Une capitulation de la pseudo élite française

Publié le par Alexandre Anizy

Le protocole de Londres, dont le projet de ratification a été approuvé par le Conseil des Ministres du 24 août, va marginaliser la langue française dans le domaine de la propriété industrielle, puisque seulement 7 % des brevets seraient disponibles en français au lieu de 100 % actuellement.

On avait déjà des dirigeants français, comme l’euro imperator TRICHET, qui s’exprimaient en anglais dans des assemblées internationales où le français est une langue officielle. On a maintenant l’abandon officiel d’une obligation nationale.

En affirmant que cet abandon « sera de nature à faciliter le dépôt et l’obtention des brevets par des entreprises françaises », l’incompétent ministre LAGARDE, ex avocat en Amérique, a encore perdu une occasion de se taire.

 
Selon nous, les décideurs et les fonctionnaires qui ont de près ou de loin participé à cette capitulation, sont probablement de la même étoffe que ceux qui, le 24 octobre 1940, choisirent Montoire-sur-le-Loir au lieu de Londres.

Alexandre Anizy

Publié dans Notes générales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :