Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pour un Conseil National de la Renaissance (CNR)

Publié le par Alexandre Anizy

            Tenue par une oligarchie cupide, gouvernée par des politiciens indigents, avilie par une médiacratie vénale, la France s'épuise dans une politique européenne mortifère qui, en dernière analyse, se décide à Berlin pour le plus grand profit de l'Allemagne, du moins pour sa bourgeoisie d'affaires. On peut choisir d'autres mots pour l'exprimer, mais au jour d'aujourd'hui, l'Union Allemande (UA) est un fait incontournable, quand l'idée d'une UE équitable et homogène n'est plus qu'une chimère. Mais il n'est pas question ici de reprocher aux politiciens germaniques d'être des utilitaristes prévoyants, cohérents et opiniâtres, toutes qualités absentes chez les Français depuis au moins 1983 ; il s'agit simplement de dire à quelle condition la France peut relever le défi du redressement économique et social.

 

            Alors que toutes les patries prenantes de la mondialisation ont gardé précieusement bec et ongles pour peser dans la bataille du capitalisme débridé, à commencer par les meneurs (Etats-Unis, Chine, Japon), l'UA s'est interdit l'emploi d'armes de défense massive (comme le protectionnisme), livrant ainsi son marché unique aux prédateurs étrangers sans réciprocité, à cause d'une pseudo élite sous l'emprise de l'ordo-libéralisme.

            C'est parce que les esprits et les institutions sont gangrénés par cette idéologie néfaste, qu'il est illusoire de penser que la France pourrait maintenant réorienter le navire en respectant les Tables de la Loi européenne. Ceux qui professent de telles balivernes ressemblent beaucoup aux intellectuels qui rêvaient de changer le Parti Marxiste-léniniste de l'intérieur : chacun sait qu'ils ont été broyés par la machine totalitaire.

 

            Pour changer le cours de son Histoire, la France doit donc s'affranchir du carcan européen actuel qui l'affaiblit, tout en proposant une nouvelle perspective réaliste et profitable aux patries prenantes de l'UA.

 

            Ce changement devrait être discuté et préparé au sein d'un Conseil National de la Renaissance (CNR) que nous appelons de nos vœux, un organe extérieur à tous les partis politiques existants. Pour participer aux débats de ce Conseil, il suffit de répondre à 3 conditions :

  • être pour un retour au franc pour entrer ensuite dans l'écu (future monnaie commune) ;
  • être pour la réparation et l'expansion de l'Etat social ;
  • n'avoir, au présent comme au passé, aucun lien direct ou indirect, avec l'extrême-droite.

            A la fin des travaux, de nouvelles personnalités soumettraient au peuple le programme politique ambitieux du CNR, car les drapeaux de la renaissance ne peuvent être portés que par des têtes qui ne se sont pas compromises avec les forces eurocratiques.

 

            Face à l'incessante fuite en avant de l'oligarchie psumpesque qui dirige la France depuis trop longtemps, il existe une alternative disséminée dans les esprits épars, qui n'attendent que le moment pour constituer la structure démocratique indispensable à l'élan patriotique.

            Alors à nouveau la France écrira son Nom dans le livre de l'Histoire.

 

Alexandre Anizy

 

La vie idéale de Charles Cros

Publié le par Alexandre Anizy

          Parfois la misère qui sévit de par notre monde, les guerres faussement humanitaires dans les contrées africaines, et ailleurs, la violence économique que les forces économiques dominantes imposent sur le vieux continent, la non-culpabilité permanente des grands responsables lorsqu'ils lâchent la rampe (quand ils renoncent au pouvoir, ce qui est rare...), pèsent sur vous comme un couvercle noir.

          Dans ces moments-là, la douce mélancolie d'un poète comme Charles Cros nous semble opportune.

 

 

          La vie idéale

 

Une salle avec du feu, des bougies,

Des soupers toujours servis, des guitares,

Des fleurets, des fleurs, tous les tabacs rares,

Où l'on causerait pourtant sans orgies.

 

Au printemps lilas, roses et muguets,

En été jasmins, œillets et tilleuls

Rempliraient la nuit du grand parc où, seuls

Parfois, les rêveurs fuiraient les bruits gais.

 

Les hommes seraient tous de bonne race,

Dompteurs familiers des Muses hautaines,

Et les femmes, sans cancans et sans haines,

Illumineraient les soirs de leur grâce.

