Bois II d'Elisabeth Filhol

Publié le par Alexandre Anizy

            Le travail d'Elisabeth Filhol nous semble ô combien plus intéressant et utile que la dernière mièvrerie littéraire d'une Vanessa Schneider, insignifiante comme ses articles dans le quotidien vespéral. Malheureusement, grâce aux connivences professionnelles et autres renvois d'ascenseurs, c'est la mauvaise monnaie qui circule abondamment dans les tuyaux médiatiques. Comme toujours.

 

            Pourtant, après La centrale où elle exposait la vie sans fard des intérimaires du nucléaire, Elisabeth Filhol raconte dans Bois II (éditions POL, août 2014, en livrel à 11,99 € - trop cher !) l'extinction préméditée d'une fabrique française. Plus exactement le combat des salariés pour ne pas crever à petit feu. Le vote, la grève et la séquestration, la négociation, les comportements des acteurs de ce genre de situation critique, l'auteur s'emploie à les dépeindre avec minutie, comme elle explique avec simplicité les subtilités financières à l'œuvre dans les mouvements de la mondialisation.

            Filhol n'ignore sans doute pas Fayol.

 

            Mettons un bémol : le texte aurait gagné en intensité sans les passages d'ordre géologique qui frisent la vacuité. Alors amis lecteurs, sautez-les allègrement ! Vous n'en apprécierez que mieux le cœur de l'ouvrage d'Elisabeth Filhol.  

 

 

Alexandre Anizy