Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CHIRAC en correctionnelle : le pardon du PS, le silence de l'UMP

Publié le par Alexandre Anizy

Le juge d’instruction Xavière Simeoni vient de signer une ordonnance de renvoi en correctionnelle pour Jacques Chirac : ce sont les réactions qui nous semblent plus signifiantes que l’information.

 

Pour le Parti socialiste, qui a pris la parole pour pardonner, compte tenu des faits anciens et des services rendus à la France par ce politicien ?

François Hollande, le culbuto mollétiste, n’a pas raté cette occasion pour exprimer son penchant à la clémence lorsqu’il s’agit de défendre un privilégié, de quoi gagner quelques bulletins de vote chiraquiens en Corrèze. Pitoyable.

André Vallini, un parangon de l’imposture socialiste, ne pouvait pas manquer lui aussi de faire valoir son esprit consensuel, son humanisme sélectif : cet arriviste finira bien par décrocher un poste ministériel …

(http://www.alexandreanizy.com/article-24499159.html )

 

Hier, à midi encore, du côté de l’UMP, c’était le silence assourdissant … après par exemple, souvenez-vous, le déluge d’éloge pour le « prince Jean Sarkozy de Nagy Bocsa » : dans les deux cas, une attitude qui avait la faveur du Château ?

 

Quand les représentants du peuple se comportent d’abord comme des courtisans, on peut penser que le régime est en train de changer de nature.

 

 

Alexandre Anizy

 

PASQUA laminé, PASQUA condamné, mais PASQUA révolté !

Publié le par Alexandre Anizy

Charles Pasqua n’est pas un saint (qui peut l’être dans ce monde marchand ?), mais en des temps lointains où la France était sous la coupe d’un Etat nazi et d’une pseudo élite française décatie et fascisante, il a osé se dresser contre l’ordre établi : il sut être indécent (lire notre note précédente).

 

D’aucuns ont sans doute cru en 2000 qu’il pouvait mettre hors jeu l’animal politique :

« Oui. Je ne crois pas aux coïncidences. A partir de ce moment-là, toute une série d’actions ont été menées pour m’incruster dans l’Angolagate et d’autres affaires. Comme par hasard, des affaires toujours traitées par le même magistrat ! Lorsque ce magistrat (Philippe Courroye, NDLR du Figaro) a quitté l’instruction, ces dossiers ont pris une autre tournure. » (Entretien dans le Figaro du 29 octobre 2009)

Ainsi, après une décennie de mise à l’écart et une condamnation pénale, le résistant Pasqua se réveille, puisqu’on l’a placé dos au mur de la perte d’honorabilité : il parle maintenant. La boîte de Pandore sera-t-elle ouverte avec la levée du « secret défense » ?

 

Dire que nous le soutenons serait excessif, mais nous l’encourageons dans son éventuelle opération « mains propres ».

 

Pasqua laminé, Pasqua condamné, mais Pasqua révolté !

 

 

Alexandre Anizy

 

Méfiance ! Philippe BILGER défend Frédéric LEFEBVRE

Publié le par Alexandre Anizy

Qui ne connaît pas Frédéric Lefebvre ?

« Nouveau chien de garde » (1) de l’UMP, en général, et du Président ubiquiste Sarkozy de Nagy Bocsa dont il fut l’attaché parlementaire, en particulier, les colonnes de la presse et les micros de France et de Navarre lui sont ouverts … et ceux qui ne le font pas assez vite, comme l’AFP dans un passé récent, sont immédiatement sermonnés.

 

Dans ce contexte, il est permis de s’étonner que Philippe Bilger (par ailleurs Avocat Général près la cour d’Appel de Paris) défende sur son blog l’apparatchik Frédéric Lefebvre, alors que celui-ci vient de lancer une nouvelle charge contre les médias (ce qui ne manque pas de saveur, quand on sait qu’ils sont maîtrisés ou qu’ils appartiennent, pour l’essentiel en matières de tirage ou d’audience, aux amis du Président ubiquiste…) :

« On préférerait avoir tort avec Frédéric Lefebvre que raison avec Jacques Weber. On aspire à défendre le premier quand le second est tombé dans l’indécence. »

En effet, lorsqu’il s’agit de défendre les gens au pouvoir ou en cour, de par son histoire familiale Philippe Bilger devrait savoir qu’il faut mesurer ses propos.

De plus, en matière politique, le summum de l’indécence n’est-il pas de choisir son camp en fonction du respect d’une « étiquette » ?

