Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dans la caverne d'Alikavazovic

Publié le par Alexandre Anizy

            Pas grand-chose dans la caverne d'Ali kava (zovic).

 

 

            Nous attendions beaucoup de Jakuta Alikavazovic depuis 2010 (1) alors, après avoir lu L'avancée de la nuit (éditions de l'Olivier, août 2017, en livrel), la déception est à la hauteur de l'attente. Il semble qu'elle ait trouvé son style : tricotage laborieux autour de personnages fantomatiques dans des histoires éthérées. On est loin d'un récit documentaire à la Daša Drndić (2).

 

            La clausule du commencement augurait un ouvrage savamment ciselé :

            « Au lit avec Sylvia, qui sommeillait ou faisait mine de sommeiller, et les vagues lueurs de l'extérieur, des bateaux-mouches, les habillaient de lumière, passaient indifféremment sur leurs corps, sur les draps, au plafond. » (p.5/206) ;

mais nous déchantâmes dès la page suivante :

            « (...) le genre qui allongée dans l'herbe paraissait le prolongement de l'herbe, et plus encore : son expression, sa tendresse ― qui, allongée dans l'herbe, paraissait l'intelligence de l'herbe, son génie. »

parce que ce n'était qu'une adéquation exceptionnelle du rythme alikavazovicien à la scène décrite.

 

Plus loin, l'auteur écrit :

            « (...) que, n'ayant rien à dire de son père, ou ne voulant rien dire de son père, elle avait eu recours à l'un de ses accessoires, à l'un de ses artifices ― une simple citation. » (p.46/206) ;

ce qui pourrait lui être reproché puisque citer, c'est parfois parler sans rien dire. 

 

            Le pire dans cette histoire, c'est y mettre un peu de Yougoslavie pour lui donner un semblant de consistance : quand on s'appelle Alikavazovic et qu'on bénéficie de subsides pour écrire une œuvre, un tel remplissage frise l'indécence. Au moins Maya Ombasic y est née ! (3)  

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) Lire notre billet : http://www.alexandreanizy.com/article-demain-l-envol-de-jakuta-alikavazovic-54390351.html

(2) Lire notre billet :

http://www.alexandreanizy.com/article-sonnenschein-de-da-a-drndi-119453466.html

(3) Lire notre billet Mostarghia de Maya Ombasic  

Mostarghia de Maya Ombasic

Publié le par Alexandre Anizy

            Inexorablement, la diaspora yougoslave émet des répliques littéraires de l'explosion balkanique, qui nous rappellent l'horreur de la guerre civile aux portes de l'Europe, comme disaient les planqués de Bruxelles. Maya Ombasic y met aussi beaucoup de talent dans son Mostarghia.

 

 

            Laissons-lui la parole, même si sa mémoire est parfois défaillante (ou bien est-ce une coquille ?) : en 1984, c'est la Coupe d'Europe, et non pas le Mundial.

 

            « Ce sportif de haut niveau, fierté de la famille, s'est finalement éteint à l'âge de 39 ans. Durant la coupe du monde de foot de 1984, il avait fait partie de la sélection yougoslave. Dès ses 13 ans, il était devenu l'idole de toute une ville avec cet inoubliable but marqué de la tête, alors que le Velež de Mostar jouait contre l'Etoile rouge de Belgrade. Mais il avait laissé le foot derrière lui, dans son pays dévasté par la guerre et les nationalismes. Pour nourrir sa famille, il travaillait dans une usine de chips. Depuis quelque temps, il se plaignait d'une douleur dans le dos que tous les médecins mettaient sur le compte de ses muscles trop sollicités. Quand on lui a découvert un cancer grave, tu as arrêté de parler pendant plus d'une semaine. Semir et toi, vous passiez des nuits blanches à boire et à parler de votre incurable mostarghia. (...) J'ai observé, bouleversée, la longue déchéance d'un mythe : Semir était le héros de mon enfance, l'homme parfait, le cousin généreux qui ressemblait à Tom Cruise dans "Top Gun" et faisait rêver toutes les filles. La fleuriste de la rue Notre-Dame, dépassée par la demande, m'appelait deux fois par jour : que devait-elle inscrire sur tous ces bouquets dont on lui passait commande de partout dans le monde ? (...) Ta voix [celle de son père] éteinte à l'autre bout du fil : « Tu cherches encore ? » Comment le savais-tu ? Je constate une fois de plus que nous sommes connectés par des liens invisibles, et cette proximité m'effraye. « Ecris ceci : les étoiles retournent aux étoiles. » Le téléphone m'en tombe presque des mains. C'est exactement ce que je ressens. Dans la poésie que tu incarnes, tu te montres léger et inattendu, profond et juste. Et c'est souvent quand tu es le plus détestable que tu viens tout racheter en passant du côté du soleil. » (p.108/164)

