Alexandre Anizy

            Hier matin, puisque la colère sociale sourd, l'européiste Boris Vallaud pérorait à la télévision en se présentant comme un défenseur des gens de peu (les cheminots, les agriculteurs, etc.). "Non, dit-il en gros à Jeff Wittenberg, si les socialistes gouvernaient, ils n'auraient pas voté le CETA", alors que ce sont eux qui ont laissé aboutir ce traité... Gonflé l'énacrate ! Mais n'est-ce pas à cela qu'on les reconnaît ?

 

 

            Soyez-en sûrs : les vautours de la ligue libérale radicale vont occuper l'espace médiatique, pour le cas où le pouvoir devrait changer de main... pour que rien ne change. A cette enseigne, le moins jeune Boris Vallaud (le mari de Pimprenelle qui a tant fait pour l'abaissement de la qualité de l'école publique) peut jouer un rôle majeur, parce que ce tartuffe est parfaitement qualifié. Qu'on se souvienne.

            En 2012-14, il est au ministère de l'Economie quand le culbuto Hollande, ennemi de la finance, offre un cadeau fiscal de 20 Milliards d'euros aux entreprises pour lutter contre le chômage : les patrons ont eu le pognon, les chômeurs furent plus légion.

            En 2014-16, il est secrétaire adjoint à l'Elysée, oeuvrant (mais attention, ce n'est pas lui le responsable, c'est l'autre du bureau d'à côté...) sur la sinistre loi Travail défendue par la ministre El Khomri. Soulignons ici que pour faire leurs saloperies, les socialistes ont l'art de placer un innocent en tête de gondole : ce fut Pierre Bérégovoy pour la financiarisation de l'économie dans les années 80, ce fut une beurette pour la casse du code du travail.

            En résumé, le bilan social de l'énacrate Vallaud n'est pas reluisant, il est dégueulasse. Pour notre part, nous écrivions dès le 26 juin 2012... Lire ici

 

 

            Mais depuis 2017, où le bébé cador élyséen a hérité d'une circonscription en or, Boris Vallaud se refait une virginité "de gauche" : non, il la joue pas comme Karl Liebknecht, mais Pimprenelle n'est pas Rosa Luxemburg non plus !     

 

 

Alexandre Anizy

L'européiste Valérie Rabault se distingue

Publié le par Alexandre Anizy

 

            Dans un entretien aux "Echos", la présidente du groupe PS à l'Assemblée Nationale souhaite que la France reste dans les clous de Maastricht : haro sur le déficit structurel du budget macronien ! Avec des socialistes de cet acabit, les gens de peu peuvent crever la gueule ouverte.

 

            Pour mémoire, on repasse ici notre billet du 23 janvier 2016 titré Les tartuffes socialistes : la banquière Valérie Rabault pour l'opaque transparence.

 

 

            L'irruption sur la scène politique d'une autre banquière, Valérie Rabault maquillée en socialiste, mérite un peu d'attention.

 

 

            Comme tant d'ingénieurs des "dites grandes écoles", Valérie Rabault passe en coup de vent dans le BTP (sa spécialité) pour commencer son plan de carrière dans la finance (ça rapporte plus pour les matheux, sans salir les escarpins) avec la Société Générale pour se faire les crocs, puis son envol chez BNP Paribas qui lui fera voir du pays (les places financières de Francfort, Hong-Kong, Londres). 

            Dans le même temps, VR est devenue socialiste à 27 ans en créant sa section à Montaigu-de-Quercy : autant avoir de suite les troupes locales à sa pogne quand on vise haut comme cette demoiselle. En 2006, la Parisienne professionnellement globe-trotteuse intègre le Conseil fédéral du Tarn-et-Garonne, c'est vous dire...

            En 2007 et 2008, quand la crise financière explose, elle en connaît bien le noyau puisqu'elle bosse dans la division des produits dérivés. Pour 2009, son revenu déclaré (108.013 €) est encore modeste pour son milieu, mais en entrant au comité exécutif de la filiale spécialisée dans le trading (BNP Paribas Arbitrage) en 2010, elle élève son score à 259.474 € pour finir à 490.621 € le 31 décembre 2011, lorsqu'elle obtient un congé sans solde de son employeur pour être débarquée à la campagne en tant que candidate "de gauche" aux législatives de juin 2012, où elle est élue. 

