Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le duel d'Arnaldur Indridason

Publié le par Alexandre Anizy

            L'islandais Arnaldur Indridason a eu la bonne idée d'écrire un polar (Le duel , Métailié Noir, 2014, livrel à 13,99 € - beaucoup trop cher les Métailié !) avec en toile de fond le grand match Fisher - Spassky pour le titre mondial. Il le bâtit avec minutie et maestria.

            Le livre est d'autant plus plaisant qu'il met en scène Marion Briem, et non pas son héros Erlendur Sweinsson : ce n'est pas une nouveauté puisque Marion est un personnage récurrent dans des romans précédents, mais ceux qui lisent Indridason régulièrement apprécieront cette première enquête.

 

 

Alexandre Anizy

 

La forteresse de Meša Selimović

Publié le par Alexandre Anizy

            Dans ce troisième livre de Meša Selimović que nous vous conseillons, La Forteresse (Motifs, novembre 2007, 536 pages, 10 €), vous serez plongés dans le Sarajevo du XIXe siècle, sous la domination turque, où ne pas se taire n'était pas sans conséquences. L'auteur y aborde les thèmes de la destinée et du sentiment de culpabilité : il le traite avec la sagesse et le style que nous lui connaissons.

            Au lieu de succomber aux sirènes médiacrates qui vous bombardent simultanément de louanges sur quelques derniers produits formatés d'éditeurs industriels, sortez des sillons tracés d'une presse littéraire de connivence, lisez tranquillement un grand roman de Meša Selimović : La Forteresse.

 

 

Alexandre Anizy

 

L'âpreté de Maylis de Kerangal

Publié le par Alexandre Anizy

            Réparer les vivants , le roman clinique de Maylis de Kerangal (Verticales, décembre 2013, livrel à 13,99 € - trop cher !)  est un livre poignant, malgré la sécheresse du style due aux faits objectifs relatés avec minutie et précision.

            Incontestablement, c'est une réussite.

 

 

Alexandre Anizy

 

Donna Tartt n'a pas coupé dans le chardonneret

Publié le par Alexandre Anizy

            Face au pavé digeste de Donna Tartt, auteur américain culte (quel média français n'a pas sorti "son" papier dithyrambique ?), il importe d'être bref.

 

            Le chardonneret (Plon, janvier 2014, livrel à 14,99 € - trop cher !) est un roman bien ficelé, qui aurait gagné en efficacité s'il avait été plus court. C'est une production typique des écoles américaines qui inondent le marché. Heureusement, l'auteur a l'élégance de se faire rare.

            Disons-le autrement : la rareté et la qualité de Donna Tartt sont des objectifs que Joyce Carol Oates devrait se donner (i.e. publier un texte de haute tenue tous les dix ans environ), plutôt que d'encombrer les tables des librairies avec ses multiples publications mineures. (1)

 

            Compte tenu de son format, le dernier Tartt aurait fait un excellent roman de plage, si l'éditeur avait osé livrer bataille à la médiocrité.

 

 

Alexandre Anizy

  

 

 

(1) lire notre billet

http://www.alexandreanizy.com/article-le-fatras-de-joyce-carol-oates-122377000.html

 

Ô Guez, ô Guez

Publié le par Alexandre Anizy

            Dans le train qui nous conduisait vers Evian, le roman de Jérémie Guez tomba littéralement sous nos yeux sur le comptoir de la voiture-bar, où Cédric Klapisch faisait la lecture à un môme en buvant un café. Ce n'est pas la couverture de  Balancé dans les cordes (tel est le titre ; J'ai lu, février 2013, 188 pages, 5,60 €), ni le fait qu'il ait glané le prix Sncf du polar 2013, qui ont provoqué cet achat impulsif, mais plutôt la 4ème bien conçue.

 

            Et dans le TGV qui nous emmenait vers notre station d'hiver préférée, un paradis blanc où les voitures sont bannies, nous lûmes la prose au cordeau de Jérémie Guez. Si dans ce polar efficace digne de la tradition américaine on trouve aussi le fatum du maître Léo Malet, l'auteur aurait gagné en profondeur s'il avait daigné apporter plus d'éclaircissements psychologiques sur le choix final du héros.

 

Quoi qu'il en soit pour le Tony,

            ô gué, ô gué,

ça le fait pour Jérémie,

            ô Guez, ô Guez,

Mais pour l'adaptation,

faudra trouver l'champion...

 

 

Alexandre Anizy