 

            Pour avoir un aperçu des affres de l'exil, vous pouvez lire Mostarghia : c'est un récit éloquent. En une phrase il résume le bordel encore inachevé :

            « En un mot : les problèmes de la Fédération yougoslave transposés sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine. » (p.53/164)

 

 

            Et dire que le milliardaire philosophe Bernard-Henri Lévy, et Kouchner le médecin atlantiste mais pas si humanitaire que cela, ont œuvré à leur manière multiculturelle à la prolongation de la douleur yougoslave pour satisfaire leur besoin permanent de publicité.

 

 

Alexandre Anizy  

Bel-Ami Macron Premier des Pingouins

Publié le par Alexandre Anizy

            Lire le monde avec les yeux d'Anatole France et du philosophe Alain.   

 

 

            Le 14 octobre 1908, le désabusé Anatole France publiait L'île des Pingouins chez Calmann-Lévy, et trois ans plus tard dans Les Dieux ont soif, l'écrivain socialiste déniaisé révélait son désenchantement.

            « Comme tous les vrais aristocrates, comme les patriciens de la Rome républicaine, comme les lords de la vieille Angleterre, ces hommes puissants affectaient une grande sévérité de mœurs. (...) Sans autre occupation que de pousser du doigt un bouton de nickel, ces mystiques, amassant des richesses dont ils ne voyaient pas même les signes, acquéraient la vaine possibilité d'assouvir des désirs qu'ils n'éprouveraient jamais. »

(La Pléiade, tome IV, p.234)

 

            Quant à nous aujourd'hui, après avoir subi le Pingouin normal, verrons-nous le Pingouin jupitérien devenir empereur ? 

            « Le vieil esprit théologique est au fond l'esprit politique dans le sens plein du mot ; c'est l'esprit qui s'applique plutôt aux hommes qu'aux choses. (...) Mais le gouvernant, à quelque degré qu'il soit gouvernant, a pour métier de persuader, d'amuser, de détourner, d'effrayer ; car c'est dans la masse des hommes qu'il taille (...). Remarquez que, dans la pratique du commandement, (...) et sous cette idée du fouet j'entends la menace, la promesse et la récompense. (...) Ce n'est donc nullement par hasard que les meneurs d'hommes sont religieux. Inversement, et par la nature même de ses travaux, l'artisan n'est point théologien du tout. Deux idées, l'intrigue et le travail, forment deux classes d'esprits, l'ambitieux et l'industrieux. L'ambitieux espère, prie, promet, menace ; l'industrieux observe, mesure, pèse, invente. Le premier règle ses opinions sur ses désirs, et l'autre sur l'objet. Le premier compte sur sa gloire, sur son autorité, sur sa majesté ; ce sont ses armes et ses outils. L'autre nettoie sa pioche. » Alain (Mars ou la guerre jugée, La Pléiade, p.630-31)

 

            « Ainsi tout l'art de gouverner se réduit à tirer parti des ennemis que l'on se fait par l'imprévoyance, la sottise et la vanité. Une vue sommaire des causes, un contrôle sévère, un mépris tranquille [ la communication non verbale trahit toujours les ambitieux : ah ! le geste dédaigneux du bras de Bel-Ami Macron qui rejette le peuple français lors d'un conférence de presse estivale, à l'étranger qui plus est... ] arrêtent aussitôt cette politique de vieux enfants, comme on l'a vu, comme on le verra. Et sans que les hommes changent beaucoup. Car ce n'est pas difficile. Seulement ce qui est difficile, c'est de croire que ce n'est pas difficile. » Alain (Mars ou la guerre jugée, La Pléiade, p.628)

 

Tout est dit, non ?

 

Alexandre Anizy