 

Et l'on songerait, parmi ces parfums

De bras, d'éventails, de fleurs, de peignoirs,

De fins cheveux blonds, de lourds cheveux noirs,

Aux pays lointains, aux siècles défunts.

 

                              Charles Cros, Le coffret de santal.

 

La loi Lang nuit gravement à la culture

Publié le par Alexandre Anizy

            Concernant le prix unique du livre, il convient simplement de constater les effets de la loi Lang :

1.     les gros éditeurs s'enrichissent par le biais de leurs filiales de distribution ;

2.     les petites librairies ferment parce qu'elles n'ont pas de marge suffisante en centre-ville pour résister à une hausse de leurs loyers, parce qu'elles ne se sont pas spécialisées, ce qui leur était difficile sans possibilité d'action sur le prix ...

3.     le nombre des lecteurs diminuent chaque année, ce qui tue l'argument des "pro Lang" qui prétendent défendre la culture de masse, notamment en préservant la diversité éditoriale grâce au prix unique ;

4.     le prix de la première édition en grand format papier est trop cher (une moyenne de l'ordre de 17 à 20 €)... et comme il sert de référence pour le prix du livrel (généralement inférieur de 15 à 25 %), force est de constater qu'il bloque le développement de ce support... pour le plus grand bénéfice des gros éditeurs. 

            Triste bilan ! Tous perdants, sauf l'éditeur-diffuseur.

           

            Aujourd'hui, sous le couvert d'une défense du "petit libraire" qui n'est plus qu'un manutentionnaire d'offices, ce sont en vérité les intérêts de quelques éditeurs mastodontes qu'on privilégie au détriment des lecteurs.

 

            Pour que vive le livre : à bas la loi Lang, vive les prix libres !

 

 

Alexandre Anizy

 

Pour un Revenu de Base du Citoyen (RBC)

Publié le par Alexandre Anizy

L'hiver est là, et l'on revoit le cortège des gueux, des cabossés de la vie, des miséreux, qui viennent chercher leur pitance quotidienne dans les points de distribution des organisations de charité. Longtemps après la mort de Coluche, la situation n'a pas changé ; elle s'est même aggravée puisque le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a augmenté. C'est pourquoi dans un pays riche comme la France, chacun sent confusément qu'il y a quelque chose d'intolérable dans ce désordre social.  Pis que cela : chacun a connaissance de l'échec des mesures bien intentionnées que les gouvernements successifs ont empilées, devenant un labyrinthe complexe totalement inadapté à la population qu'elles prétendent secourir (1).

 

            Parce que l'indignation à périodes fixes et les discours compassionnels atteignent forcément leurs limites, le moment est venu de mettre un terme au capharnaüm administratif en instaurant la mesure élémentaire d'une common decency (2) : le Revenu de Base du Citoyen (RBC).

 

            Si en droit l'universalisme devrait être le but parce que, selon la jolie formule de l'écrivain portugais Miguel Torga, « l’universel c’est le local moins les murs », il ne peut pas en être de même en économie, puisque « l'étymologie nous apprend encore que le mot économie vient du grec et signifie : oïkou nomos , la loi de la maison. » (Philippe Simonnot, le sexe et l'économie, éditions JS Lattès, octobre 1985, page 17) (3). On sait que les économies ouvertes finissent toujours par souffrir des "courants d'air", ce que l'Union Allemande actuelle nous montre à nouveau.

            En conséquence, nous disons que le revenu de base du citoyen doit être inconditionné et domestique.

 

            Le principe d'inconditionnalité introduit d'une part la justice dans le système de redistribution, comme l'explique le philosophe Philippe Van Parijs : « Mais la justice consiste, plus profondément, à distribuer équitablement les dons très inégaux que nous devons à l'interaction fortuite entre nos talents, notre origine familiale, le quartier et le pays où nous avons grandi et de multiples autres circonstances de la vie. Un modeste revenu inconditionnel constitue simplement une manière efficace de distribuer équitablement une part de ces dons. » (4) D'autre part, si nous considérons tous qu'un citoyen de 18 ans est apte à décider de l'organisation et du devenir d'une patrie, alors il convient de lui donner les moyens matériels de son autonomie pour en faire un individu libre et responsable tout au long de sa vie.