 

 

Alexandre Anizy

 

(1)            « nouveau chien de garde » : nous faisons référence au livre de Serge Halimi, et non pas à celui de Paul Nizan car ce serait trop flatteur pour ce monsieur.  

 

Affaire BOULIN : Mme Fabienne BOULIN-BURGEAT y revient

Publié le par Alexandre Anizy

D’abord, nous disons que nous ne connaissons pas Mme Fabienne Boulin-Burgeat, qui nous inspire considération et respect, lorsqu’elle tente à nouveau de faire rouvrir le dossier de l’affaire Boulin, son père.

(lire http://www.alexandreanizy.com/article-6716615.html )

Comme nous l’avions prévu en 2007, une chape de plomb judiciaire a mis un terme à sa précédente demande de réouverture.

(lire http://www.alexandreanizy.com/article-7215710.html )

 

Puis nous expliquons pourquoi cette affaire nous interpelle : comme dans l’affaire dite d’Outreau, par exemple, c’est peu de dire que le bon sens a été mis à mal. Mais la vérité judiciaire est d’une autre nature : nous nous souvenons même d’un article du Canard enchaîné, faisant la leçon juridique (au troisième degré, cela valait son pesant de cacahouètes …) à la fille de Robert Boulin, auquel nous avions répondu à l’époque (http://www.alexandreanizy.com/article-6868529.html ).

 

« Nettoyer les écuries d’Augias », c’est enfin l’expression que Mme Fabienne Boulin-Burgeat a utilisé hier dans l’entretien du journal de France 3. Heureusement qu’à lui seul l’espoir fait vivre !

 

 

Alexandre Anizy

 

Pas de quartier pour Francisco GONZALES LEDESMA !

Publié le par Alexandre Anizy

Francisco Gonzales Ledesma jouit d’une certaine aura dans les cercles d’érudits du polar. Nous allons donc les choquer.

 

Dans « les rues de Barcelone » (folio policier n° 206), les personnages sont typés et l’auteur ne se donne pas la peine de les approfondir.

Comme l’action prime, la pauvreté du style est affligeante.

 

Avis quasiment sans appel : à fuir.

 

Alexandre Anizy

 

P.-s : vient de sortir « un roman de quartier » (Atalante, août 2009)

 

La bande de COHN-BENDIT pistonne Marie BOVé, fille de José

Publié le par Alexandre Anizy

D’aucuns pensent peut-être que c’est une blague, mais ils ont tort.

La bande de Cohn-Bendit, i.e. Europe Ecologie, a annoncé par l’entremise de Noël MAMèRE qu’elle envisage de nommer Marie BOVé, fille de José, comme tête de liste aux élections régionales (en Gironde). 

 

Au moment où le peuple s’émeut de la promotion grand-guignolesque de Jean Sarkozy de Nagy Bocsa à l’Epad (société gérant le site juteux de la Défense), les amis de la crapule écologiste Daniel Cohn-Bendit ne viennent-ils pas d’allumer un contre-feu à l’incendie médiatique ?

 

Europe Ecologie, c’est encore mieux qu’un bulletin Sarkozy : objectivement, c’est un soutien.

(lire http://www.alexandreanizy.com/article-31850975.html )

 

 

Alexandre Anizy

 

Ce que sont les politicards Verts genre COHN-BENDIT

Publié le par Alexandre Anizy

Alors que le CDU (le parti de Mutti Merkel) venait d’essuyer une défaite électorale dans le Land de Sarre, puisque le gouvernement régional sortant de Peter Müller pouvait être remplacé par une alliance des sociaux démocrates (SPD), de la gauche (die Linke) et des Verts, il va garder le pouvoir grâce au bon vouloir d’Hubert Ulrich, le leader des Verts sarrois.   

 

Quels sont les motivations de Mr Ulrich ? Manque de confiance dans Oskar Lafontaine (le leader de la gauche, véritable vainqueur de ce scrutin régional avec 21,3 % des voix). Vous conviendrez que c’est un peu léger.

 

Ainsi, un attelage picaresque (CDU + FDP + Verts) sous la houlette de Peter Müller devrait diriger la Sarre. A cet égard, une des notes ci-dessous était prémonitoire.

 

En France, les politicards Verts inspirés par la crapule écolo-libérale Daniel Cohn-Bendit finiront également par se perdre dans des configurations malsaines.

