Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le syndicat de Michel Batifoille

Publié le par Alexandre Anizy

La lutte est un combat. Nous adressons ce poème à Laurent Berger de la jaune CFDT.

Syndicat

pour Michel, Thierry, Jean-Paul

Avoir un beau stylo ne doit pas empêcher de réfléchir à l'usage qu'on en fait.

On peut signer un accord, un constat d'impuissance, un état des lieux d'aisance, un chèque en bois exotique, une reconnaissance de dette, un contrat à durée minuscule, des aveux circonstanciés, une lettre jusqu'à présent anonyme, un appel au secours, une pétition de principes, une déclaration d'amour déçu, un décret de la Providence, une ordonnance illisible, une loi de la nature, une condamnation sans appel.

On peut signer à tour de bras une infinité de papiers ; mais signer n'est pas l'affaire, avec qui on signe n'est pas sans importance. Ni contre qui.

Signer n'est pas toujours une conquête, une emprise sur le monde ; ce n'est alors qu'une renonciation, une démission, une défaite sans combat. Nous laisserons à d'autres célébrer les riches heures de la délégation de pouvoir.

Dynamisme du pluriel, richesse des différences, l'action et la réflexion collectives surpassent nos limites individuelles. Nous écoutons mais il ne faut pas se contenter des apparences. Impossible de s'y laisser porter. Entre les paroles et l'état des choses, les choix sont difficiles. Mais le tourbillon en se figeant nous étranglerait nous-mêmes dans ses noeuds coulants.

Et notre obstination à rester ensemble : rien de plus naturel et réconfortant ; rien de plus fragile pourtant.

Michel Batifoille

(dans la revue Europe, n° 1044 d'avril 2016)

Une note d'Alain Bosquet

Publié le par Alexandre Anizy

En rangeant la bibliothèque, Alain Bosquet nous est revenu entre les mains avec ses Notes pour un amour (Gallimard, exemplaire n° 387 de l'édition originale du 31 janvier 1972 imprimée chez Floch, comme disait Jean-Christophe Averty). Nous n'avons pas résisté au plaisir de la relecture.

Et nous vous transmettons cette note un tantinet comminatoire (les actualités nous y incitent).

Vider les fleuves.

Ranimer les bouleaux

que l'océan a tant de fois mordus.

Conduire en classe les pumas.

Prendre le thé chez la comète.

Présenter la facture

au printemps fou

qui ne regarde pas à la dépense.

Rédiger les missives

de la presqu'île analphabète.

Téléphoner à l'hôpital :

aujourd'hui le volcan a des poussées de fièvre.

Cet univers est ton boudoir.

Fais le ménage.

Alain Bosquet

Cécile Ladjali vaut un tiers de Saint-Laurent

Publié le par Alexandre Anizy

Comme Cécile Ladjali, on peut être agrégée de lettres modernes, même docteur, et écrire un roman invertébré sans pied ni tête, rempli de bonne conscience.

Le produit s'appelle Illettré (Actes Sud, 2016, 224 pages, 19 €, livrel à 13,99 € - trop cher comme d'habitude chez cet éditeur). Sous le prétexte de raconter la vie de Léo, i.e. son combat contre l'illettrisme, Cécile Ladjali nous abreuve jusqu'à plus soif de considérations personnelles sur l'école, l'estime de soi, etc. Voulant finir sur une jolie formule, elle anéantit son ouvrage :

« J'ai écrit le vide, j'ai posté le vide, et j'ai signé toute ma vie. »

Parce que cela donne l'impression d'une histoire tricotée autour d'une pensée ténue, nous classons l'ouvrage dans "essai romancé".

Nous ne demandons pas à Mme Ladjali d'avoir la précision documentaire du Flaubert de Un coeur simple , qui n'encombre pas son récit de considérations sociales et politiques (hormis les saillies anticléricales), ni de détails anecdotiques qui esquisseraient les caractères des personnages. Même le style est épuré chez le Normand, contrairement à l'incipit maniéré de Mme Ladjali :

« Maculé de petits ronds aux diamètres variables, l'asphalte est hérissé de reliquats de gomme. »

Nous soupçonnons Cécile Ladjali d'être sous la contrainte éditoriale : l'item annuel doit remplir les étals si on veut faire carrière. Mais alors, qu'elle en filasse trois par an comme Cecil Saint-Laurent. Las ! Elle n'en pèse que 33 %.

Alexandre Anizy

Bel-Ami Macron en marche dans la cour des miracles

Publié le par Alexandre Anizy

Comme un politicien ringard, le banquier ministre Macron vient de lancer son mouvement dans la cour des miracles : ni à droite ni à gauche, sa maison est en fait une annexe privée du MEDEF.

Emmanuel Macron est un type étrange, d'une part parce qu'à 38 ans il a encore besoin d'une maman à la maison, et d'autre part parce qu'il passe souvent pour ce qu'il n'est pas. Ainsi, alors qu'il venait d'entrer au gouvernement, on pouvait lire sous la plume de Nicolas Truong dans le quotidien vespéral imMonde (1) du 31 août 2014 que Macron était « normalien » et un ancien « assistant » du philosophe Paul Ricoeur. Or, Bel-Ami n'est pas normalien (il a raté à 2 reprises à l'écrit le concours de l'ENS) et n'a pas été l'assistant (au sens anglo-saxon du terme) de Ricoeur. (2)

La méthode Macron consiste à jouer sur tous les tableaux.

Ainsi en 2010, lors de la vente du journal, lorsqu'il vient bénévolement conseiller la Société des Rédacteurs du Monde (ah ! les jobards de l' imMonde), il ne manquera pas de rendre visite à leur "ennemi"... Le journaliste Adrien de Tricornot raconte : « Au départ, il s'est présenté d'une manière très sympathique. Nous étions très contents de voir ce jeune homme brillant nous dire qu'il partageait nos valeurs. Et son expérience nous crédibilisait vis-à-vis des autres actionnaires. Mais, en réalité, il jouait un double jeu. Il s'est servi de nous plus qu'il nous a servis. »

Ainsi, pire que ça : il a réussi à travailler chez Rothschild tout en restant haut fonctionnaire, ce qui est bien entendu interdit.

http://www.alexandreanizy.com/article-le-resquilleur-carrez-cache-le-scandaleux-macron-124877500.html

Pour la politique, la méthode n'a pas changé bien entendu.

Rongé par l'ambition, Bel-Ami Macron veut dès maintenant capitaliser les items médiatiques (this is the battle for your mind) pour imposer son produit dans le champ politique. Mais comme il n'a jamais rien construit par lui-même, il travaille en amateur : c'est ainsi qu'il a révélé sa dépendance à l'égard du MEDEF (le syndicat patronal) en affichant sur son site internet le lieu de son hébergement ! (3)

In fine, comme l'a dit Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, l'opération de cette semaine est "rafraîchissante". En effet, elle ravale la "boîte à boniments" de la bourgeoisie d'affaires qui tient la France : Bel-Ami Macron n'est qu'un coup de Ripoulin.

Alexandre Anizy

(1) L'organe de référence de la propagande néoconservatrice, propriété du trio d'affaires Niel - Bergé - Pigasse.

(2) Marianne du 10 octobre 2014 (un excellent portrait de l'impétrant d'Amiens).

(3) On doit ce scoop à Médiapart (Laurent Mauduit)