"Pereant les libéraux" disait Robert Eduard Prutz

Publié le par Alexandre Anizy

Alors que la crise perdure, qu'il est pénible de voir se pavaner les libéraux impuissants !


« Pereant les libéraux,

Qui ne font que parler et que faire les beaux,

Qui ne paient jamais que de mots,

Mais sont bien pauvres d'actions ;

Tantôt regardent par là – et tantôt par ici,

Tantôt se tournent à droite, et tantôt vers la gauche ;

Comme la girouette sous le vent :

Pereant les libéraux.


Pereant les libéraux,

Ces pâles, et ces blafards,

Qui dans les revues et les journaux

Font les profonds philosophes ;

Mais passent sans émotion

Devant les douleurs du mendiant,

Le coeur froid, et plein de savoir :

Pereant les libéraux. »


(Pereant les libéraux, Robert Eduard Prutz)


C'est ainsi que les voyait le poète allemand (1816 – 1872).

Ont-ils changé ?



Alexandre Anizy