 

 

Alexandre Anizy

 

P.-S. : nous vous rappelons les notes suivantes :

http://www.alexandreanizy.com/article-20346686.html

http://www.alexandreanizy.com/article-33153495.html

http://www.alexandreanizy.com/article-31850975.html

http://www.alexandreanizy.com/article-32274622.html

http://www.alexandreanizy.com/article-33071167.html

http://www.alexandreanizy.com/article-18951073.html

 

Qu'est-ce qu'une régression sarkozyenne ?

Publié le par Alexandre Anizy

Si nous n’avons aucune sympathie pour Jacques Julliard

(Lire http://www.alexandreanizy.com/article-36363783.html ),

nous reconnaissons qu’il lui arrive de produire de bons articles, comme celui du 15 octobre 2009 (Nouvel Observateur), dans lequel il définit le processus sarkozyen :

« (…) toute réforme engagée par le pouvoir comprend désormais deux volets indissociables. Primo, la réponse, bonne ou mauvaise à une question donnée ; secundo, le renforcement du pouvoir personnel de Nicolas Sarkozy. »,

Qu’il faut compléter par :

« Le système est verrouillé grâce à la maîtrise par le président de la direction du parti (UMP) qui est maîtresse des investitures. Or, dans tout élu, il y a un candidat à sa réélection, qui a besoin de la caution du monarque. ».

Concluons par cette observation :

« Ainsi, le noble objectif de la réforme est devenu le pavillon de complaisance qui couvre l’acheminement de la France vers un pouvoir personnel. »

 

Si Jacques Julliard comprend le processus sarkozyen, il ignore l’essentiel, que Jean-François Kahn vient encore de résumer (Marianne du 17 octobre 2009) :

« Depuis deux ans, il convient d’admettre que « réforme » est synonyme de « régression ».

Ce que nous disions déjà dans notre note du 17 mars 2008.

( http://www.alexandreanizy.com/article-17779216.html )

 

 

Alexandre Anizy

  

Le fondeur Luc-Marie CHATEL contre le délit de faciès

Publié le par Alexandre Anizy

Ce week-end, vous avez pu voir et entendre un héritier d’une vieille famille de maîtres de forges, Luc-Marie Chatel, ministre et porte-parole du gouvernement, déclarer son aversion pour le délit de faciès, notamment.

 

Parlait-il d’une bavure policière à l’encontre d’un immigré africain ? Non. Il défendait Jean Sarkozy de Nagy Bocsa.

 

Ce cri du cœur républicain était presque émouvant.

En effet, pour une fois que les bien lotis au style NAP (Neuilly-Auteuil-Passy) se mettent dans le même panier que les mal nantis de partout, quel esprit d’ouverture !

 

 

Alexandre Anizy

 

Faire du foin pour Ernesto MALLO ?

Publié le par Alexandre Anizy

Se poser la question à propos d’un polar se déroulant dans l’Argentine des généraux Videla et consorts, n’est-ce pas ironique ?

 

Les éditions Rivages Noir viennent de publier « l’aiguille dans la botte de foin » d’Ernesto Mallo (août 2009, 256 pages, 8 €). Il paraît que c’est le 1er volume d’une future série. Heureusement, serions-nous tentés d’ajouter illico, car ce livre nous laisse sur un sentiment de récit inachevé, comme si tous les ingrédients avaient été rassemblés sans pour autant réussir totalement la mayonnaise.

En soi, ce premier volume mérite un détour, mais nous espérions plus compte tenu du contexte. Pour le dire autrement : la série d’Ernesto Mallo vaudra-t-elle celle d’un Ian Rankin ?

 

Nous trancherons après la lecture du volume 2.

 

Mais pour vous donner envie de le lire dès maintenant, voici un extrait d’une auto-présentation d’Ernesto Mallo :

« A una edad que debería ser respetable me queda la improbable gloria de haber sobrevivido a mis padres, a la sinrazón del mundo, a las sustancias prohibidas, a mi propia estupidez, a los gobiernos militares, a los gobiernos civiles y, hasta el momento, a la globalización (…). »,

qui peut se traduire ainsi :

« A un âge qui devrait être respectable, il me reste l’improbable gloire d’avoir survécu à mes pères, à la déraison du monde, aux substances interdites, à ma propre bêtise, aux gouvernements militaires, aux gouvernements civils et, jusqu’à aujourd’hui, à la globalisation (…). ».

 

Une telle dérision ne se rencontre pas tous les jours. C’est pourquoi il faut tenter le Mallo.

 

Alexandre Anizy

1 2 > >>