Politique et Stratégie : la France est nue après le camouflet infligé par l'Alliance (Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie)

Publié le par Alexandre Anizy

            La trahison de l’Alliance (Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie), révélée par la rupture du contrat du siècle (les sous-marins vendus par la France à l’Australie, fabriqués selon les modifications demandées par le client), montre le terrible isolement de la France.  

 

 

            Pour qu’une aédie soit libre, elle doit maîtriser son destin tant que faire se peut. A cet effet, son Etat doit  penser la guerre aux niveaux politique, stratégique, tactique.

N.B. : Pathétique la colère feinte du franc-maçon Jean-Yves Le Drian, ministre régalien depuis bientôt 10 ans, quand le Premier Ministre australien affirme que l’Australie avait prévenu la France qu’il y avait un gros problème (quand le prix d’un contrat passe de 35 à 60 Milliards de dollars, n’importe quel acheteur compétent s’interroge a minima sur le sérieux industriel du vendeur… mais bon, en France jugulée par des énacrates et polytechniciens de surface, psychorigides droits dans leur botte, ce genre de suspicions émerge rarement  ̶  exemple : la facture de l’EPR de Flamanville est passée de 3,3 Milliards à 12,4 Milliards d’euros, et la date de livraison de 2012 à 2023… mais le chantier glisse inexorablement vers son destin catastrophique !  ̶  puisqu’elles sont immédiatement pilonnées avec des injures comme populiste ou bien complotiste). Ridicules les gesticulations diplomatiques quand on sait que la France acceptera l’accord commercial de libre-échange avec l’Australie que la Commission européenne, i.e. l’Union Allemande, signera.   

Au niveau politique, depuis 1969 la France est aux mains de la Ligue libérale-radicale : en matière de politique étrangère, l’OTAN est in fine son alpha et oméga (lire par exemple ici ). Or l’abandon de l’Afghanistan par les Etats-Unis démontre une nouvelle fois que le bouclier américain n’est actif qu’en fonction des intérêts du moment de l’Empire. Croyez-vous qu’il y ait une suspicion légitime dans la pseudo-élite qui tient la France ?  Non. Exemple du général en retraite Christophe Gomart (ex-patron de la Direction du Renseignement Militaire en 2013) : « Mais  sur le plan militaire, les Etats-Unis restent notre allié principal tout en poussant systématiquement les Européens à se doter de matériel américain. »¹.  

Au niveau stratégique, cette affaire du contrat du siècle montre que les liens forts qui nous unissent à l’Australie et au Royaume-Uni valent peu de choses quand le Maître américain décide pour lui. Car dans le conflit en cours qui les oppose à la Chine, conflit qu’ils considèrent comme vital, les Etats-Unis ne feront jamais dépendre leur stratégie d’un sous-ensemble allié,  comme l’alliance France – Australie que ce contrat du siècle augurait.

 

 

            Aux niveaux politique et stratégique, la France est nue. Et la Ligue libérale-radicale qui tient notre pays depuis 1969 ne peut pas remédier à cet état de fait, parce que son dogme lui interdit de s’opposer aux volontés du maître du jeu de la fiction du libre-échange.

            La prochaine déroute française, comme celle de mai 1940 (lire ici et ici ), s’annonce déjà.  

 

Alexandre Anizy

 

(¹) : Dans le JDD du 19 septembre 2021. On peut cependant s’interroger sur le sérieux de l’ex-général Gomart, puisqu’il affirme aussi que « Oui, on est autonomes sur le plan stratégique. », alors que le général Vincent Desportes a révélé qu’une grosse opération extérieure ne peut être réalisée par la France sans le soutien logistique américain…

 

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :