Le milliardaire philosophe Bernard-Henri LEVY encense Benazir BHUTTO

Publié le par Alexandre Anizy

(Lire les notes du 13 octobre et du 17 octobre 2007)

 
L’assassinat de Benazir BHUTTO est un crime, et quelle que soit la victime, un crime reste un crime.

Mais quand on est un intellectuel patenté, comme le milliardaire philosophe Bernard-Henri LEVY, il convient de raison garder.
Ce que le monsieur ne fait pas dans son article paru hier dans Libération.

 
Nous vous épargnons le style pathétique du bonhomme, qui nous rappelle en moins bien, forcément, les discours inspirés d’André MALRAUX.

 
Nous vous faisons grâce de son appel ridicule aux grands chefs d’Etat pour qu’ils honorent de leurs présences les funérailles de Benazir BHUTTO. 

 
Lorsqu’on se pique de géopolitique, il est souhaitable de regarder lucidement les faits pour ne pas s’enticher d’une personnalité douteuse en la dressant en icône de la liberté en terre d’islam :

Qui a été condamnée dans son pays à 2 reprises pour corruption ?

Qui a aidé les fameux talibans à prendre le pouvoir à Kaboul en 1996 ?

Qui a été condamnée en Suisse pour blanchiment d’argent ?

Qui s’est autoproclamée dirigeante à vie du PPP ?

Qui s’est alliée aux Etats-Unis pour son retour au pays ?  

 
C’est en niant ces faits que des gens comme le milliardaire philosophe Bernard-Henri LEVY contribuent au rejet du « bon génie des Lumières » (expression du monsieur).

 
Alexandre Anizy
 

N.B. : le nouveau Libération d’Edouard de ROTHSCHILD et de Laurent JOFFRIN se veut défenseur de « valeurs » (de gauche ?). Est-ce pour cette raison qu’il publie quasi instantanément cet article partisan et affligeant de son actionnaire et membre du Conseil de Surveillance, le milliardaire philosophe Bernard-Henri LEVY ?

Même le Figaro de Serge DASSAULT n’a pas osé un éloge posthume.