Jo Nesbo est un sacré bonhomme

Publié le par Alexandre Anizy

De temps en temps, on se fait une piqûre de rappel sur certains auteurs pour voir si la production régulière et éventuellement le succès commercial n’ont pas altéré les qualités que nous leur avions reconnues au départ.

 

Avec Le bonhomme de neige (Gallimard, 2008, en livrel à 7,99 € - pourquoi fixer à 14,99 € le prix de l’opus sorti en avril 2013, si ce n’est pour un surprofit  pour une maison familiale qui prétend défendre le livre et les auteurs ?), Jo Nesbo ne nous a pas déçu : une intrigue habile mais perfectible (une fausse piste nous paraît excessive et mal ficelée : le livre y aurait gagné s’il eût été plus dense), une écriture en adéquation avec les caractères des personnages, Oslo en toile de fond.

 

Ainsi, au moins jusqu’en 2009 (1), le talent de Jo Nesbo n’a pas fondu.

 

 

Alexandre Anizy

 

 

(1) : lire notre billet du 14 juillet 2009.

         http://www.alexandreanizy.com/article-33802200.html