Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mort sur la Lys de Léo Lapointe

Publié le par Alexandre Anizy

 

De par son métier (expert en affaires sociales et en formation continue), Léo Lapointe n'ignore rien des dégâts sociaux dans la région du Nord, provoquée par la débâcle économique du textile. Il se sert donc de son expérience pour en raconter le mécanisme dans le cadre d'un polar : Mort sur la Lys (Ravet-Anceau, février 2009, 320 pages, 12 €).

 

Un bon ouvrage d'un auteur sérieux à découvrir.

 

Alexandre Anizy

 

 

Un vaudeville boulevardier de Daniel de Roulet

Publié le par Alexandre Anizy

 

Peut-on concevoir un roman d'une architectonique complexe et sombrer dans le vaudeville boulevardier ? Oui. Grâce à Daniel de Roulet et son Fusions(Buchet Chastel, novembre 2011, livrel de 330 pages), nous en avons la démonstration. Car qui peut croire une seconde à cette accumulation de hasards, de coïncidences, etc. ?

 

A force d'invraisemblances, de multiplication des thèmes effleurés dans un récit au style maîtrisé et plaisant, on s'interroge sur le sujet du roman : la fusion de 2 entreprises multinationales, une histoire autour de la physique nucléaire, la guerre froide, la santé mentale du président Reagan, le réalisme de Gorbatchev, l'irresponsabilité des savants, la dureté des camps sibériens, le combat des antinucléaires, les bassesses des managers, l'amour au-dessus de la vengeance, what else ?

Nous finissons par considérer que l'auteur s'étant perdu dans son œuvre, il ne peut par conséquent pas être un chef.

 

Au bout du conte, la fatuité.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

Les banksters font la loi en France ... et ailleurs

Publié le par Alexandre Anizy

 

Depuis l'été 2007, nous écrivons ici que le premier acte salvateur dans cette crise bancaire sera la mise à mort de la banque universelleet le rétablissement de la séparation nette entre les banques de dépôt et les banques d'affaires.

 

Aujourd'hui, beaucoup d'économistes le préconisent.

 

Dans l'agenda de campagne du culbuto molletiste Hollande, une loi d'assainissement des activités bancaires devait permettre cette coupure durant la 1ère année du changement.

Quid novi ?

Le ministre Moscovici, qui ne se rase pas tous les matins puisqu'il n'y pense plus (?), a repoussé le projet d'un texte à la fin de l'année. Et le milieu bien informé anticipe déjà avec soulagement l'interdiction fumeuse de pratiques douteuses.

 

A Paris comme à Francfort où siège la BCE, les banksters, qui détiennent l'accès aux moyens financiers nécessaires à leur "jusqu'au boutisme", font la loi grâce notamment au lobbying et à l'entrisme. Dans sa chronique au quotidien vespéral, en s'appuyant sur 3 exemples concrets de blocage de l'action publique sur 3 marchés, Paul Jorion¹ en fait aussi le constat :

« La logique de ces 3 manœuvres d'obstruction couronnées de succès est facile à saisir : la finance bénéficie d'un accès aisé à l'argent et utilise celui dont elle dispose pour empêcher qu'on ne la règlemente, même si les mesures envisagées visent, comme dans les cas évoqués, à empêcher la reproduction d'événements susceptibles d'entraîner … son effondrement total. » ;

et il diagnostique un comportement suicidaire.

 

 

Alexandre Anizy

 

(¹) : d'un point de vue théorique, il convient de classer Paul Jorion dans le « courant dominant », où l'on trouve aussi des gens éclairés.

 

Quand le journal Le Monde découvre l'égoïsme de l'Allemagne

Publié le par Alexandre Anizy

 

Organe central de la divulgation de la pensée unique, le journal Le Monde découvre hier l'égoïsme de l'Allemagne dans son éditorial. Il est vrai que Mutti Merkel vient de jouer un sale tour à ces propagandistes sournois.

« L'Allemagne est la première puissance industrielle d'Europe. Personne n'en doute. Cela ne l'autorise pas, pour autant, à torpiller comme elle l'a fait le projet de fusion entre le géant de l'aéronautique EADS (…) et le groupe britannique de défense BAerospace. »

Toujours aveuglés par leur idéologie unique et supranationale, ils réduisent leur analyse à une affaire de personne :

« Sur ce dossier, la chancelière s'est donc montrée politiquement provinciale et industriellement impérialiste. »

Ils n'ont pas lâché le mot « populiste », mais le cœur y était sans doute.

