Denis Olivennes le doré se lâche

Publié le par Alexandre Anizy

Décidément, l'élite moisie s'est déchaînée cette semaine : après la manipulation d'Alain Minc, après le "coming out" du petit bonapartiste médiocre Christophe Barbier, raillons aujourd'hui l'élitisme de Denis Olivennes le doré (lire http://www.alexandreanizy.com/article-36450987.html).


Encore un que l'étiolement (c'est un euphémisme) de l'Europe technocratique a bouleversé : on savait que Denis Olivennes était un Gracques 40, on découvre maintenant qu'il n'est pas un crack.


En effet, c'est manquer de jugement quand on affirme comme lui que « paradoxalement, le plus européen des responsables et le plus responsable des Européens, c'est Jean-Claude Trichet [l'euro imperator, ndAA]. », car si Trichet a le sens des responsabilités, il faut convenir à la lueur de son expérience au Crédit Lyonnais

( lire http://www.alexandreanizy.com/article-7024151.html )

que l'interprétation qu'il en a ressemble à celle d'une certaine Georgina Dufoix (dans l'affaire du sang contaminé, ce ministre déclara pour sa défense : « je suis responsable, mais pas coupable »).


On ne fait pas l'Histoire avec des gens aussi valeureux.


Pourtant, Olivennes insiste dans son éditorial (1) : « (…) quand il y a, dans le dispositif européen, des institutions supranationales et puissantes – fédérales en quelque sorte – dirigées par des hommes courageux, cela marche. »

Qui sont ces "hommes courageux" ? Une caste technocratique qui n'a jamais reçu la légitimité du peuple.

L'élite moisie d'aujourd'hui nous rappelle celle des années 1930, que les régimes autoritaires – i.e. non démocratiques - n'effrayaient pas.



Alexandre Anizy


(1) : à propos du Nouvel Observateur, dont Olivennes est devenu un des proprétaires : il veut acquérir le journal le Monde. Qui s'assemble se ressemble, n'est-ce pas ?

 

Publié dans Portraits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :