GALOUZEAU de VILLEPIN joue une fausse note

Publié le par Alexandre Anizy

Un inspecteur CLOUZEAU du renseignement français ne savait pas qu’un ordinateur est capable de révéler ce qu’on croit avoir effacé, totalement effacé : du coup, les petits soldats du Droit ont désormais les armes pour se faire plaisir, puisque les digues du Général RONDOT ont lâché. Ils ne s’en priveront pas.

Il sera difficile à l’ancien Premier ministre Dominique GALOUZEAU de VILLEPIN, le « Mozart de la manipulation » selon Frantz Olivier GIESBERT qui le connaît, d’échapper à une nouvelle audition par les juges en charge de l’affaire Clearstream, puisqu’il serait l’organisateur de la machination contre SARKOZY de NAGY BOCSA. Sera-t-il mis en examen pour complicité de dénonciation calomnieuse ?

Oh là ! Comme vous allez vite en besogne !
Vous parlez d’un « grand » serviteur de l’Etat, même s’il n’a « qu’une passion, lui-même, et une religion, le pouvoir » (FOG, toujours).
C’est bien pour cela que nous ne sommes pas inquiet pour Dominique GALOUZEAU de VILLEPIN : dans l’état actuel des choses, au pire, vraiment au pire, ce serait peut-être quelques mois avec sursis. A son âge et pour un homme de son acabit, ce serait une piqûre de moustique inoffensif. 

A force de suer dans les coulisses et la scène du pouvoir, il vient un jour inévitablement où le maestro fatigué joue une fausse note.
Ce n’est qu’une situation ridicule et passagère dont il faut rire, car elle sera sans conséquence pour le spectacle.

Alexandre Anizy