            Le principe de domesticité implique que seuls les membres de l'Etat souverain pourront bénéficier du revenu de base du citoyen dans le périmètre de la collectivité : dans la maison commune, ils sont à la fois détenteurs de droits et d'obligations (5). Les autres résidents ne perdront rien de leurs droits et avantages acquis à ce jour. Le RBC est une mesure visant à l'amélioration du bien-être collectif, parce que « (...) la dispersion et la distribution des richesses en déterminent la reproduction et que la multiplication des "fruits" est indissociable de leur consommation totale. » (Giacomo Todeschini, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, p.94) (6)

 

            En bon père de famille, l'économiste doit veiller à l'équilibre général des valeurs macroéconomiques pour assurer le bouclage du circuit. C'est pourquoi le revenu de base du citoyen est au moins la contrepartie monétaire globale de toutes les formes de solidarité existantes. C'est à cette condition que le RBC peut devenir le moyen d'une amélioration du bien-être collectif.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) Nous pensons évidemment au RSA, qui est un échec patent puisqu'une partie de la population visée par cet outil ne le demande pas ; mais son promoteur, Martin Hirsch le serf de l'humanitaire, a pu satisfaire son appétit de pouvoir et de notoriété par cette action ostentatoire (une forme perverse des dépenses ostentatoires de Thorstein Veblen - Théorie de la classe de loisir), comme son mentor, le docker somalien Bernard Kouchner, lui a appris.

 

(2) Dans Impasse Adam Smith, le philosophe Jean-Claude Michéa donne les traits essentiels du concept d'Orwell, notamment : « il s'agit avant tout d'un sentiment intuitif (Orwell dit parfois émotionnel) "des choses qui ne doivent pas se faire", non seulement si l'on veut rester digne de sa propre humanité (...), mais plus simplement, et peut-être surtout, si l'on cherche à maintenir les conditions d'une existence quotidienne véritablement commune. » (éditions Champs Flammarion, février 2006, p.94)

 

(3) Dans ce livre réjouissant, on apprend que « Les Grecs employaient le même mot pour dire sperme et capital : ousia. » (p.16), mais aussi qu' « Au vu de ces chiffres, on voit bien qu'à la dot traditionnelle en capital s'est substituée une dot scolaire qui peut représenter de très importants sacrifices financiers (...) » (p.240) [ndAA : ce qui permet l'autoreproduction des élites observée par Pierre Bourdieu dans Les héritiers]

 

(4) Philosophe et économiste belge. Article paru dans le Monde du 14 décembre 2013. En qualifiant de "modeste" le revenu inconditionnel dont il parle, Philippe Van  Parijs montre la limite de son concept charitable.

 

(5) Par exemple, le problème de la diversité sociale des représentants du peuple et la question du statut de l'élu trouvent en partie une solution avec l'établissement du revenu de base du citoyen.

 

(6) éditions Verdier poche, septembre 2008, 13,80 €.

 

 

 

Pinar Selek doit rester à la Maison

Publié le par Alexandre Anizy

Nous venions juste de terminer La maison du Bosphore de Pinar Selek (Liana Levi, mars 2013, livrel à 15,99 € - trop cher !), quand nous apprîmes que la Turquie d'Erdogan avait demandé son extradition, une demande incongrue puisque la sociologue a obtenu l'asile politique en France, mais pas irréaliste. Nous avons donc deux bonnes raisons de parler de Pinar Selek.

 

            Dans La maison du Bosphore, l'auteur immerge le lecteur dans Istanbul, racontant la vie d'un quartier où se mêlent les nationalités. Par touches délicates et successives (c'est un roman chorale), elle évoque le passé douloureux de son pays intranquille, depuis si longtemps.

            A vrai dire, nous eûmes du mal à rentrer dans l'histoire : disons que les 50 premières pages n'emportaient pas notre adhésion. Mais comme ni l'architectonique de l'ouvrage, ni le style ne nous ont bloqués par la suite, force est de conclure qu'il ne s'agit que d'une mise en route imparfaite ou bien d'une indisponibilité momentanée du lecteur, car au fur et à mesure, nous fûmes séduits par l'œuvre réussie de Pinar Selek.

 

            Concernant l'acharnement judiciaire de l'Etat turc à l'encontre de la sociologue, nous pensons qu'il confirme, ici comme ailleurs, tout en laissant de l'espoir puisque des tribunaux l'ont déjà acquittée à 3 reprises, la thèse de Carl Schmitt : le droit dépend du politique. Est-ce une raison pour la livrer à son pays qui lui veut du mal ? Non, évidemment.

           

            Alors tant qu'elle le voudra, Pinar Selek doit rester chez nous, à la Maison.

 

 

Alexandre Anizy