 

            Comme le macaron d'Amiens à l'Elysée, la banquière Valérie Rabault est en mission à l'Assemblée nationale, pour le bien public bien entendu. La députée novice intègre la prestigieuse commission des finances en tant que vice-présidente, où comme par hasard arrive en discussion la Loi bancaire du ministre Pierre Moscovici : VR et sa copine (du temps des classes préparatoires de Louis-le-Grand) Karine Berger (nommée rapporteuse de la Commission pour ce texte) ont bien travaillé l'idée initiale (séparer les banques de dépôt des banques de marché). Le résultat de cette Loi dite de séparation ?

« Dans un mélange de candeur et de parfaite sûreté de soi, Frédéric Oudéa, le patron de la Société générale, en effet « pas gêné » (au sens de Karine Berger), a cependant fini par lâcher le morceau en avouant que la loi de « séparation » n’allait le séparer que de 1,5 % du total de ses activités… » (1)

Quelle efficacité... pour le bien public bien entendu !

 

            Concernant la Loi organique relative à la transparence de la vie publique, VR suit le mouvement : point trop n'en faut. Disons simplement ici que le citoyen lambda qui veut connaître le patrimoine de son député doit montrer patte blanche à la préfecture et jurer la non-divulgation de ce qu'il va découvrir. On peut résumer en qualifiant cette loi de transparence privée

            Il nous faut signaler ici le comportement de Claude Bartolone : le fils d'un rital immigré comme il l'a souvent répété dans sa communication, lui qui s'insurge contre la démocratie paparazzi, étant un peu gêné aux entournures rien qu'avec sa magnifique bicoque de 380 m2 avec vue imprenable sur Paris (2) estimée à 2 millions d'euros, est finalement non-votant lors du scrutin n°595 (en lecture définitive) du 17 septembre 2013.

 

            Les 2 votes de Valérie Rabault dans la nuit du 16 décembre 2015 sur l'amendement 340 relatif à l'évasion fiscale sont sans ambigüité : elle est contre la transparence.

 

            Qu'on se le dise : VR n'aime la transparence qu'à dose homéopathique.

 

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) cité par Frédéric Lordon, dans "la régulation bancaire au pistolet à bouchon", sur son blog du Monde Diplomatique le 18 février 2013.

(2) Canard enchaîné du 30 avril 2013

 

Cédric Villani et Yann Moix : le même tout-à-l'ego

Publié le par Alexandre Anizy

            Dans l'actualité de la semaine, deux personnages soulèvent le cœur : Cédric Villani et Yann Moix.

 

 

            Concernant Yann Moix, nous avons déjà exprimé notre aversion en filigrane de nos billets ( lire ici et ici ). Avec son dernier crachoir, Orléans (Grasset, août 2019), il revisite son enfance, se grimant en martyre pour faire du bruit et du fric : le médiacrate connaît la chanson... Seulement cette fois-ci, le père et le frère donne leur version des faits et la "terreur germanopratine" est démasquée, notamment par la publication de ses textes antisémites : le petit chose moderne se vautre dans l'abjection.

            Comment réagit la médiacratie ?

            Pour les publicistes littéraires, le canevas des recensions semble être en gros : puisque tous les auteurs mentent, l'imposture de Moix est subalterne par rapport à la qualité littéraire de ses écrits (1). Dans le guêpier médiacratique, beaucoup attendent le jugement de son maître, le milliardaire Bernard-Henri Lévy, pour se positionner.  