 

Or, Mutti Merkel ne fait que prolonger la vision allemande de l'Europe, telle que Helmut Kohl (par exemple : oui à l'ECU à condition d'être un euro allemand) et Gerhard Schroder (par exemple : des lois sociales et fiscales consternantes pour doper la compétitivité au détriment de ses « partenaires » européens) l'ont appliquée.

 

Mais la France n'a pas de leçon à donner : n'est-ce pas elle qui a torpillé le projet européen en 1973, quand Georges Pompidou le banquier fait entrer le Royaume-Uni dans l'Union Européenne (et on connaît la suite, notamment avec le grisbi de Miss Maggie …) ; en 1973, quand un certain Giscard d'Estaing sous l'autorité de Georges Pompidou le banquier signe une loi qui obligera l’État à se financer uniquement sur le Marché (on en subit aujourd'hui les conséquences iniques et anti-françaises).

 

Mais passée cette colère malsaine, les analystes du journal Le Monde changeront-ils leur logiciel ? Non.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

Des pigeons voyageurs braquent l'Etat

Publié le par Alexandre Anizy

 

Il aura suffi de quelques jours (du 28 septembre au 2 octobre) pour qu'une poignée de petits patrons teigneux obtiennent satisfaction d'un gouvernement mou : l'idée de taxer à 60 % la plus-value des créateurs de jeunes pousseslors de leurs reventes est abandonnée. Ce braquage d'un genre particulier a réussi.

 

Que fait la police ? Rien. Il est vrai qu'elle y est encouragée puisque JérômeCahuzac, que d'aucuns surnomment la ménagère de Bercy, prend le pognon envolé pour de la pédagogie erronée.

Dans la même veine, il paraît, selon la déclaration du ministre Moscovici devant le syndicat des patrons du CAC 40, que des mesures défendues par le futur rapport Gallois allaient les réjouir...

 

Pour notre part, nous retenons que ces créateurs, qui nous abreuvent ordinairement de leur besoin d'entreprendre, leur goût du risque, leur sens de l'innovation, leur désir de manager autrement, se comportent ordinairement comme de vulgaires rentiers :touchez pas au grisbi !

 

 

Alexandre Anizy

 

 

Traité Merkozy : le bloc munichois PSUMP livre la France à l'Union Allemande

Publié le par Alexandre Anizy

 

Aujourd'hui à l'Assemblée Nationale, il se trouve un bloc majoritaire, que nous appellerons PSUMP par commodité, pour voter le Traité dit Merkozy, que le président culbuto molletiste Hollande n'a juridiquement pas modifié d'un iota, comme l'a reconnu le factotum Ayrault. La France est maintenant à la merci de fonctionnaires bruxellois qui n'ont de compte à rendre à aucun peuple : c'est pourquoi nous affirmons que l'économie communiste de marché¹ a progressé d'un grand bond dans l'Union Allemande.

 

Une fois le texte voté, après ce « lâche soulagement », les 2 composantes du bloc munichois vont reprendre le spectacle des querelles feintes, puisqu'il leur faut maintenir l'illusion de deux projets politiques distincts.

 

 

Alexandre Anizy

 

(¹) : lire notre note sur ce concept.

 

 

 

Jérôme Cahuzac comme une ménagère

Publié le par Alexandre Anizy

 

C'est l'histoire d'un mec (il est capable de gifler dans la rue un jeune chahuteur « à l'autorité familiale déficiente ou absente »...) qui a fait fortune dans la chirurgie capillaire.

 

Comme ministre du Budget, en tondant maintenant les contribuables français, il reste dans sa partie.

 

Sa grandeur d'âme égalant celle de son porte-monnaie, il fait carrière en politique sous la casaque rose, comme tant d'autres. A notre avis, elle aurait pu aussi bien être bleue, c'est juste une affaire d'opportunité.

 

A l'Assemblée, le député Cahuzac s'était spécialisé dans la tenue des comptes de l'Etat : discourir sur le cahier des recettes et des dépenses comme une ménagère était à sa portée.

 

« De là à faire la leçon d'économie, mec, faudrait pas se la péter ! » comme dirait un djeune bac+5 éco des "quartiers", sans emploi forcément avec des lascars comme Cahuzac aux manettes.

 

 

Alexandre Anizy