Henri PROGLIO chez EDF et Veolia : vers un accident industriel ?

Publié le par Alexandre Anizy

Ainsi le Château républicain aurait choisi Henri Proglio pour diriger l’entreprise publique (pour combien de temps encore ?) EDF. Reconnaissons d’emblée une qualité à cet homme : la persévérance. En effet, il y a quelques années, il avait souhaité une fusion de Veolia avec EDF … pour contrecarrer une OPA hostile de l’allemand RWE … qui ne vit jamais le jour.

 

Il paraît qu’Henri Proglio se moquait d’une possible réduction d’un million d’euros de sa rémunération annuelle s’il prenait la tête d’EDF, et qu’en entretenant une vieille amitié fraternelle (les initiés comprendront…), il fit d’un ministre important un supporter de premier choix. Mais l’homme a sa fierté et son standing. Il trouva chez Veolia un conseil d’administration conciliant, très conciliant, qui décréta soudainement que la gouvernance de l’entreprise nécessitait une modification d’urgence : la création d’un emploi (une présidence non exécutive) dont Mr Proglio rêvait pour lui-même, ce qui va aussi lui permettre de bénéficier d’un régime fiscal optimisé pour les actions du Groupe qu’il possède.

 

Que faut-il penser de ce rapprochement incarné ? A l’évidence, des intérêts privés dépassant la personne élue sont à l’œuvre : depuis 3 ans, à cause d’un endettement massif de Veolia et d’avertissements répétés sur les résultats, les marchés ont sanctionné ce management défaillant en baissant la cote de 45 %. Une absorption par l’entreprise publique pourrait arranger les choses privées.

Malheureusement, EDF est elle-même pétrie de dettes … Foin de ces arguties financières ! Être publique lui donne le confort d’avoir des payeurs en dernier ressort : les contribuables.

 

Avec son endettement déraisonnable et sa stratégie d’expansion internationale, l’EDF de Pierre Gadonneix tendait à ressembler au France Télécom de Michel Bon ; compte tenu du fait que Veolia a déjà perdu 45 % de sa valeur en Bourse en 3 ans, l’EDF-Veolia de Proglio ressemblera-t-elle à l’Alcatel-Lucent de Serge Tchuruk ?

 

 

Alexandre Anizy