            Pour le colonel d'opinion Laurent Joffrin, là n'est pas l'essentiel du déballage : Moix a nié être l'auteur de ces saloperies dans sa première réponse, voilà la vraie faute de l'accusateur public Moix ! « Il a eu grand tort, dans ce cas, d'affirmer dans un premier temps que ces textes [antisémites] venaient de quelqu'un d'autre. Du coup, l'affaire prend un tout autre sens. Chroniqueur, éditorialiste, moraliste proclamé, il avait donc tu, puis maquillé, un péché de jeunesse difficile à justifier. Il est passé de l'antisémitisme juvénile à l'antiracisme sourcilleux, ce qui est mieux que l'inverse. On peut se tromper, même lourdement, quand on a 20 ans ― même si l'âge n'excuse pas tout. Encore faut-il s'en expliquer sans ambages ». (2) Ah ! s'il n'y avait pas cette esquive minable, Joffrin serait prêt à l'absoudre ― il est vrai qu'en matière d'éthique, Joffrin s'y connaît  puisque dans les années 80, Laurent Mouchard à 14 heures tartinait sur la "gauche morale" dans Libération, et à 21 heures dînait avec son papa et son pote Jean-Marie Le Pen.

            En bon antisémite, Moix fréquentait amicalement l'extrême droite, notamment Paul-Eric Blanrue qui raconte : « La dernière fois [en 2013], on s'est vus au Royal Pereire [restaurant parisien]. Il avait une sale tête, pas rasé, marqué. Je sentais qu'il y avait un truc qui n'allait pas. Son roman Naissance [2013] à la rédaction duquel j'avais assisté, étape par étape, j'en ai même écrit cinquante pages, allait sortir. Il m'annonce qu'il allait avoir le Renaudot. "Pour ça, je suis prêt à tout, absolument tout" a-t-il ajouté. » (3) Le parcours de Yann Moix montre en effet qu'il ne recule devant rien, comme un autre spécialiste (dans son genre) le confirme auprès de Marc-Edouard Nabe : « Il a toujours été un opportuniste, comme me l'a dit Thierry Ardisson, son futur employeur. » (4)

 

 

            Peut-être recalé pour la première fois de sa vie à un examen, le brillant mathématicien Cédric Villani, qui apparemment n'avait pas tout compris du jeu politicard auquel il se livrait (sans calcul, vraiment ?) en participant à la sélection du candidat LREM, a décidé de se venger en présentant sa candidature à la mairie de Paris : "On a insulté mon intelligence exceptionnelle, cela doit être réparé !", pourrait-il dire.

            En fait, le sort des Parisiens, c'est le cadet des soucis du grand matheux qui depuis longtemps aspire à d'autres trophées : c'est pourquoi il avait  commencé à fricoter avec le Modem, avant de soutenir la favorite Anne Hidalgo en échange de la présidence du comité de soutien... puis en 2017, il devint macroniste pour être député... et aujourd'hui ? « (...) les ambitions du principal intéressé. « Je serai candidat à Paris. La seule chose qui pourrait me faire renoncer... c'est un poste de ministre » a même secrètement lâché Cédric Villani il y a quelques jours à l'un de ses visiteurs. » (5)    

            Ambition sans conscience n'est que ruine de l'âme. Et c'est ainsi que l'ego courroucé d'un opportuniste va polluer les élections municipales parisiennes, qui ne sont déjà pas folichonnes.  

 

    

            Dans l'actualité de la semaine, les ego hypertrophiés de Villani et Moix donnent la nausée. Alors tirons la chasse !   

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) Lire par exemple Claire Devarrieux (Libération), Frédéric Beigbeder (Figaro Magazine).

(2) Laurent Joffrin, éditorial de Libération du 28 septembre.

(3) Le Monde du 30 août 2019.

(4) Idem.

(5) Le Parisien du 29 août 2019. Le journal du milliardaire et mauvais citoyen français ( lire ici ) Bernault Arnault, grand promoteur du bankster Emmanuel Macron pour la campagne présidentielle de 2017, ne pouvait pas manquer de rapporter le propos vénal du député Villani.  

 

Le rire de la terre selon Prévert

Publié le par Alexandre Anizy

            Le pire est à craindre, mais pourra-t-on l'éviter ? 

 

 

 

A Cassis comme ailleurs

 

Ne videz pas la poubelle dans le frigidaire, il pourrait se mettre en colère.

N'agacez pas, n'empoisonnez pas, n'emmerdez pas la mer, elle est capable de se venger.

Et

si vous continuez à tourner la terre en dérision, un beau jour, elle vous éclatera de rire au nez.

 

Jacques Prévert

(Textes divers, Pléiade, Œuvres complètes, vol. II)

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>