Déconfiture européenne pour Valéry GISCARD D'ESTAING

Publié le par Alexandre Anizy

A peine l’Irlande a-t-elle dit « non » à la Constitution maquillée à Lisbonne et le Conseil de l’Europe a-t-il décidé qu’il fallait poursuivre le processus de ratification et donner du temps à l’Irlande pour qu’elle exprime ses demandes, que Valéry GISCARD D’ESTAING fait sa campagne médiatique pour l’adoption du texte, car il a son plan B.

« Il faudra ouvrir avec les Irlandais une négociation afin qu’ils acceptent démocratiquement de laisser passer le traité pour les autres : c'est-à-dire qu’ils le ratifient en sachant qu’en même temps les 26 autres pays adopteront une convention donnant à l’Irlande un « statut d’exception » -si c’est ce que les Irlandais demandent. »
En résumé, une évolution à la britannique, en écartant de la chose (la Communauté Européenne est un Léviathan) tout peuple récalcitrant.

Admirable mécano digne d’un polytechnicien énarque.
Qui omet la « difficulté tchèque » dans son plan B … et qui n’a pas vu venir l’opposition présidentielle polonaise.  
Ah ! Les temps sont durs pour les autocrates bruxellois en herbe !

 
Alexandre Anizy

Publié dans Notes politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :